BONFIRE
Plus d'infos sur BONFIRE
Hard Rock
Chroniques

Temple of Lies
Fred H
Journaliste

BONFIRE

«Un album qui ne décevra pas les fans du combo et les amateurs de bon hard rock mélodique allemand»

12 titres
Hard Rock
Durée: 69' mn
Sortie le 13/04/2018
6013 vues

Voilà tout juste un an que Byte The Bullet est sorti et déjà les allemands de Bonfire décide de remettre le couvert avec un seizième album studio intitulé Temple of Lies. Seconde production avec Alexx Stahl de Masters of Disguise au chant et comme on ne change pas une équipe qui gagne, pour épauler Hans Ziller (guitares en tous genres, compositeur et membre originel), on garde les trois arrivants de 2015 pour les rythmiques : Frank Pané (l'autre gratteux), Ronnie Parkes (basse) et Tim Breideband (batterie).

Narrée par l'acteur américain David Michael Williamson, façon « Au commencement il y avait ... », l'intro bien nommée ''In The Beginning'' lance le morceau éponyme. Tout y est. Grosses grattes, choeurs bien présents et vocaux puissants. S'ensuivent des compos typés Hard FM comme ''I'll Never Be Loved By You'' et le sympathique ''Crazy Over You'', un mid tempo Hard-Rock mélodique comme ''On The Wings Of An Angel'', le très heavy ''Stand Or Fall'' du genre old school comme on les aime et l'Accept-ien ''I Help You Hate Me'',

Avec ''Feed The Fire (Like The Bonfire)'', c'est du bon et même très bon Heavy metal que le quintet d'Ingolstadt nous assène avec des maousses riffs de guitares et un refrain fédérateur totalement imparable. Ce futur standard du combo à l'évidence fera vibrer vos boomers de haut parleur. Ce sont vos voisins qui vont être contents. Le plutôt rapide ''Fly Away'' rappelle fortement Helloween avec ses nappes des synthés, ses solos et ses duels que se livrent les deux six-cordistes. Absolument délectable.

Évidemment, on n'évite pas la power ballad. Certes ça reste assez classique mais les six minutes de ''Comin' Home'' passent plutôt bien et permettent à Stahl de montrer l'étendue de ses capacités vocales. Sur le CD digipack uniquement, on peut d'ailleurs retrouver une très belle version acoustique de morceau ainsi qu'un espèce de collage sonore totalement barré et interminable (quasi vingt minutes), affublé du nom de ''Friedensreich II - The Return Of The Zünsler Into The T.O.L.'', qui se veut humoristique mais qui s'avère absolument inutile.

Malgré ses trente ans d'existence et ses multiples changements de line-up du passé, Bonfire livre un Temple of lies qui certes ne réinvente rien mais qui est des plus honnête et qui donc ne décevra pas ses fans et les amateurs de bon hard rock direct et mélodique teuton.