Sacred Blood Divine Lies
Seb Gallagher
Journaliste

MAGNUM

10 titres
Rock
Durée: 55 mn
Sortie le 26/02/2016
2990 vues
Comme à leur habitude, les nouveaux Magnum sont toujours des événements. De plus, on n'a plus à présenter ce groupe mythique anglais de Heavy Rock des années 80 et leurs albums célèbres qui résonnent encore dans les têtes de tous les fans. C'est donc avec joie et excitation que l'on découvre leur dix-neuvième album, pour le grand plaisir de nos oreilles et des fans qui, on le pense, apprécieront et attendent cela depuis deux ans !

"Sacred Blood Divine Lies" est donc son nom, débute par son titre éponyme et dès les premières notes, l'univers et l'atmosphère Magnum se déploie avec la voix de Bob Catley toujours aussi belle ainsi que la guitare de Tony Clarkin toujours aussi efficace.

Par la suite, des titres tels que "Gypsy Queen ", ou "Afraid of the night" se détachent vraiment du lot avec des riffs entêtants et toujours la voix de Bob au top du top. Même si des titres tels que "Princess In Rags", "A Forgotten Conversation" et "Twelve Men Wise And Just" restent de super titres bien entraînants avec une batterie qui tient plus que la route et un Tony Clarkin au meilleur de sa forme, ces trois titres restent moins prenants que les précédents énumérés.

Après, vous me direz que même si il y a des défauts par endroit, tout cela reste de très très bons titres de très bonne manufacture qui font plus que du bien aux oreilles. D'ailleurs, nos anglais terminent cet opus avec "Don't Cry Baby", titre qui conclut plutôt bien 55 minutes de pur Heavy Rock. Un titre qui rentre bien en tête, à l'efficacité instrumentale bien rodée et un solo piano cette fois-ci, qui apporte un bonne douceur a ce morceau de fin.

Certains diront qu'ils sont finis, d'autres qu'ils sont toujours au top. Nous, ce que l'on peut vous dire, c'est que "Sacred Blood Divine Lies", dix-neuvième essai de nos anglais, est bel et bien le digne successeur de "Escape From The Shadow Garden", mais aussi un super album avec ses défauts certes, mais où l'on retrouve beaucoup de similitudes avec des albums tels que "Chase The dragon"(1982), "The Eleven Hour"(1983) et j'en passe, nous faisant replonger dans l'atmosphère des premiers Magnum, et cela pour le grand plaisir des fans du début et bien-sûr les autres. Fans et adeptes du style, foncez vous l'acheter et surtout l'écouter car ça vaut le coup d'oreille !