SCHOOLYARDS, MADY le clip qui vous emporte!
Rose De Lacfeld
Journaliste

Créé le 05/10/2016
3998 vues

Vous êtes prêts? Montez le son! Ecoutez.......

Ne vous laissez pas attendrir par les premières secondes du clip, où une aura bienveillante semble envelopper le groupe.....
Attendez la suite.....

La machine de guerre SCHOOLYARDS est lancée! Plus rien ne pourra l'arrêter, plus rien ne pourra sauver Mme Albright de leurs riffs rageurs!

Dans ce morceau engagé intitulé "MADY", SCHOOLYARDS y ont jeté toutes leurs tripes.
Le ton posé des premières paroles va vite laisser place à la révolte. Crescendo, on monte en puissance, le son est martelé, comme pour bien nous enfoncer dans le crâne toute l'horreur dont est capable Mme Albrigth!
Tandis que la rage et l'intensité de SCHOOLYARDS ne nous laissent aucun répit, le souffle de la révolte s'insinue, tel un serpent, au plus profond de nous et l'envie de se joindre au groupe est de plus en plus évidente.....

Après ce combat titanesque, la fin du morceau nous laisse vidé, épuisé, les quelques notes de pianos se veulent apaisantes, le temps de panser les blessures de l'âme.....mais l'accalmie est de courte durée.....A la fin du script, pour exorciser la haine farouche que nous inspire Mme Albrigth, il ne nous reste qu'une envie......Celle d'écouter encore et encore SCHOOLYARDS....

Le clip est "made in" SCHOOLYARDS, les paroles sous-titrées renforcent l'intensité du morceau.
Si à la première lecture on se concentre plus sur le son et la voix du chanteur, je vous invite à le visionner plusieurs fois, pour capter toute son ampleur...

l'utilisation d'instruments musicaux en jouet d'enfants est un hommage aux petites victimes.
L'allusion à Miss Monica Levinsky est parfaitement judicieuse.....

"MADY" est un morceau qui s'écoute, qui se lit. Il pointe violemment du doigt tous ces élus, pour qui la vie d'un être humain n'est rien d'autre que de la chair à canon...


Madeleine Albright
Le 9 février 1993, elle est nommée ambassadrice américaine aux Nations unies par le président Bill Clinton (avec rang au Cabinet présidentiel).
En 1996, lors d'une interview accordée à Lesley Stahl dans le magazine de CBS intitulé Sixty Minutes, elle déclare à propos des sanctions contre l'Irak et la mort de 500 000 enfants:
« Je pense que c'est un choix très dur, mais le prix -- nous pensons que ça vaut le prix. »