LORD OF THE LOST
Plus d'infos sur LORD OF THE LOST
Dark Rock

Thornstar
The Effigy
Journaliste (Belgique)

LORD OF THE LOST

«LORD OF THE LOST nous offre une oeuvre magistrale ! Impossible de faire l' impasse sur un album de cette qualité !»

20 titres
Dark Rock
Durée: 89 mn
Sortie le 03/08/2018
4771 vues
Chris Harms, maître d'oeuvre de Lord Of The Lost a débuté le groupe en tant que projet solo en 2007 sous le nom de Lord. Le groupe est cependant bien en route pour la sortie du premier album, Fears, en 2010. Chris enchaînera depuis les sorties d'albums et les tournées internationales faisant ainsi monter Lord Of The Lost dans l'ascenseur du succès. La cadence est énorme et le groupe subi pas moins de cinq changements de membres en sept ans. Le palmarès des sorties démontre le boulot abattu avec déjà sept albums studios, deux albums live et trois E.P.

Du côté des vidéos nous dépassons maintenant la vingtaine de clip, un dvd live et de nombreuses apparitions télévisées. Rajoutons que si la quantité est là, la qualité reste bien présente tout du long des sorties. A force de perfection quasi touchée à chaque fois, de nombreux détracteurs attendent le premier faux pas de cet ovni gothico-metal-electro-symphonique. Alors qu'en est-il cette fois ? Seront ils satisfait où se trompent ils comme ce fût le cas à chaque fois ? La réponse est cinglante et le détracteur s'en ira une fois de plus tête baissée, la queue entre les jambes, se réfugier dans sa grotte de mauvaise foie. Lord Of The Lost enfonce le clou et nous sort une oeuvre magistrale que nous décortiquons ici.

L'album commence en force avec « On This Rock I Will Buid My Church » Le martèlement et l'électronique accouchent d'un rythme tribal qui tournera vers une pop gothique pour un refrain fédérateur. Toute les possibilités instrumentales sont exploitées, des sons les plus bruts aux sons les plus doux. L'enchaînement sur un « Loreley » avec un rythme lourd mais plein de groove se place sans problème dans notre cerveau qui s'emballe sur les très bons phrasés de Chris. La mélodie du refrain tient son rôle accrocheur alors que les passages criés nous emballent.

Les sons de violons nous laisse penser un titre calme à venir, mais il n'en est rien. « Black Halo » joue beaucoup sur l'électronique et l'inspiration gothique est bien marquée. Le chant est superbe avec de très belles lignes qui remue l'âme. Un départ disco et nous découvrons un style vieille new wave pour le titre « In Our Hands ». Nous décollons vraiment avec cette mélodie planante et ce n'est pas un ou deux passages plus brut vocalement qui enlèveront cette sensation de flotter dans les nuages.

Revenons avec plus de rythme, « Morgana » est grandiloquent au possible. La beauté et la structure du titre en font un moment majestueux de l'album, un parmi tant d'autres devrait-on dire. Et cette ambiance va être marquée de manière différente pour un « Haythor » qui se verra chanter par bon nombre de fans. Le groupe nous offre hit sur hit avec de très bons refrains à chaque titre, que l'ambiance soit lourde ou aérienne importe peu, chaque titre fait mouche.

« Naxxar » va vous inquiéter par son interprétation plus sombre. Nous sommes dans une phase critique de l'histoire et cela se ressent. Les différents personnages prennent leurs places et vivent leurs tourments. La tristesse se joindra au reste avec « Cut Me Out ». Tout les sentiments se ressentent vraiment bien dans les interprétations diverses. Le refrain est magistral, empli de beauté noir et addictif qui plus est.

Une tendance militaire voit le jour avec le martèlement métallique de « The Mortarian ». Un chant alternant la douceur et le cri sert à merveille le propos. L'orchestration des refrains est parfaite pour nous emporter au loin. Le très lourd « Under The Sun » porte bien son nom. Les riffs apparaissent violents, alors que l'électronique se taille la part belle des couplets. Le groupe n'hésite pas à casser le tout par un piano introduisant un très bon refrain. Un morceau bien marquant.

Passerions nous dans un style western ? « In Darkness, In Light » pourrait y prétendre sur l'effet de rythme, mais le reste repart de plus belle sur la grandiloquence gothique de la bande de musiciens. « Forever More » va quand à lui accélérer le tempo. Plus simple dans ses arrangements, la mise se fait sur l'efficacité. Introduction moderne pour un « Ruins » puissant et rageur. Le morceau est d'une efficacité redoutable en passant par des grands arrangements et revenant à la simplicité d'un coup de baguette magique.

Nous démarrons le deuxième cd par un featuring de Dero (chanteur de Oomph) et sa magnifique voix. « Abracadabra » apporte un peu de décalage et de folie tout en restant purement du Lord Of The Lost. L'entrée angélique et étrange de « Voodoo Doll » nous offrira un morceau assez traditionnel du genre mais l'inspiration mélodique en fait un élément à la hauteur du reste. « The Art Of Love » nous fait sombrer musicalement dans un océan noir. L'ambiance est assez malsaine et grandement appréciable.

La brutalité fait sont grand retour pour aborder « Lily Of The Vale ». Le ton est assez industriel et l'ensemble cartonne à toute puissance. Le décalage rythmique et vocal de « Penta » va donner une saveur particulière à tout le titre. Douceur et rage se mêleront pour notre plus grand bonheur. « Free Radicals » nous ramène en territoire connu. Plus joyeux, le titre s'apprécie assez facilement. Nous arrivons à la clôture de l'album avec « Live Pray Die Repeat ». Le mélange entre partie brute et refrain fédérateur fait sont retour pour un titre qui va de nouveau bien se marquer dans l'esprit de l'auditeur.

La conclusion va être courte vu ce qui a déjà été dit en introduction. Oui, nous sommes face à un très grand album de Lord Of The Lost, certainement le meilleur à ce jour. La prétention du double cd ne pose aucun problème et était textuellement nécessaire pour raconter cette histoire hors du commun. Nous sommes tombé sous le charme, cela va sans dire. Un album que nous conseillons à toute personne ayant un penchant pour le metal gothique, symphonique et électro. Chris à composé un grand album et nous le remercions de prendre soins de nos envies musicales grâce à son talent d'auteur-compositeur. Vivement la tournée.