REVENGE
Plus d'infos sur REVENGE
Black/Death Metal

Strike.Smother.Dehumanize
Julien Pingenot
Journaliste

REVENGE

«"Strike.Smother.Dehumanize" est du pur REVENGE ! Violent, nihiliste et d'un élitisme total allant envoyer chier tout le monde.»

10 titres
Black/Death Metal
Durée: 36 mn
Sortie le 22/05/2020
458 vues

Cette année marque le retour très attendu du trio le plus vénèr de la scène : REVENGE ! Il y a déjà cinq ans, les Canadiens nous gratifiaient de l'excellent "Behold.Total.Rejection", qui était une ode à la violence, au nihilisme, la haine et était d'un élitisme total allant envoyer chier tout le monde. REVENGE naît des cendres de CONQUEROR, groupe culte de Black / Death qui a plié le game en seulement un album: "War Cult Supremacy". Le groupe est mené de mains de maîtres par le duo Read/Vermin et déverse sans concession de la haine pure depuis plus de 20 ans. Signé chez Season of Mist depuis « Behold.Total.Rejection », on aurait pu croire que cette hargne se perdrait mais non, James Read est plus énervé que jamais et nous offre pour ce mois de mai 2020 son sixième album "Strike.Smother.Dehumanize".

Comme ses prédécesseurs "Strike.Smother.Dehumanize" est un mur de sons et de cris rageurs qui atomise tout sur son passage. L'album n'a pas d'intro "pour te mettre dans l'ambiance", non c'est direct la correction avec "Reaper Abyss (Real Rain)". Et dès que le char d'assaut est allumé, impossible de le stopper dans sa course. Pour ce nouvel album, le groupe ne change en rien sa formule, REVENGE reste REVENGE.

Pendant plus de 35 minutes, REVENGE malmène l'auditeur, tant tout est chaotique et frénétique. Le tempo ne ralentit jamais sauf pour asséner un breakdown étouffant comme sur "Oath Violator" ou encore "Lightning Mythos". Ces breaks sont des leçons de groove, ma nuque ne s'est pas encore remise de "Oath Violator".

Au fur à mesure des sorties, le trio a maîtrisé la bête et arrive à combiner au mieux les divers influences qui les caractérisent. Notamment, les influences Grind qui sont beaucoup plus assumées et incorporées aux morceaux comme ce growl pitché (qui est légion en goregrind) qui prend de plus en plus d'importance notamment sur les morceaux "Salvation Smothered (Genocide of Flock)" ou encore l'intro de "Death Hand (Strike Dehumanization)".

La seul réelle évolution chez REVENGE est l'amélioration de la production, en effet, le problème que j'avais avec les premiers albums était la production, je la trouvais pas assez percutante et ne faisant pas honneur aux compositions. Et depuis le précédent, la production rend les albums massifs, suffocants et rend la rage palpable.

Au final, REVENGE revient après cinq ans avec un album, certes qui ne change en rien la formule, mais toujours aussi énervé, avec une production au poil et le tout fait de la manière la plus punk possible.