Gammagelu
Antares Bauglir
Journaliste

NEGATIVE WALL

«Un premier EP au concept interessant, avec cependant quelques points négatifs qui rendent l'écoute parfois laborieuse.»

4 titres
Doom Métal
Durée: 28 mn
Sortie le 08/02/2019
2505 vues

C'est sur une toute jeune formation d'Atlanta que nous allons nous pencher aujourd'hui. Negative Wall est un groupe de Doom américain formé en 2018, qui sort en ce mois de février son premier EP intitulé ''Gammagelu''.

Composé de Don Cole (Blacklight Midnight) à la guitare, de Dennis Reid (Bludy Gyres, Tommy Stewart's Dyerwulf, Blacklight Midnight) à la batterie et de Tommy Stewart (Hallows Eve, Bludy Gyres, Tommy Stewart's Dyerwulf) à la basse, les trois musiciens occupent également la place de chanteurs à tour de rôle. Leur propos est de mélanger musique et science-fiction, ce qui se remarque très vite lorsque l'on voit la cover de ce ''Gammagelu'', qui fait instinctivement penser à un mix contre nature entre Cthulhu et Predator, le tout dans les tons verts, qui ravira les amateurs et amatrices de Weird Tales.

Ainsi, 'Imperii Exsules (Galactic Viatores)' fait référence à l'épisode ''The Zanti Misfits'' de la série culte ''Au delà du réel''. 'Hybrid Genus Serpentis' est l'histoire d'un voyageur temporel violé par un extra-terrestre reptilien dont le rejeton est enfermé dans une capsule qui ne doit s'ouvrir qu'à l'extinction de toutes les espèces vivantes de l'univers. Et enfin, 'Mater Saeva Kp22' s'inspire d'une vieille chanson irlandaise et parle de matricide et de la planète Kp22.

La galette se divise en quatre titres, dont le dernier, 'Torquemada 71' est une reprise d'Electric Wizard, formation que les trois musiciens d'Atlanta apprécient tout particulièrement. Ces trois titres originaux s'orientent plus vers un doom-stoner, ou la guitare n'est pas aussi lourde que ce que l'on attend d'un gros riff doom. Les arpèges sont nombreux et permettent de poser une ambiance ''galactique'' qui sert bien les thème abordés, notamment sur 'Hybrid Genus Serpentis'. Le rythme est lent et les voix légèrement nasillardes et trafiquées donnent un petit côté rétro pas désagréable à l'ensemble, pas toujours dans un registre juste, ce qui rend l'écoute parfois laborieuse, notamment sur 'Imperii Exsules (Galactic Viatores)' et 'Mater Saeva Kp22'. Les ambiances entre ces trois morceaux sont cependant bien distinctes, ce qui est un très bon point, puisqu'il permet à Negative Wall de montrer l'étendu de son répertoire.

Ce premier essai est plutôt réussi, bien qu'il manque une certaine lourdeur dans les riffs et une justesse dans le chant. Certains morceaux trainent un peu en longueur (notamment 'Imperii Exsules (Galactic Viatores)') et bien que l'hommage à Electric Wizard soit tout à leur honneur, la version originale reste plus percutante. Néanmoins, le concept global de Negative Wall et son sci-fi Doom a de quoi intéresser. A voir ce que les gars d'Atlanta préparent pour la suite de leurs aventures inter stellaires !
NEGATIVE WALL
Plus d'infos sur NEGATIVE WALL
Doom Métal