EMMURE
Plus d'infos sur EMMURE
Death Metal / Progressive / Metal
Chroniques

Hindsight
Enora
Journaliste

EMMURE

«Pas besoin de tergiverser, « Hindsight » est un album excellent qui confirme la tendance selon laquelle le Deathcore a le vent en poupe, et ce pour de bonnes raisons !»

13 titres
Death Metal / Progressive / Metal
Durée: 31 mn
Sortie le 26/06/2020
569 vues

Depuis sa formation en 2003, le groupe de Deathcore américain Emmure n’a pas cessé de se faire remarquer. La qualité de leur EP, « The Complete Guide To Needlework » (2006), et de leur premier album un an plus tard, « Goodbye To The Gallows » (2007), laissaient présager le meilleur pour un groupe qui dévoile maintenant sa huitième œuvre avec « Hindsight ».

Les premières secondes de ‘Finally Understanding Nothing’ permettent à Emmure, avec sa force de frappe habituelle, d’instaurer le climat qui se retrouvera tout au long de cet opus, avec une ligne rythmique très présente et groove ! Le timbre de Frankie Palmeri, toujours aussi reconnaissable, est également au rendez-vous avec une conviction qui semble ne jamais faiblir. Le mixage met la basse de Phil Lockett au premier plan sur ‘Trash Folder’ alors que le chant nous emporte de plus en plus loin dans la folie. Souvent courtes, les chansons n’en ont que plus d’impact, à l’image de ‘Pig’s Ear’, un titre par ailleurs aussi organique que robotique. ‘Gypsy Disco’ témoigne une nouvelle fois du goût d’Emmure pour quelques phrases parlées, voire seulement quelques mots, en début de morceau, comme pour préparer l’auditeur à la déflagration musicale qui suit sans tarder.

Les déchaînements de violence que propose « Hindsight » laisse deviner à quel point Josh Miller, le batteur, s’est défoulé sur les breaks, et ce n’est pas avec la sombre ‘I’ve Scene God’ qu’on va dire le contraire ! Les passages avec une voix très grave apportent également beaucoup à l’atmosphère générale. Étrangement, ‘Persona Non Grata’ aurait presque de quoi faire penser au style de certaines chansons d’In This Moment, qui reste cependant bien plus posé tant Emmure laisse toute sa rage s’incarner en musique. Entre modernité absolue et crativité folle, ‘Thunder Mountain’ souligne que le groupe se positionne à merveille sur la scène Deathcore actuelle ! Avec ‘Pan’s Dream’, davantage d’influences d’Emmure se font ressentir alors qu’on retrouve une multitude de références intelligemment utilisées.

Hypnotique et lancinante à souhait, ‘203’ est le genre de chanson sur laquelle on rêve de se laisser porter en live, de s’abandonner à une transe qui contaminerait peu à peu l’ensemble du public, emporté par la même folie, par la même fougue. ‘Informal Butterflies’ se révèle rapidement plus oppressive et explosive, un combo très réussi qui permet encore à Josh Travis de s’affirmer par son jeu de guitare sur le fil alors que le frontman nous emmène toujours plus loin dans la découverte de ses capacités d’incarnation, ce qui se retrouve aussi sur la courte ‘Action’. La sobriété minimaliste de ‘Bastard Rituals’ impressionne autant qu’elle terrifie, et c’était sans doute le but du groupe. ‘Uncontrollable Descent’ est le dernier titre que le groupe a mis en ligne, alors je vous laisse vous faire votre propre idée !

Pas besoin de tergiverser, « Hindsight » est un album excellent et qui confirme la tendance qui s’affirme depuis quelques temps et selon laquelle le Deathcore tend à proposer des contenus de plus en plus prometteurs et de qualité également brillante ! Emmure s’inscrit dans la lignée des grands opus américains de ces derniers temps, ce en quoi « Hindsight » peut être rapproché du sublime « The Valley » (2019) de Whitechapel !