Report Cellar Darling, Maer et I Am The Morning au Backstage le 24 octobre 2023
Stephane Masson
Journaliste

«Report Cellar Darling, Maer et I Am The Morning au Backstage le 24 octobre 2023»

Créé 24/10/2023
652 vues

Live report : Enora Nattfödd
Photos : Steph Mass

En ce mardi 24 octobre 2023, Gamonbozia Inc. nous a concocté une soirée toute en voix féminines avec un concert rassemblant I Am The Morning (Progressive Rock, Russie) et Cellar Darling (Folk Rock, Suisse) sur la scène du Backstage BTM. Profitant de cette tournée commune, les deux groupes proposent même à leurs fans de les découvrir ensemble dans leur projet commun : MAER (Progressive Dark Folk, Suisse et Russie).

I AM THE MORNING

Les musiciens d’I Am The Morning entrent en scène et commencent par offrir ‘Scotland’ au public présent dans la salle. Tout leur set se fera entre la lueur bleutée de l’aube, avec un fond de scène piqueté de petites lumières blanches évoquant des étoiles, et les lumières orangées de l’aurore pour une ambiance presque shakespearienne. Rappelons que le groupe est en fait un duo composé de Marjana Semkina au chant et de Gleb Kolyadin au clavier ; pour cette tournée, ils sont accompagnés par Liam McLaughlin (guitare) et Evan Carson (batterie). Avant de se lancer dans ‘Too Many Years’, Marjana Semkina fait les présentations : « Hello Paris, it’s lovely to see you all here. We are I Am The Morning and we’re here to sing some songs about death and dead people. », une déclaration qu’elle termine par un petit rire de lutin. Les morceaux s’enchainent et évoluent sans cesse, empruntant au Jazz autant qu’au Rock ou au Folk.

Sur chaque composition, la voix éthérée et parfois fantomatique de la chanteuse s’élève devant des fans calmes mais ravis qui applaudissent très chaleureusement. Alors que ‘To Human Misery’ puis ‘Chalk and Coal’ résonnent dans le Backstage BTM, on ne peut que s’émerveiller de la complicité entre les musiciens qui se révèle surtout dans leur silence : ils gardent toujours un œil les uns sur les autres et Liam McLaughlin en particulier ne se départit pas de son grand sourire. A peu près à mi-set, Marjana reprend la parole un peu plus longuement même si, comme elle l’explique elle-même, elle n’est pas très à l’aise pour ça : « The thing we need to adress here is that we are a Russian band… However we are based in the UK for some time now since we hate our President (acclamations du public). We did everything we could with protests and so on, which is what every good Russian citizen should do, and we though the only solution is to move away… I don’t really like to talk about that but it is kind of the elephant in the room! And now back to our music! »

Il est rare de voir des groupes parler politique mais, étant donné la situation en Russie, il est appréciable d’entendre I Am The Morning prendre position et affirmer haut et fort ses convictions, alors merci à eux pour leur courage et leur honnêteté. Pour en revenir à la musique, le groupe nous propose un bel aperçu de ses albums avec quatre chansons tirées de « Belighted » (2014, Kscope), quatre de « The Bell » (2019, Kscope) et trois de « Lighthouse » (2016, Kscope). Le claviériste trouve toujours des occasions de caler des soli très Prog, tout comme le guitariste qu’on entend malheureusement moins sur le début du set avant qu’une petite correction du son permette de profiter de son jeu. Qu’elle chante ou pas, Marjana Semkina ne s’arrête pas de tournoyer, drapée dans ses très longs cheveux et dans un voile de tulle noire. Avec beaucoup d’humilité, les musiciens remercie le public entre chaque titre. Après ‘K.O.S.’, le groupe invite les membres de Cellar Darling à se joindre à eux sur scène pour quelques chansons de MAER.

Setlist d’I Am The Morning :
1. Scotland
2. Too Many Years
3. To Human Misery
4. Chalk and Coal
5. Os Lunatum
6. Libretto Horror
7. Sleeping Beauty
8. Blue Sea
9. Freak Show
10. 5/4
11. Ghost of a Story
12. K.O.S.

MAER

Les applaudissements du public pour I Am The Morning ne se sont pas encore arrêtés qu’Anne Murphy (chant et vielle), Michel Gsell (violon) et Ivo Henzi (basse) rejoignent le premier groupe sur scène. Avec ‘Sister’, nous découvrons les belles harmonies vocales que permet cette association musicale entre les timbres très différents des deux jeunes femmes qui enchainent sans tarder sur un second titre. Puis Anna Murphy interroge sa consœur :
Anna : - Do they know who we are ?
Marjana : - I was about to tell them! This is a little project called MAER with literally everybody on this tour.
Anna : - This is kind of a dream come true and we were not expecting to tour so fast since we just released two songs. The one we played is called ‘The Willow’ and it’s actually a demo.
Marjana : - And we just got the vinyls! (elle brandit fièrement un vinyl)
Anna : - Anyway, the last song we’re going to play is called ‘Poisoned Waters’ and it’s out latest release. »
C’est donc un tout petit set, qui a plus des airs d’interlude que de concert à proprement parler, que nous présente Maer qui n’a, en effet, que deux singles à son actif : « Sister » (octobre 2022) et « Poisoned Waters » (octobre 2023).

