Escape from the Shadow Garden
United Rock Nations

MAGNUM

11 titres
Rock
Durée: 63 mn
Sortie le 21/03/2014
3030 vues
Un album de Magnum est toujours un événement en soi. Groupe mythique des années 80 comment ne pas avoir en tête les albums mythiques du combo « Chase the Dragon », « On a storyteller's night » ou « Wings of heaven ».

Alors quand on nous invite à découvrir en avant-première « Escape from the shadow garden », leur nouvel opus, on goute ça avec un grand plaisir ! Et quel plaisir.

Ce 18ème album de Magnum est très bon. Les atmosphères sont toujours là, la voix de Bob Catley toujours aussi belle ainsi que les guitares de Tony Clarkin. Alors certes, certaines compositions sont moins efficaces que les précédents albums mais c'est parce que Magnum nous a trop bien habitué avec des récentes merveilles telles que « Princess Alice and the Broken Arrow » ou « On the 13th day ».

L'album démarre avec un « Live Till you die » de toute beauté. Des nappes de claviers intrigantes et grandioses précèdent une intro puissante avec les riffs de guitare de Tony que l'on reconnait à 10.000 lieux. Les choix mélodiques vocaux sont toujours aussi efficaces. Un vrai hymne !

« Escape from the shadow garden » nous délivre son lot de ballades « à la Magnum » : « Unwritten Sacrifice », « Don't fall asleep » (quelle simplicté mais quelle classe et quelle intensité !) et « The Valley of Tears ».

Les titres les plus rock sont entrainants et efficaces à l'instar de « Falling for the big plan » (et son refrain mélodique qui se retient facilement et un solo de toute beauté !), « Too many Clowns » (attention ! Riffs de guitare très très puissants !) et « Burning river ».

« The art of compromise » est un vrai bijou mélodique : à cheval entre la ballade et le rock, Magnum nous embarque dans une alternance d'atmosphères efficace et puissante. Le refrain est de toute beauté.

Au demeurant, tous les titres ne sont pas au même niveau. Certains d'entre-eux sont un peu en-dessous du standard auquel le groupe nous a habitués : c'est le cas de « Crying in the rain » ou de « Midnight Angel » (ce dernier est particulièrement ennuyant dans son couplet et inefficace au niveau du refrain).

Avec « Escape from the shadow garden », Magnum nous démontre encore une fois que longévité rime avec efficacité. Ce 18ème opus est un album de qualité aux atmosphères mélodiques telles que Magnum sait les construire.