Report de Nashville Pussy et Sweet Needles au Petit Bain !
Joe Ftaghn
Jounraliste

«Quand le Rock et le Dirty se rencontrent sur la Seine...»

Créé 25/05/2022
150 vues

Report de Nashville Pussy et Sweet Needles au Petit Bain !

L’été oblige, en cette douce soirée du 25 mai 2022, alors que les parisiens se ruent aux portes de la ville pour profiter d’un week end allongé, je me rends à la piscine Joséphine Baker sur les quais de Seine pour m’entraîner au plongeon… Il se trouve qu’en fait, je me suis arrêté au Petit Bain !

En effet, ce mercredi, cette salle que j’apprécie beaucoup pour son côté atypique et intimiste a été le théâtre d’un hard rock décomplexé et haut en couleur. Disons-le crûment, nos amis américains, le Pussy de Nashville a Rock the Boat comme on le voulait ! Voilà c’est fait, maintenant j’arrête ces anglicismes immondes et on en vient au vif du sujet.

Je monte à bord, donc, de cette péniche qui, rappelons-le, offre à l’étage un espace bar restaurant donnant sur la Seine, tandis qu’une petite salle au sous-sol à l’accoustique excellente ; salle qui aura vu les plus siphonnés du hard rock. Je descends les escaliers, accréditation en poche, et commence à fureter les environs pour ne perdre aucun détail de l’ambiance.

Après avoir siroté la boisson habituelle, je me laisse entraîner dans les entrailles de la salle qui commence à se remplir. Je tente alors de me mettre au fond pour ouvrir un peu mon champ de vision de jeune reporter hagard. Mais je me rends vite compte que je suis en fait bien plus proche de la scène que je ne le pensais lorsque nos français de Sweet Needles entrent avec cette énergie qui leur est propre. Les premiers accords réveillent, le jeu de lumière accompagne avec succès l’harmonie gestuelle du groupe.

Encore une découverte pour ma part, j’apprécie tout particulièrement la variété des morceaux, des riffs et des rythmes que nos compatriotes proposent. Le son, les jeux de lumières, les morceaux variés, l’énergie de chacun et la proximité de la scène me font vibrer. Sur le dernier morceau, un hommage aux victimes du Bataclan apparait, à la fois touchant et réconfortant.

C’est ensuite que la soirée prend son sens. Alors que je me retire près de la boutique pendant que la scène se prépare au Pussy, l’idée de me procurer l’album des Sweet Needles germe dans mon esprit. Je reconnais alors une chevelure. Le chanteur des Needles est là, essuyant quelques compliments. Je m’approche, et sans pression, je m’adresse au groupe qui m’accorde alors une brève interview improvisée pour mon plus grand plaisir. Le sourire aux lèvres, je repars ensuite avec mon album dédicacé par les quatre Needles. Je suis (re) devenu cette groupie adolescente folle des années punk.

Je m’enfonce à nouveau dans la salle pour acclamer les nerveux d’Atlanta, toujours dans une parité exemplaire. L’harmonie est présente et, malgré un âge un peu plus avancé, le groupe du couple sybarite Cartwright-Suys offre une prestation de hard rock qui ne faiblira pas. Bien que la scène apparaît un peu trop chargée de lumière blanche, dissimulant un peu trop à mon goût les faisceaux colorés des spots, on se laisse entraîner et on se lâche sur le très bon rock scénique osé et décomplexé qui a fait les grandes heures du groupe.

La prestation illuminée se termine un peu brusquement mais je sors le sourire aux lèvres dans la douce fraîcheur du soir, ravi d’avoir plongé dans le Hard Rock du Petit Bain.

Aux têtes qui remuent face à la Seine, je dis à la prochaine !


Setlist Nashville Pussy :
Struttin' Cock
Piece of Ass
Wrong Side of a Gun
Gonna Hitchhike Down to Cincinnati and Kick the Shit Outta Your Drunk Daddy
Come On Come On
Rub It to Death
Go Home and Die
She Keeps Me Coming and I Keep Going Back
CCKMP (Steve Earle cover)
Going Down Swinging
Pillbilly Blues
Til the Meat Falls Off the Bone
Why Why Why
Pussy’s Not a Dirty Word
Keep On Fuckin'
Go Motherfucker Go


Festival
Hellfest 2016
Nashville Pussy
17/06/2016
Les Cheminées du Rock
Nashville Pussy
20/08/2016