DIE APOKALYPTISCHEN REITER, lancement d'un nouveau single et d'un visuel pour " Ymir "!
Peetoff
Journaliste

Créé le 12/06/2021
157 vues

Aujourd'hui, le groupe de métal allemand DIE APOKALYPTISCHEN REITER publie un nouveau morceau tiré de leur prochain disque expérimental, "The Divine Horsemen", qui sortira le 2 juillet 2021. Ymir fait à nouveau référence au black metal, mais d'une manière plus expansive par rapport au dernier single Nachtblume, très direct et compressé. Le mid-tempo du titre construit lentement une ambiance sinistre et mélancolique, pour finalement culminer dans une explosion de fureur cathartique.

DIE APOKALYPTISCHEN REITER sur Ymir :
"L'histoire de la création dans la mythologie germanique parle d'Ymir comme de la première créature vivante. Pourtant, son histoire est en grande partie inconnue, comparée à celle des premières divinités germaniques. Dans notre pièce, nous construisons un monde de glace et de gel éternel en mémoire de cet ancien géant hermaphrodite. Les sons majestueux vont de pair avec les images puissantes que nous avons choisies pour la vidéo."

Pour célébrer leur 25e anniversaire, les Allemands de DIE APOKALYPTISCHEN REITER ont préparé une sortie vraiment spéciale avec "The Divine Horsemen" - une expérience musicale unique : Une session qui a été enregistrée sans aucune répétition ni préparation pendant deux jours à l'automne 2020.

Le groupe, les ingénieurs et quelques amis se sont enfermés dans un local de répétition et ont enregistré 500 minutes de magie musicale improvisée, allant du grind éruptif au métal tribal, un peu comme "Roots" de Sepultura, en passant par des morceaux psychédéliques et trippants et même des clins d'œil au black metal (Nachtblume, Ymir). Le matériel a été filtré en un double vinyle / 2CD de 80 minutes et produit par Alexander Dietz de Heaven Shall Burn, et offre un voyage étonnant et captivant à travers une myriade de sons et de styles. En ajoutant une variété d'effets et d'instruments comme le didgeridoo, le djembé, le doumbek, le gong, les frame drums, la guimbarde à l'arsenal sonore du quintet et en les combinant avec des voix improvisées et multilingues, "The Divine Horsemen" est par essence aussi un hommage à une variété de cultures et d'influences.