THE FLOWER KINGS
Plus d'infos sur THE FLOWER KINGS
Progressive rock

Waiting for Miracle
Fred H
Journaliste

THE FLOWER KINGS

«The Flower Kings associe légèreté et complexité pour un résultat globalement plutôt bon dans le registre du metal prog»

15 titres
Progressive rock
Durée: 74m40 mn
Sortie le 08/11/2019
1391 vues
Dans le registre du metal rock progressif, The Flower Kings fait partie des combos références. Depuis un peu plus de 25 piges, la discographie de nos suédois quasi exemplaire force le respect. A peine un an après l'excellent « Manifesto of an Alchimist », voilà donc « Waiting for Miracles ». Avant le contenu, parlons du contenant ou plutôt de l'artwork. La pochette, vraiment réussie et amusante, signée par l'artiste américain Kevin Sloan (connu pour son attachement pour la faune et la flore), montre un éléphant en équilibre (sur ses 2 pattes avant) sur un … château de cartes.

Fort logiquement donc, cet album débute par un morceau en référence (le prélude au piano bien-nommé 'House Of Cards'). Une fois encore, le programme de cette double rondelles est des plus copieux (15 titres pour quasi 75 minutes au total). L'équipe a souhaiter revenir à un style plus coloré et lumineux. Les ambiances sont variées oscillantes entre parties planantes ('Sleep With The Enemy'et moments plus électriques ('Black Flag'). Comme à l'accoutumée, chaque chanson regorge de multiples idées. Les compositions, souvent longues (5 à 6 minutes en moyenne et 2 pièces maitresses allant même jusqu'à 10) sont remplies de détails (tendez l'oreille dès l'intro du free jazz 'The Rebel Circus' pour entendre des barrissements dudit pachyderme aux deux défenses) et de trouvailles (entièrement instru 'Ascending To The Stars' et ses arrangements de cordes assez étranges). La production plutôt moderne est léchée et fait la part belle à toutes ces musiciens de talent.

Enregistré « à la maison » (dans le studio RMV de Stockholm appartenant à Benny Andersson, membre d'ABBA ?!), l'album est très mélodique grâce à des alternances de parties chantées et (longues) plages instrumentales travaillées et aisément mémorisables. Les bases du groupe sont bien là. Soutenu par une section rythmique au cordeau, le toucher de gratte du sieur Stolt demeure subtil et léger. L'orgue Hammond, très présent tout au long de l'oeuvre, est bien mis en avant (l'entrainant 'Miracles For America'). Au milieu de 2-3 pistes « conventionnelles » ('Wicked Old Symphony', 'The Crowning Of Greed'), on trouve de véritables perles de progressif. Raffinées, généreuses, fouillées et élégantes (l'envoutant 'The Bridge', l'enchanteur 'Vertigo'), que de merveilles. Plus prog' que cela… tu meurs. Les amateurs des formations majeures du rock prog' 70's (comprendre King Crimson, Genesis, Pink Floyd et autres Yes) ne pourront qu'être ravis. Le second skeud se veut plus expérimental (le psychédélique 'Spirals' et ses fioritures électros) et moins indispensable. Les Rois des Fleurs proposent une relecture électrique de l'opener du 1er CD ('House Of Cards Reprise'), un morceau assez « classique » au genre prog ('Steampunk') et s'embarquent dans les années 80 ('We Were Always Here').

Avec son « Waiting for Miracle », The Flower Kings associe légèreté et complexité pour un résultat globalement plutôt bon voire même très bon (surtout le premier disque, le second s'avérant un peu en dessous). « Le pouvoir des fleurs c'est que du bonheur... ».