The Heretics
Anibal BERITH
Journaliste

ROTTING CHRIST

«''The Heretics'' est un album massif et cérémonial dont le sermon ne peut qu'emporter l'auditeur tel un croyant face à son Dieu.»

10 titres
Grindcore, Black Metal (early), Gothic Metal (mid), Extreme Metal (later)
Durée: 43 mn
Sortie le 15/02/2019
1940 vues

Plus de trente ans d'existence, 13 albums, une douzaine d'Ep, les grecs sont de loin les maîtres du Dark Metal avec comme point de mire la religion chrétienne et tout ce qui en découle .
Expérimentant une musique incantatoire depuis ''No Servam'', les frères Tolis ont réussi à créer un style à part, unique, mélangeant toutes les influences du Metal extrême pour faire de chaque album un sermon attendu de tous les fans.

Alors, nous voilà partis pour une messe de 43 minutes et 10 titres (11 pour la version Deluxe) au cours desquels les grecs se sont entourés de quelques artistes pour donner davantage de profondeur à leur art (Irina Zybina (GRAI): Vocals on 'Vetry Zlye', Dayal Patterson: Intoning on 'Fire God and Fear', Ashmedi (MELECHESH): Vocals on 'The Voice of the Universe' , Stratis Steele: Intoning on 'The Raven').

Les habitués reconnaîtront la patte des grecs dès les premières notes ! Impossible de se tromper, on écoute bien un album de Rotting Christ, plus même, nous sommes clairement transportés vers la suite logique de ''Rituals'', leur précédent méfait.
Ce qui impressionne immédiatement, c'est le son ! Il est massif ! A la fois puissant et équilibré. Gros travail de la production dirigée par Sakis lui-même au Pentagram Studios avec George Emmanouil comme ingénieur son et Jens Borgen du Fascination Street Studios (AMORPHIS, BORKNAGAR, MOONSPELL, DEVIN TOWNSEND, entre autres), pour le mixage.

Dès le défilement du premier morceau 'In the Name of God', on prend un mur du son en pleine face ! Inutile d'espérer des blast beats, des soli ou des riffs complexes, la musique des grecs est répétitive, incantatoire sans négliger de monter en puissance et c'est exactement la trame de l'album : la montée en puissance !

Tel le sermon dominical, l'album se met en place de chanson en chanson épousant un rythme martial réussissant la prouesse d'être à la fois écrasant et aérien notamment grâce aux parties chantées par les featuring ('Vetry zlye (Ветры злые)') et les passages folk/pagan parfaitement insérés sur 'I Believe (Πιστεύω)' et 'The Voice of the Universe'.

Ce qui peut en dérouter certain, c'est que les frères Tolis ont réservé une large part au côté cérémonial sur l'ensemble des compositions et fait de cet album une véritable croisade anti-religion en explorant ici la période de l'Inquisition. On le sent dès 'Heaven and Hell and Fire' et plus particulièrement sur 'Hallowed Be Thy Name' qui sur plus de 5 minutes, Sakis entonne le titre de l'oeuvre.

Deux titres, toutefois, se démarquent du sermon entamé par les grecs depuis 25 minutes, 'Fire, God and Fear' et 'The Raven'; le premier distillant une atmosphère black metal old school par un rythme plus léger presque heavy, un son de guitare moins gras rappelant clairement l'intro de 'The Blond Beats' de Frontschwein (Marduk), le second épousant le même rythme offrant une ambiance plus aérienne.

Avec ce 13ème album, Sakis et Themis Tolis enfoncent le clou de leur guerre musicale anti-religion qu'ils livrent depuis 25 ans (1994, 'No Serviam') en élaborant un album massif et cérémonial dont le sermon ne peut qu'emporter l'auditeur tel un croyant face à son Dieu.

Setlist :

1. In the Name of God 04:14
2. Vetry zlye (Ветры злые) 03:13
3. Heaven and Hell and Fire 04:52
4. Hallowed Be Thy Name 05:06
5. Dies Irae 03:46
6. I Believe (Πιστεύω) 03:42
7. Fire, God and Fear 04:50
8. The Voice of the Universe 05:23
9. The New Messiah 03:07
10. The Raven 05:23
ROTTING CHRIST
Plus d'infos sur ROTTING CHRIST
Grindcore, Black Metal (early), Gothic Metal (mid), Extreme Metal (later)