Live-report INSOMNIUM/THE BLACK DAHLIA MURDER/STAM1NA @ l'Alhambra, le 12/11/2019
Enora
Journaliste

«Stam1na, The Black Dahlia Murder et Insomnium offrent, chacun à leur manière et dans leur registre, une soirée débordante d'énergie au public de l'Alhambra !»

Créé 13/11/2019
1362 vues


Lorsque les premiers froids de l'hiver commencent à se faire sentir, les amateurs de Metal savent généralement que de belles affiches de concerts les attendent ! Beaucoup de groupe ont en effet sorti de nouveaux albums et n'attendaient que la fin d'année pour venir les défendre sur scène, et ce soir ce sont Stam1na, The Black Dahlia Murder et Insomnium qui se produisent à l'Alhambra, le tout organisé par Garmonbozia. Si le dernier opus des premiers, « Taival », date de 2018 (via Sakara Records), il faut remonter jusqu'en 2017 pour « Nightbringers » de The Black Dahlia Murder (via Metal Blade Records), en revanche Insomnium vient défendre « Heart Like A Grave » sorti cette année (via Century Media Records).

Ceux qui ne sont pas familiers avec Stam1na risquent peut être d'être un peu surpris par la force de frappe du groupe, qui se démarque avec ses paroles en finlandais, et c'est bien ce qui semble saisir la fosse lorsque le groupe monte sur scène, bien décidé à en découdre et à faire de cette première date de la tournée un moment mémorable ! Alors que les minutes passent, le public de l'Alhambra semble doucement réaliser que les musiciens proposent des compositions du sautent du Heavy Metal au Thrash, sans se refuser quelques éléments qui tiennent du Progressive ou même du Hardcore. Si certains ont du mal à entrer dans cette performance pour le moins survoltée, on ne peut pas leur en vouloir tant l'univers du groupe est particulier et nécessite probablement quelques écoutes sur CD. D'ailleurs, « Taival », le septième et dernier opus du groupe, date de 2018 et comportait quelques très bons titres qu'on se réjouit de découvrir en live, portés par l'enthousiasme des musiciens !

Kake martèle sa batterie avec conviction alors que le guitariste, