Tournée européenne Destruction (+ Nervosa, Enforcer, Flotsam and Jetsam
Anibal BERITH
Journaliste

«Une date exceptionnelle pour la rentrée toulousaine des concerts Metal»

Créé 24/09/2016
3209 vues

Encore une belle programmation de la part de SPM Prod qui nous concocte de très belles affiches pour cette saison 2016/2017, et c’est avec la tournée Destruction qu’ouvre la bal des concerts de la rentrée en cette date du 24 septembre au Metronum.

La part belle est donc donnée au thrash ce soir avec les petites nerveuses brésiliennes en pleine ascension, Nervosa volant de continents en continents nous délivrer leur musique agressive et punchy, les suédois d’Enforcer au look très 80’s et leur speed metal ; puis les vétérans de Flotsam and Jetsam et leur thrash ricain puissant et enfin la tête d’affiche de la soirée, l’un des big four du thrash allemand Destruction et leur musique dévastatrice.

Nervosa

Arrivé sur le champ de bataille vers 19h, c’est avec un peu d’avance que Nervosa démarre son set de demi-heure. J’avais déjà eu l’occasion de les voir sur Montpellier cet été et j’avais été ébloui par l’énergie que dégagent les 3 thrash metalleuse ! Un léger changement de line-up entre temps puisque l’ancienne batteuse au charisme certain Pitchu Ferraz et au jeu si spécifique a été remplacée par une batteuse de session pour finir la tournée. Le job est fait mais avec moins de groove…

Cela n’enlève rien à la rage de Fernanda et de Prika qui occupent la scène fermement en démarrant le set avec ‘Hypocrisy’ issu de l’album en vigueur « Agony » paru en juin dernier via Napalm Records. D’entrée les mimiques de la bassiste/chanteuse Fernanda Lira et de la guitariste Prika Amaral se font agressives et expressives. Basse au centre de gravité le plus proche du sol, les accords sont envoyés en pleine face du public déjà bien remonté même si le pit n’est pas encore rempli. Prika fait de même avec sa guitare aux cordes vertes, tirant la langue et faisant le symbole si cher aux metalheads, des cornes levées entre deux accords.

C’est avec complicité que le duo se déchaine sur scène jouant de façon équilibrée des titres du second album comme du premier « Victim of Yourself » s’approchant du public avec férocité pour le plus grand bonheur des fans !

Un petit reproche sur le son où, comme à Montpellier, le réglage du micro n’est pas suffisamment fort par rapport à la basse et à la guitare faisant que le chant de Fernanda ne se fait pas entendre comme il se doit alors que son timbre si spécifique donne une dimension particulière à leur musique agressive.

Le trio féminin terminera sa prestation que j’ai trouvé meilleure que la fois précédente avec une prise de confiance certaine avec l’incontournable ‘Into The Moshpit’ laissant apparaître les premiers pogos.

Setlist : Hypocrisy / Arrogance / Death! / Intolerance Means War / Masked Betrayer / Hostages / Into Moshpit

Toutes les photos de Nervosa ici: https://www.unitedrocknations.com/live-report-nervosa-437

Nervosa

Enforcer

Changement de registre assez radical avec la venue du quintet suédois Enforcer venu tenir la scène pour le second set de la soirée. Un set de près d’une heure pour écouter un speed metal très typé années 80 tant dans le chant que dans le look. En voyant le leader (chant/guitare) au brushing parfait dans sa tenue tout de cuir vêtu, à la gueule presque du gendre idéal, Olof Wikstrand, j’ai tout de suite pensé au frontman de Europe alors que le groupe est plus dans un registre inspiré de groupes cultes tels que Mötley Crüe, Judas Priest ou encore Iron Maiden.

Une chose est sûre, le groupe suscitera la curiosité tout d’abord, du pourquoi cette présence au milieu des puissants thrasheurs que forment le reste de l’affiche, et enfin de ce décalage certain tant le look des suédois est atypique.

Bref, formé en 2004, le quartet est déjà titulaire de quatre albums dont le dernier « From Beyond » paru en 2015, et nous démontrera qu’il sait jouer et occuper la scène même si un tiers du public a quitté le pit car pas très adepte de cet univers mélodique au chant clair.

Cependant, que l’on aime ou pas, on ne peut nier que la prestation est de haut niveau, que ça joue bien et que l’ensemble des membres (Jonas Wikstrand à la batterie, Joseph Tholl à la guitare et Tobias Lindkvist à la basse) jouent d’une complicité sans égal dès le premier titre ‘Destroyer’ issu de « From Beyond » dont trois titres lui seront empruntés pour débuter ce show.

La ligne de voix d’Olof est impressionnante tant il monte dans les aigus et son jeu de scène est incroyable ! Il pourrait faire le show à lui tout seul tellement sa prestance est remarquable, presque trop car il ne laisse pas assez de place aux autres membres plutôt en retrait.

Globalement un son meilleur que pour Nervosa mais une musique moins agressive aussi nous a permis de profiter du set qui je vous l’accorde, et pour ceux qui me connaissent, n’est pas trop ma tasse de thé.

