ERIC BIBB : Nouvelle lyric vidéo 'Emmett's Ghost'
Stephane Masson
Journaliste

Créé le 26/07/2021
324 vues

ERIC BIBB dévoilé la lyric vidéo 'Emmett's Ghost'
Nouvel album "Dear America" le 10 septembre 2021 via Provogue/Mascot Label Group

Eric Bibb a connu de nombreuses Amériques , les bonnes, les mauvaises et les laides.

Né à New York le 16 août 1951, le coup de tonnerre du renouveau folk des années 60 reste une époque si vivante dans la mémoire de cet homme de 69 ans qu'il peut encore se souvenir de l'idéalisme dans l'air nocturne de Greenwich Village et imaginer Bob Dylan dans son salon. Pourtant, les sombres événements sociétaux de l'année dernière sont tout aussi vivants, lorsque des manifestants ont mis en lumière la plaie ouverte des relations raciales aux États-Unis et qu'une élection présidentielle amère a tracé des lignes de bataille déchirées.

Férocement cultivé et historiquement informé, Bibb est un citoyen du monde dont la patrie américaine - avec toute sa douleur et sa honte, son espoir et son émerveillement - a imprégné son art à chaque instant depuis le premier album en 1972, Ain't It Grand, qui l'a annoncé comme une nouvelle force dans le blues, le folk et tout autre genre qu'il a voulu aborder. L'auteur-compositeur-interprète nommé aux Grammy Awards ne s'est peut-être jamais adressé aux États-Unis - ou n'a jamais jeté un regard sur lui-même - avec une éloquence aussi ciblée que dans Dear America. "Sur ce disque, je dis toutes les choses que je voudrais dire à quelqu'un qui m'est cher", considère Bibb. "Mais c'est aussi un autoportrait."

Si vous pouviez lancer un appel à votre pays, que diriez-vous ? Lorsqu'Eric Bibb s'est lancé dans la chanson titre qui allait galvaniser l'album Dear America, le songwriter s'est retrouvé à déballer une relation de sept décennies avec un partenaire aux extrêmes dramatiques. "C'est une lettre d'amour", explique-t-il à propos du concept de base du disque, "parce que l'Amérique, malgré toutes ses associations avec la douleur et son histoire sanglante, a toujours été un lieu d'espoir et d'optimisme incroyable. Être américain, et en particulier venir de New York, c'est être béni.

En novembre 2019, le chef d'orchestre s'est rendu au Studio G de Brooklyn pour enregistrer Dear America avec le producteur/co-scripteur Glen Scott et un groupe de studio de premier ordre. "C'était une sorte de série d'événements cosmiquement orchestrés", réfléchit-il. "J'ai été très heureux d'enregistrer avec Ron Carter, avec qui j'ai eu une connexion précoce par l'intermédiaire de mon père. Tommy Sims, un merveilleux bassiste avec lequel j'avais déjà travaillé à Nashville, était présent tout au long des sessions. J'ai joué avec beaucoup d'excellents batteurs, mais Steve Jordan a cette autorité : c'est juste le coup qui compte, mec. Quant à Eric Gales sur Whole World's Got The Blues - il était tout simplement sublime, probablement le joueur de blues électrique le plus puissant du moment".

Le destin est un concept désinvolte, mais dès son plus jeune âge, tous les panneaux indicateurs donnaient à Bibb une vie moins ordinaire. Son père, le regretté Leon Bibb, a été le big bang qui a tout déclenché : un chanteur, acteur et meneur d'hommes charismatique, qui a défilé à Selma avec Martin Luther King en 65, a évolué dans l'orbite d'acteurs sociaux comme Bob Dylan et Paul Robeson (le parrain d'Eric), et a ramené à la maison la philosophie selon laquelle l'art est plus puissant lorsqu'il est imprégné de la vie réelle. "Mon père a été la porte du monde dans lequel je vis", acquiesce Bibb, qui a pris possession de sa première guitare acoustique à l'âge de sept ans et ne l'a jamais lâchée. "Toute cette connexion entre la musique et les mouvements sociaux avant-gardistes a toujours été à la base. Je n'ai jamais 'décidé' que j'allais écrire des chansons à caractère social. C'était intrinsèque. Il faut que ce soit là. J'écris ce que je vois".

Il y a des chansons plus légères sur l'ensemble de l'album, souligne Bibb, comme le souffle bienveillant de Talkin' 'Bout A Train, sur le thème de la locomotive, ou la gracieuse ouverture Whole Lotta Lovin', avec son hommage sincère à la musique roots américaine qui l'a mis sur sa voie.

Sur la mélancolique Emmett's Ghost, il revient sur l'effroyable meurtre d'Emmett Till, dont le lynchage incendiaire en 1955 a galvanisé le mouvement des droits civiques. "Cette chanson a été écrite avant l'affaire George Floyd", explique-t-il, "mais j'ai l'impression qu'elle a une résonance particulière aujourd'hui". Dans l'album Whole World's Got The Blues, Bibb tend l'oreille pour capter le malaise de la rue dans son pays et au-delà.

"Cet album est une lettre d'amour", dit encore Bibb, "parce que tous les malheurs de l'Amérique, et les malheurs du monde, ne peuvent trouver une sorte de guérison et d'équilibre qu'avec cette énergie que nous appelons amour. C'est ma conviction. Vous voyez les jeunes maintenant et c'est étonnant, avec tout le mouvement Black Lives Matter. Toutes ces choses me font savoir qu'il y a une sorte de réverbération de cette énergie des années 60. On ne peut pas garder une bonne chose pour soi. Maintenant, nous sommes à ce moment de 'regarder et prier', et c'est un moment incroyablement inspirant pour écrire des chansons..."

Track Listing de l'album

Whole Lotta Lovin' (feat. Ron Carter)
Born Of A Woman (feat. Shaneeka Simon)
Whole World's Got The Blues (feat. Eric Gales)
Dear America
Different Picture (feat. Chuck Campbell)
Tell Yourself
Emmett's Ghost (feat. Ron Carter)
White & Black
Along The Way
Talkin' 'Bout A Train Part 1 (feat. Billy Branch)
Talkin' 'Bout A Train Part 2
Love's Kingdom (feat. Tommy Sims & Glen Scott)
One-ness Of Live (Feat.Lisa Mills)

Facebook : www.facebook.com/EricBibbMusic