Il y a 20 ans : La tragédie du concert Pearl Jam fait 9 morts et 26 blessés!
Rose De Lacfeld
Journaliste

Créé le 30/06/2020
1056 vues

Le pire cauchemar de chaque groupe s'est réalisé pour Pearl Jam le 30 juin 2000.

Le groupe jouait devant une foule trempée par la pluie depuis l'Orange Stage du Festival de Roskilde au Danemark, dans le cadre d'une formation qui comprenait Lou Reed, Iron Maiden et Oasis - et a attiré plus de 100 000 détenteurs de billets pour l'un des plus grands et des plus anciens rassemblements annuels en plein air d'Europe du Nord. Chaque concert s'accompagne de son propre degré de chaos, mais lors de ce concert, l'enthousiasme du public est devenu incontrôlable, ce qui a provoqué un véritable déferlement de foule qui a fait neuf morts et 26 blessés.

Comme le chanteur Eddie Vedder s'en est souvenu plus tard, le groupe n'a eu aucune idée de ce qui se passait jusqu'à ce qu'il soit trop tard. "C'était le chaos", se lamentait-il. Certaines personnes criaient "merci". D'autres, qui n'étaient pas en mauvais état, couraient pour dire "salut". Puis quelqu'un s'est arrêté, s'est allongé et il était bleu. Nous avons tout de suite su que c'était passé à un autre niveau".

Dans un revirement amer, Vedder a noté que le prochain numéro de la set-list était censé être "Alive", un hit de leurs débuts en 1991. "Il y avait encore 40 000 personnes", a-t-il poursuivi. "Ils étaient prêts pour que le concert recommence. Ils ont commencé à chanter "Je suis toujours en vie"... C'est alors que mon cerveau a cliqué sur un interrupteur. Je savais que je ne serais plus jamais le même."

Les organisateurs et les responsables ont attribué la tragédie à une confluence de facteurs, notamment des sols boueux qui rendaient plus difficile pour les membres du public de rester debout, mais les membres du groupe étaient convaincus que des vies auraient pu être sauvées si le festival avait mis en place des procédures plus sûres - ou si la sécurité avait agi plus rapidement pour faire savoir au groupe que les choses allaient sur le terrain.

Furieux d'un rapport qui décrivait Pearl Jam comme "moralement responsable" de l'incident, le groupe a publié une déclaration qui s'est retournée contre le festival, insistant sur le fait que les décès et les blessures "ne peuvent pas être entièrement considérés comme un "accident bizarre" ou un "manque de chance", comme certains l'ont appelé" tout en s'engageant à approfondir tout ce qui a contribué à la tragédie. "Nous sommes convaincus", ont-ils ajouté, "que si nous avions été informés d'un problème potentiel au moment où il a été identifié par la sécurité du festival, nous aurions pu arrêter le concert plus tôt et des vies auraient pu être sauvées".

L'engagement du groupe à faire le bien pour les fans qui ont perdu la vie à Roskilde s'est poursuivi dans les années qui ont suivi, comme en témoigne le post sur le site officiel du groupe qui a commémoré le dixième anniversaire du concert - et les efforts ultérieurs des membres du groupe pour tendre la main à ceux qui sont restés sur place après les décès.

Intitulé "Roskilde dix ans après : A Light in the Darkness", le post s'est concentré sur les expériences du guitariste de Pearl Jam, Stone Gossard, qui s'est rendu à Copenhague en 2003 pour rencontrer personnellement les survivants et a marqué le début d'une amitié improbable avec Ebbe et Birgitta Gustafsson, qui ont perdu leur fils Carl-Johan lors du festival.

"Je ne remercierai jamais assez Ebbe et Birgitta pour la gentillesse et l'amour qu'ils m'ont témoignés", aurait déclaré Gossard. "Il y a très peu de fois dans la vie où l'on rencontre quelqu'un avec une présence aussi aimante et spirituelle. L'ouverture d'esprit et l'amour de Birgitta ont eu un impact significatif sur moi. Je pense que nous nous sommes tous les deux touchés d'une manière inattendue et magnifique. Et cela est sorti d'une tragédie - le cauchemar de tous les parents. Je lui suis très reconnaissant".

Gossard et les autres membres du groupe ont marqué le 20e anniversaire de la tragédie en juin 2020 par une déclaration notant que "rien n'a plus été pareil depuis" et expliquant comment leur propre expérience en tant que parents a approfondi leur compréhension de la douleur ressentie par les familles des personnes décédées.

"Vingt ans plus tard, notre groupe compte 11 enfants, tous précieux, et 20 autres années nous séparent", ont-ils écrit dans la déclaration. "Notre compréhension de la gravité et de la perte ressentie par les parents de ces garçons a augmenté de façon exponentielle alors que nous imaginons nos propres enfants mourir dans des circonstances comme Roskilde 2000. C'est impensable, et pourtant c'est là. Notre pire cauchemar".