REECE
Plus d'infos sur REECE
Heavy Metal
Chroniques

Cacophony Of Souls
Fred H
Journaliste

REECE

«Hard Rock / Heavy Metal assez classique qui s’envoie d'une traite avec plaisir»

12 titres
Heavy Metal
Durée: 48'01 mn
Sortie le 13/03/2020
705 vues
Quand on parle de David Reece, on cite souvent en premier lieu son unique partenariat avec Accept (le très controversé « Eat the Heat » sorti en 1989, 1er disque commis sans leur hurleur originel Udo Dirkschneider). Pourtant, ces dernières 30 piges, l’étasunien s’est associer avec tout un tas d'autres combos : Sircle of Silence, Bangalore Choir, Bonfire (« Glorious » et « Pearls » respectivement parus en 2015 et 2016) ou encore plus récemment Sainted Sinners. Depuis une dizaine d’années, en parallèle de toutes ses collaborations diverses, l’américain mène également sa carrière en solo avec son propre groupe éponyme.

Le « Cacophony Of Souls » qui déboule présentement est donc le quatrième méfait du monsieur (après « Universal Language » en 2009, « Compromise » en 2013 et « Resilient Heart » en 2018). Musicalement, une fois encore le désormais quartet délivre du pur Hard Rock de première bourre. Avec des pistes plutôt rapides, mélodiques et calibrées (trois à quatre minutes pour l'essentiel), la formation privilégie l’efficacité et l'approche directe. Pas de fioritures, juste des bonnes sonorités old-school/80's façon Dio ('Judgement Day'), des changements rythmes, quelques accointances Judas Priest-iennes (le un rien facile 'Metal Voice' dont la mélodie a été composée pour la chaîne YouTube canadienne du même nom), de belles harmonies ('Back In The Days') et des refrains entraînants ('No Disguise').

Rien à reprocher du coté des zicos. Le sixcordiste (également au mix et à la prod’) allemand Andy Susemihl (ex-U.D.O./Sinner) fournit des riffs mordants (l'excellent ouvreur 'Chasing The Shadows' qui rappelle un 'Slave To The Grind' de Skid Row) et quelques soli furieux (le percutant 'Blood On Our Hands'). Le bassiste germain Malte Frederik Burkert (Exotoxis) et le frappeur italien Andrea Gianangeli (Dragonhammer, Souls Unchained) offrent une section rythmique plutôt solide. Sans pour autant prédominer sur l'ensemble, chacun à l'occasion de s'illustrer au travers de lignes de basses bien présentes par ci ('Over And Over') et de parties de batterie soutenues par là (l'explosif 'A Perfect World' et son chant doublé).

Pour sa part, Reece ne déçoit pas vocalement. Le garçon se fait tour à tour rageur et puissant ('Bleed'), profond et plus rauque (l'accrocheur 'Cacophony Of Souls' qui rentre immédiatement dans la caboche), sombre ('Collective Anaesthesia') et même touchant (la magnifique et unique ballade 'Another Life Another Time').

Si ce « Cacophony of Souls » n'amène rien de nouveau dans le genre Hard Rock / Heavy Metal assez classique, et malgré 2 ou 3 plages un peu en dessous du reste, cet opus s’envoie d'une traite avec plaisir. Le sieur David Reece est bien au rendez-vous, et ça fait du bien. Alors, pas de raison de passer à coté.