AMERICAN HI-FI
Plus d'infos sur AMERICAN HI-FI
Pop Punk

Anywhere Else But Here
Carmziofa
Rédacteur en Chef

AMERICAN HI-FI

«A défaut d’avoir un nouvel album de compositions, American Hi-Fi se (nous) fait plaisir en réinterprétant des grands classiques de la new wave anglaise des années fin 70 début 80. »

5 titres
Pop Punk
Durée: 18 mn
Sortie le 07/08/2020
314 vues

On ne présente plus le groupe de punk pop rock américain American Hi-Fi qui a connu ses heures de gloire dès le début de sa carrière en 2001 avec le hit single ‘Flavor of the Weak’ (la grande époque des Blink 182, Sum 41 et Green Day). C’est probablement le groupe qui bat les records de longévité de line up stable puisque les 4 membres du groupe sont toujours à la barre depuis 1998 avec Stacy Jones (chant, guitares), Jamie Arentzen (guitares), Drew Parsons (basse) et Brian Nolan (batterie).

Pour cette nouvelle production, le combo ricain nous embarque dans une EP de 5 titres uniquement composé de reprises ancrées dans l’Angleterre des années 80 avec du Joe Jacskon, Madness, Elvis Costello, Squeeze et The Boomtown Rats.

Excellente initiative, car reprendre ces grands classiques sans se vautrer tout en y apportant une touche personnelle n’est pas chose aisée. Et la bonne nouvelle et qu’American Hi-Fi réussit cet exercice à la perfection.

A commencer par le classique ‘Steppin’ Out’ de Joe Jackson, qui, retravaillée avec un tempo plus rapide, une rythmique plus sophistiquée et bien sur des guitares en avant (en comparaison du piano de la version originale) fait parfaitement le job.

Dès les premières notes de ‘Our House’ de Madness ont sent que les grosses guitares vont prendre le pas sur le reste et du coup, le groove du refrain est nettement plus accentué avec une envie de heabanger plutôt que de danser. Il en va de même pour ‘Another Nail In My Heart’ de Squeeze qui bastonne grave.

Le grand classique des Boomtown Rats de Bob Gedolf, ‘I Don’t Like Mondays’ est repris avec une grande réussite notamment sur la deuxième partie du titre. Les arrangements de guitare et le travail sur les chœurs sont particulièrement bien réussis avec un final dans le pur esprit pop-punk. C’est parfait !

Finalement, la reprise de ‘Oliver’s Army’ de Elvis Costello est probablement celle qui est moins éloignée de la version d’origine, plus évidente, mais tout aussi efficace du fait d’une présence plus fortes des guitares.

A défaut d’avoir un nouvel album de compositions, American Hi-Fi se (nous) fait plaisir en réinterprétant des grands classiques de la new wave anglaise des années fin 70 début 80. Pari réussi !