IHSAHN
Plus d'infos sur IHSAHN
Extreme Progressive Metal
Chroniques
Ámr
2018
Pharos
2020

Arktis
Anibal BERITH
Journaliste

IHSAHN

11 titres
Extreme Progressive Metal
Durée: 57 mn
Sortie le 08/04/2016
5031 vues
2016 marque les dix ans du premier album de Vegard Sverre Tveitan, plus connu sous son nom de scène Ihsahn, fondateur, chanteur, principal guitariste, et claviériste du groupe Emperor. Comme toutes les créations de ce musicien norvégien quadragénaire, c'est de la haute-volée! Autant vous le dire tout de suite, ne vous attendez pas à quelque chose de linéaire en écoutant le sixième opus de la figure emblématique du black metal des années 90. D'ailleurs, difficile de classer le genre donc nous le classerons pas, Ihsahn fait du Ihsahn; son univers est vaste et infini. Il est capable de mélanger les genres et d'embarquer avec lui quelques amis dans des featuring pour plaider sa cause qui n'est autre que de faire de la musique à sa façon et d'envoûter l'auditeur en lui faisant découvrir un espace infini teinté de mélancolie, de noirceur et de romantisme.

Ce que l'on ressent le plus au cours de ces onze titres sur près d'une heure, c'est le côté épique et progressif avec des titres comme 'Mass Darkness' très rythmé à l'ambiance principalement black et sur lequel Matt Heafy (Trivium) viendra prêter sa voix. Ou encore 'In the Vaults' avec ses plans pagan et sa montée en puissance s'étalant sur 4 minutes. Il en est de même avec 'Pressure', le coup de coeur de la rédaction; extrêmement varié par son intro très rock des 70's au riffs lourds sur voix black. Comme sur chacun des morceaux de la galette, la voix claire aura sa place, le morceau a du groove puis à mi-parcours c'est l'avalanche de riffs dissonants dans le genre true black metal accompagné de blast beat affirmant clairement une ambiance sombre. Enfin, le semblant de balade 'Celestial Violence' avec le concours de Einar Solberg (Leprous). Intro très romantique puis c'est la puissance du black metal qui l'emporte. Combat des genres sur un air mélancolique puis tout se mélange offrant une ambiance majestueuse.

Ihsahn prendra plaisir à dérouter son public avec des titres complètement décalés de son univers principal comme par exemple le très électro 'South Winds' réussissant à inclure un plan folk à la Borknagar. 'Until I Too Dissolve' typiquement orienté hard rock/heavy metal de l'époque NWOBHM avec solo à la clé. 'My Heart Is of the North' lourd intégrant des plans psychédéliques à la Doors et une inspiration plus moderne et tout aussi 70's des suédois de Ghost. 'Frail' par son intro à l'acoustique dérivant vers un univers électro avec alternance de chant black et de chant clair. 'Crooked Red Line' et son ambiance jazz, saxo en avant accompagné de Jorgen Munkeby (Shining) et la piste bonus 'Til Tor Ulven (Søppelsolen) ' , il utilise les talents de lecture de l’écrivain Hans Herbjørnsru pour lire la poésie de Tor Ulven.

Seul le titre introductif d'Arktis, 'Disassembled' correspondra à un univers plus black/folk/pagan avec un gros son et des riffs puissants dans une ambiance teintée heavy metal alternant le chant black et le chant clair créant ainsi une atmosphère tantôt douce, tantôt dure.

Avec ce sixième essai, Ihsahn emmène très loin son auditeur avec une musique de haut niveau et d'une précision hors du commun. Nous découvrons ainsi un univers artistique et technique très vaste du norvégien. Une heure de claque technique qui ravira les fans des premières heures comme les récents. Qu'une seule chose à faire, écouter car il y en a pour tous les goûts.

Anibal Berith