SUMMER LIVE / AC/DC (Bercy 2009) 

SUMMER LIVE / AC/DC (Bercy 2009)

363 vues
SUMMER LIVE / AC/DC (Bercy)
25.02.2009

Lorsque United Rock Nations m’a demandé de me remémorer, à l’occasion de ce SUMMER LIVE, un concert qui m’a marqué, de nombreuses images me sont revenues en tête mais il ne m’a pas fallu longtemps pour me souvenir DU concert, celui qui, dans ma vie musicale, m’aura marqué à jamais.

Il s’agit du concert d’AC/DC à Bercy, le 25/02/2009. Pourquoi celui-ci en particulier ?

Grand fan d’AC/DC depuis mon plus jeune âge, il m’avait été impossible pour moi jusqu’alors de voir le groupe en live. Tournées de plus en plus espacées, trop jeune pour aller à un concert, surtout en habitant dans le sud de la France où la quasi totalité des gros lives se passent à Paris.

Jusqu’à la mise en vente des billets de ce premier concert en France depuis de nombreuses années (Stade de France 2001 pour le Stiff Upper Lip Tour), à l’occasion de la sortie de l’album Black Ice.

Je me souviens du raz de marée, comme toujours, pour avoir des places. Trois ordinateurs et deux téléphones ouverts sur différents sites de vente de billets, sans oublier mes parents envoyés de force à la Fnac en moto faire la queue “au cas où”. Le premier à avoir des places préviens l’autre. J’ai finalement réussi à avoir le précieux sésame, non sans une immense joie.



Le temps d’attente entre la vente des billets et le concert fût interminable. Jusqu’au moment tant attendu. Dans la file devant Bercy 7H du mat’ pétantes, et c’était parti pour une journée / soirée qui restera à jamais gravée dans ma mémoire.

Passé The Answer en première partie qui, je vous l’avoue, malgré mon affection pour ce groupe, n’a pas vraiment retenu mon attention (excitation oblige), les lumières s’éteignent, l’intro démarre, l’écran s’ouvre en 2, laisse apparaître le train emblématique du Black Ice Tour et c’est parti pour 2h de pur rock ‘n’ roll.

Le riff de Rock ‘n’ Roll Train fait trembler le POPB, le foule devient aussitôt en délire. C’est qu’on avait pas vu AC/DC en France depuis 8 ans. 8 ans, putain. L’attente en valait largement la chandelle. La setlist faisait évidemment la part belle au dernier album, mais les classiques furent de la partie, comme toujours à un concert d’AC/DC. Classiques qui auront permis de nous sortir la fameuse cloche sur Hell’s Bells, la géante Rosie sur Whole Lotta Rosie et les canons sur For Those About To Rock… Bref, un concert d’AC/DC.



Les titres se sont enchaînés sans vraiment de temps morts, agrémentés de l’énorme capital sympathie de Brian Johnson, du sérieux de Malcolm Young, de la rigueur de la section rythmique Cliff Williams / Phil Rudd et bien sûr de l'INÉBRANLABLE Angus Young. Incroyable de se dépenser comme il le fait à son âge (et encore plus maintenant, rappelons que ce concert à 11ans…).

C’était mon dépucelage live d’AC/DC et j’en suis ressorti sur les rotules, la banane jusqu’au oreilles en me rendant bien compte de la chance que j’avais eu ce jour la. D’autant plus d’avoir pu serrer la main de Brian sur Highway To Hell. Un magnifique souvenir.



En parlant de chance, en se repassant les derniers évènements d’AC/DC dans la tête (Mise sur la touche de Phil, décès de Malcolm, remplacement de Brian par Axl Rose…), je n’arrête pas de me dire que, bordel, j’ai vu AC/DC au complet (plusieurs fois par la suite). Et ça, dans ma vie musicale, j’en suis extrêmement fier. Merci AC/DC.


JackL
Journaliste