Quand Gene Simmons veut faire sauter un hôtel après un concert!
Rose De Lacfeld
Journaliste

Créé le 12/02/2020
365 vues

Le guitariste Tommy Thayer se souvient de la fois où le personnel de l'hôtel a appelé une équipe du SWAT pour s'occuper de Gene Simmons après qu'il ait menacé de faire sauter le bâtiment.

L'incident s'est produit à Buffalo lors de la première tournée d'adieu du groupe en juin 2000. À l'époque, Thayer était leur directeur de tournée plutôt qu'un membre du groupe sur scène - ce qui signifiait que la responsabilité lui incombait lorsque les singeries de Simmons devenaient un problème.

"Nous étions de retour à l'hôtel après le concert, et les gens retournaient dans leurs chambres, commandaient le service d'étage et ce genre de choses", a-t-il déclaré dans une récente interview. "Gene Simmons est un vrai rigolo - s'il est dans un hôtel et qu'il appelle la réception ou le service d'étage ou autre, s'il leur faut plus de deux ou trois sonneries pour décrocher, il est vraiment fou de rage.

Thayer se souvient qu'il était "assis dans sa chambre... et la réceptionniste appelle et dit, 'Nous avons un vrai problème. Nous venons d'appeler l'équipe du SWAT, la police, pour qu'elle vienne, parce qu'un de vos groupes vient de menacer de faire sauter l'hôtel. Je me suis dit : "Je crois que je sais qui ça peut être, en fait. Il dit en plaisantant que c'est le genre de chose que Gene Simmons fait lorsqu'il dit : "Tu dois décrocher le téléphone ou je fais sauter cet endroit".

"Mais ça nous a causé des ennuis, parce que la police est arrivée et a pensé qu'il s'agissait d'une véritable alerte à la bombe. J'ai dû assurer à tout le monde que c'était bon, que ce type ... voulait juste ses biscuits et son lait après le spectacle."

Simmons et Kiss savent déjà ce qui se passe lorsqu'une alerte à la bombe est lancée : En 1986, leur concert au Brown County Veterans Memorial Arena à Ashwaubenon, Wis. a été évacué après que la police ait reçu un appel d'un homme de 16 à 18 ans. Il aurait dit qu'il était "déprimé par le rock'n'roll" et qu'il voulait "y mettre un terme", ajoutant qu'un dispositif était réglé pour se déclencher à 19h40.

Les flics locaux ont vidé l'arène vers 19h20, envoyant 6 000 fans dans une tempête de neige. Mais après l'heure limite, la foule a été réadmise environ 40 minutes plus tard. La Green Bay Press-Gazette a ensuite fait une critique du concert, notant que "si une bombe avait explosé lors du concert de Kiss hier soir, quelqu'un l'aurait-il remarqué ? Difficile à dire. Ce sont de jolis garçons sauvages".