Setlist : Destroyer / Undying Evil / From Beyond / Live for the Night / I Turned Into a Martian / Below the Slumber / Hell Will Follow / Mesmerized by Fire / Speak the Tongue of Heathen Gods / Take Me Out of This Nightmare / Midnight Vice

Toutes les photos d' Enforcer ici: https://www.unitedrocknations.com/live-report-enforcer-439

Enforcer


Flotsam and Jetsam

La soirée bat son plein avec un pit bien rempli maintenant avec près de 400 personnes se massant impatiemment devant la seconde tête d’affiche de la soirée, les incontournables Flotsam And Jetsam occupant la scène thrash depuis plus de 30 ans, avec 13 albums au compteur dont le dernier, éponyme, paru en mai dernier.

Un élan d’enthousiasme lorsque Eric 'AK' Knutson au chant, Steve Conley et, Michael Gilbert aux guitares , Jason Bittner à la batterie et Michael Spencer à la basse foulent la scène du Metronum. Point d’attente, le quintet attaque le set avec le premier titre de leur dernière galette ‘Seventh Seal’.

Eric occupe la scène et lance ses vocalises à plein poumons accompagnés de ses musiciens en sans cesse mouvement également. Même si le son reste perfectible sur les trois premiers titres, ça joue bien, c’est carré, professionnel et les aficionados s’en donnent à cœur joie avec rapidement un pogo organisé et quelques slams timides.

Les gars ont du charisme malgré une cinquantaine accrochée pour Eric et Michael (Spencer) et les deux guitaristes ne cesseront de jouer côte à côte balançant la rythmique d’un côté et les solis de l’autre. La basse 5 cordes de Spencer résonne de toute sa puissance et le tempo est bien maîtrisé par les blasts de Jason.

Une setlist très éclectique permettant de passer sur les plus gros succès des américains avec notamment trois titres empruntés au second album « No Place For Disgrace » paru en 1985.

Un set d’une heure tout en puissance passé trop vite, on en redemande !

Setlist : Seventh Seal / Empty Air / Dreams of Death / Hammerhead / Monkey Wrench / Desecrator / Me / Life Is a Mess / Hard on You / No Place for Disgrace

Toutes les photos de Flotsam and Jetsam ici: https://www.unitedrocknations.com/live-report-flotsam-and-jetsam-440

Flotsam and Jetsam


Destruction

C’est maintenant l’heure de la tuerie de la soirée, et je pèse mes mots ! C’est la tête d'affiche tant attendue, la tournée d’un des big four du thrash allemand, place à Destruction venu défendre leur dernier album « Under Attack » paru en mai dernier via Nuclear Blast.

Le public est surexcité dans le pit et ça se sent dès les premiers riffs envoyés par le trio, Schmier en frontman/leader de la formation du haut de son mètre 90 et de sa stature imposante. L’allemand cheveux longs sur le visage, derrière son micro arborant une belle tête de mort, attaque le set avec ‘Under Attack’ de l’album éponyme, torturant sa basse le tout dans un décor à la couleur rouge sang. On ne s’appelle pas Destruction pour rien, car ça va être la guerre pendant une bonne heure trop courte tellement on se délecte de ce thrash brutal à l’allemande.

Très influent dans le milieu avec plus de 30 ans de carrière et 14 albums à leur actif, la bande à Schmier nous délivre un set parfait avec Mike Sifringer en guitariste virtuose malgré son gabarit plus timide et Vaaver matraquant ses fûts sans relâche et au physique encore plus impressionnant que celui du leader…

Les titres qui ont fait la carrière du combo allemand seront joués comme le dévastateur ‘The Butcher Strikes Back’ mais sans le boucher et sa tronçonneuse comme au Wacken 2007.

L’album du moment, qui offre une brutalité accrue avec un son bien travaillé, sera passé en revue avec 3 titres répartis intelligemment dans la setlist permettant ainsi aux allemands de naviguer dans leur discographie tout en assurant une promo efficace.

Point de jeu de scène hors du commun, cependant le prestance de Schmier et le jeu de guitare de Mike suffisent à enivrer la public au milieu duquel les pogos se sont durcis et les slams sont légions.

Les titres s’enchainent dévastant tout sur leur passage tel un bulldozer, le public en redemande, Destruction avance, fonce, envoit sa setlist avec professionnalisme, le son est excellent et ce dès le premier morceau. Les groupes d’avant ayant essuyé les platres…

La fin approche, trop trop vite avec ‘Bestial Invasion’ du premier album du trio « Infernal Overkill ».

Une ovation du public, des remerciements du groupe s’approchant du bord de la scène pour faire honneur à son public, un set incroyable dans une ambiance brutale et saine... chiche on prend la voiture et on se refait la tournée demain à Barcelone….voilà ce que l’on se dit en sortant de la salle.

Setlist: Under Attack / Curse the Gods / Pathogenic / Nailed to the Cross / Mad Butcher / Dethroned / Life Without Sense / Total Desaster / Thrash Attack / Black Death / Invincible Force / Second to None / The Butcher Strikes Back / Thrash Till Death / Bestial Invasion

Toutes les photos de Destruction ici: https://www.unitedrocknations.com/live-report-destruction-441

Destruction

Une date incroyable avec des groupes se donnant à fond et avec plaisir ! Un public de passionnés venu nombreux qui sera récompensé par la session de dédicace de tous les groupes sur la terrasse du Metronum ; il sera possible de discuter et de faire des photos avec les artistes tout en trinquant autour d’une bonne bière avec même certains privilégiés qui finiront cette soirée mémorable dans le tour bus.

Un grand merci à SPM Prod pour cette date exceptionnelle qui met la barre haute pour cette première date de la rentrée et qui donne le départ d’une saison dantesque !

Anibal Berith