Setlist de Maer :
1. Sister
2. The Willow
3. Poisoned Waters

CELLAR DARLING

Après un changement de set qui se fait sur le son des vagues s’écrasant sur la côte et accompagné de quelques notes de musique, les lumières s’éteignent et des applaudissements vigoureux se font entendre. N’ayant besoin d’aucune introduction, Cellar Darling se lance dans ‘Dance’ sur lequel Anna Murphy dégaine sa flûte traversière, qu’elle ressortira d’ailleurs assez souvent ce soir. Les premiers morceaux de la setlist souffriront d’un petit déséquilibre du son qui met la basse très en avant des autres instruments, au risque de les écraser. Après cette entrée en matière, la chanteuse prend la parole : « Bonsoir Paris, ça va ? Mon français est très mal (rires) that’s why I’m gonna switch to English! J’apprends à l’école mais j’oublie (rires du public). It’s really nice to be back here! So we are Cellar Darling from Switzerland and, as your noticed, it’s a very special tour and a very special night for us and I hope you enjoy it! We’re going to play some songs from ‘The Spell’ which is our latest album. »

Aussitôt dit, aussitôt fait, c’est avec ‘Pain’ que se poursuit la soirée. Les fans ont le plaisir de retrouver la voix de la chanteuse qui n’a pas l’air d’être trop fatiguée par la tournée qui s’achève avec cette date parisienne. Pour occuper l’espace, et permettre à Anna Murphy d’avoir facilement accès à tous ses instruments, c’est le guitariste Ivo Henzi qui est au centre de la scène. Le bassiste se retrouve donc à l’arrière où il est malheureusement à moitié invisible. La batterie de Merlin Sutter est, en revanche, très bien placée, ce qui mérite d’être souligné puisqu’il est assez rare de pouvoir vraiment observer le jeu d’un batteur ! ‘Insomnia’, et son apogée pleine de tension, résonne ensuite, accompagnée d’un light show épileptique. Avant ‘Death’, la chanteuse glisse deux mots : « How did you like I Am The Morning? We’re so happy it worked out for this tour, it feels like a family tour. And today is the last day of the tour so we think about doing it again, how would you like that? » Vous vous doutez bien que le public ne se fait pas prier pour montrer son approbation.

C’est d’ailleurs à ce même moment que le groupe nous révèle que les petites citrouilles disposées un peu partout sur scène sont l’une des petites blagues qu’I Am The Morning et Cellar Darling se sont jouées pour cette dernière date. Les extraits de « The Spell » (2019, Nuclear Blast) s’achèvent avec ‘Love’ et ‘The Spell’ avant que la chanteuse nous annonce un titre totalement nouveau, ‘Drone’, que le groupe a prévu d’enregistrer s’il plaît aux fans. A partir de ce moment du show, les musiciens se détendent et se montrent beaucoup plus mobiles, se laissant aller de droite à gauche au rythme des morceaux ; étaient-ils stressés de nous présenter ‘Drone’ et s’apaisent-ils maintenant que cette épreuve est passée ? Pour conclure cette découverte musicale, Anna Murphy repère deux petites filles au premier rang et leur demande ce qu’elles ont pensé de la chanson. Alors qu’elles sourient et lèvent leurs pouces en signe d’approbation, la chanteuse glisse un : « Children are always so honest! » qui fait sourire la salle.

Après ce long hommage à « The Spell », Cellar Darling passe à « This Is The Sound » (2017, Nuclear Blast) pour un magnifique combo qui voit s’enchainer ‘Avalanche’, ‘Black Moon’, ‘Hullaballoo’ et ‘Redemption’. Si la voix est étrangement la moins maîtrisée sur ‘Avalanche’ avec quelques approximations de justesse, la ferveur du public à chanter les refrains et à agiter la tête en rythme compense ces faiblesses. Le bassiste, très énergique, en profite pour s’avancer sur scène auprès de ses camarades. Après avoir repris sa respiration, Anna Murphy explique : « Unfortunately, this show will come to an end… (le public marque son mécontentent ce qui la fait rire) mais oui haha! So we’re going to play one last song and we’ll come back soon! We’ll also hurry up with the new album, especially now that we know you liked ‘Drone’. You hear it in my voice, I’m really sad that this show and this tour are coming to an end… A huge thank you to I Am The Morning and to everyone involved in this tour. And of course thank you so much! » C’est sur ces paroles et sur les notes de ‘Freeze’ que la soirée prend fin.

Setlist de Cellar Darling :
1. Dance
2. Pain
3. Insomnia
4. Death
5. Love
6. The Spell
7. Drone (nouveau morceau)
8. Avalanche
9. Black Moon
10. Hullaballoo
11. Redemption
12. Freeze

Les sourires des fans quittant le Backstage BTM ne mentent pas, la soirée était réussie ! Très intime et poétique, elle a offert aux groupes I Am The Morning, MAER et Cellar Darling l’écrin dont ils avaient besoin pour pleinement libérer leur musique et leurs atmosphères. On ne peut s’empêcher de s’interroger sur la possibilité d’organiser d’autres tournées comme celle-ci à l’avenir tant on se doute qu’elles doivent coûter cher aux artistes sans aucune certitude de rentrer dans leurs frais, et pourtant on se surprend à rêver de mécènes qui rendraient ce genre d’événement possibles car ils sont encore porteurs d’une magie qui a déserté bien des tournées aux ampleurs gargantuesques. Ce que I Am The Morning, MAER et Cellar Darling nous ont offert ce soir, c’est avant tout un échange humain et sincère ; espérons que d’autres groupes s’y essaient !