Summer Live – HELLOWEEN au Zenith (Paris) 

Summer Live – HELLOWEEN au Zenith (Paris)

614 vues

SUMMER LIVE / Helloween 2017


15.11.2017


Il faut être honnête, même si tout le monde s’y attendait, l’annonce de l’annulation des festivals de l’été s’est révélée être une nouvelle difficile à digérer ; et tout en sachant que les éditions 2021 n’en seront que plus prometteuses, l’ambiance bonne enfant et la camaraderie qui règnent en festival vont manquer à tout le monde… Mais c’est bien pour ça que se remémorer les concerts qui nous ont le plus marqués était essentiel pour nous, au sein de United Rock Nations ! Retour sur l’un des concerts qui m’a le plus marqué : HELLOWEEN au Zénith de Paris le 15 novembre 2017.

Évènement historique en ce qui me concerne, la date Française d'HELLOWEEN au Zénith de Paris. Pour le moment rien d'exceptionnel, mais les teutons étaient ce soir la avec deux membres historiques du groupe, le premier guitariste/chanteur KAI HANSEN et le chanteur MICHAEL KISKE. Nous avions donc sept citrouilles sur cette tournée mondiale PUMPKINS UNITED. Fan de la première heure du groupe, j’étais vraiment impatient de voir ce retour aux sources. En effet la dernière fois que j’avais pu voir le combo avec HANSEN et KISKE remontait à septembre 1988 à Paris Bercy pour les Monster Of Rock.

Ce groupe a beaucoup compté pour moi. Je l’ai découvert en 1987 par l’intermédiaire d’un ami qui m’a fait écouter WALLS OF JERICHO. Je suis de suite tomber amoureux de leur musique et j’ai directement acheté KEEPER OF THE SEVEN KEYS Pt1 la même année. A l’époque HELLOWEEN participait à l'émergence d'un nouveau genre, le Speed Metal ou Speed mélodique. En 1988 le groupe est à son apogée avec la sortie de KEEPER Pt2, mais malheureusement le guitariste que je considérais comme un Dieu (KAI HANSEN) du haut de mes 16 ans quitte les citrouilles. Catastrophe ! Mais heureusement pour moi il formera GAMMA RAY pour mon plus grand bonheur. Ceci étant dit vous vous rendez bien compte que cette date je ne pouvais la manquer sous aucuns prétextes. Enfin revoir les idoles de mon adolescence. Et pour en revenir à ce satané COVID le groupe qui devait revenir en octobre à l’Olympia, sera finalement de retour le 24 mai 2021.



Ce soir la, le Zénith était en configuration réduite et affiche quasi complet.
A l'extinction des lumières le groupe monte sur scène avec les premiers accords de HELLOWEEN. Il n'en faut pas plus pour que le public soit en transe, et moi avec. Ce début de set laisse présager d'un putain de bon concert. Nous en aurons pour notre argent. Plus de 2h45 de show et une setlist de malade pour qui est fan du HELLOWEEN des débuts.

Le show commença donc avec cet enchainement de tubes HALLOWEEN, Dr.STEIN, I'M ALIVE. A l'écoute de ces joyaux le Zénith était en ébullition. Il faut dire que c'est un putain de pied de revoir KISKE et HANSEN dans ce groupe mythique. Comme j'avais pu m'en rendre compte lors de la tournée d'AVANTASIA, MICHAEL KISKE n'a rien perdu de ses qualités vocales et le mix avec ANDY DERIS est un vrai bonheur. KAI n'est pas en reste lui aussi niveau chant, comme il nous en fera la démonstration sur le medley STARLIGHT/RIDE THE SKY/JUDAS et HEAVY METAL (Is The Law). Les parties de chant à trois seront elles aussi de véritables jouissances.

A l'instar de MAIDEN, nos citrouilles se présentaient donc avec trois guitaristes. Les fameux combats de solos entre HANSEN et WEIKATH seront retranscrits à la perfection. Ces deux la ont vraiment inventé un truc de fou il y a plus de trente ans. Un des titres phares pour se rendre compte de ce génie est le magnifique KEEPER OF THE SEVEN KEYS où les duels des deux guitaristes seront légion ainsi que les leads joués ensemble. SASCHA GERSTNER nétait pas en reste en démontrant qu'il est au minimum du même niveau. MARKUS GROSSKOPF membre historique du groupe démontrait une nouvelle fois son talent tant ses parties de basse sont importantes avec ce trio de guitaristes.



Un moment fort en émotion arriva avec le superbe solo de batterie du bûcheron DANIEL LOBLE. Emotion je vous dis quand les images d’INGO SCHWICHTENBERG (Premier drummer d'Helloween décédé en 1995) apparaissaient sur l'immense écran géant. Très bel hommage du groupe avec ce duel de batteur.

La fin de concert sera dévastatrice avec deux rappels à réveiller un mort. Tout d'abord avec un EAGLE FLY FREE dévastateur suivi des plus de 13 minutes de KEEPER OF THE SEVEN KEYS. Et enfin le superbe solo de Guitare de Kai sur le thème de IN THE HALL OF THE MOUNTAIN KING suivi d'un très joyeux BLUE SUEDE SHOES interprété par MICHAEL KISKE. Pour le feu d'artifice final nous aurons droit aux mythiques FUTUR WORLD/I WANT OUT.

Pour ma part je pense sincèrement avoir assisté au concert de l'année. J'en redemande encore et encore.




David
Journaliste