Ohms
Seb Gallagher
Journaliste

DEFTONES

«Les précurseurs du nu métal reviennent et frappent un grand coup avec le bestial « Ohms »»

10 titres
Metal
Durée: 46 mn
Sortie le 25/09/2020
1120 vues
On ne présente plus les californiens de Deftones, fondateurs du mouvement nu métal. Avec déjà 8 albums à leur actif, les voilà de retour quatre ans après le détonnant et encensé « Gore », pour un nouveau tour de piste et de ce fait un neuvièmes opus. Nommée « Ohms », cette nouvelle galette marque le retour au prod du grand Terry Date qui était déjà à la commande lors de précédents classiques du groupe tels que « The Fur » l’énormissime « White Pony » entre autres, mais avant toute chose, cela nous fait faire un bond dans le passé et nous fait retrouver nos 18ans voire 14ans pour les plus jeunes d’entre nous.

Un album retour aux sources qui transpire le meilleur de ce que Deftones sait faire. Ouvrant les hostilités avec du très lourd, à l’instar d’un « Genesis » bien lourd et gras, nous en avons déjà pour notre compte alors que l’on commence l’écoute. S’en suivent les rouleaux compresseurs de l’album tels que « Urantia », « Error » ou encore « The Spell Of Mathematics », qui en cette première partie d’opus nous font passer plus qu’un bon moment, pour le grand plaisir de nos oreilles.

En ce qui concerne la seconde partie du nouveau brulot nu métal de nos californiens, la bande de Chino Moreno nous tient en haleine de la première à la dernière minute de chaque titre. Le mélodieux « Pompeji » fait partie des exemples les plus frappants : calme par moments gardant une lourdeur de fond, tout se goupille pour mettre nos oreilles sur un fil tel un équilibriste. Mais l’on ne peut pas s’arrêter là car tout est bon dans « Ohms » que ce soit les précédents titres cité tout comme la suite, à l’instar du ravageur « Radiant City » ou encore « Headless ». Mais là où l’on atteint la quintessence de nos californiens, c’est bel et bien sur le titre éponyme de cet album qui comme un fait exprès vient conclure de manière magistrale plus de 40 minutes de gros et bon son nu métal.

Montrant que les années passent mais que rien ne les arrête, les précurseurs de nu métal frappent à nouveau un grand coup avec le très bestial « Ohms », tel un cadeau d’anniversaire pour les 20 ans du splendide « White Pony », nos californiens reviennent avec du lourd et même du très lourd. Un album à ne surtout pas manquer en cet automne 2020.

Tracklist :

1- Genenis
2- Ceremony
3- Urantia
4- Error
5- The Spell Of Mathematics
6- Pompeji
7- This Link Is Dead
8- Radiant City
9- Headless
10- Ohms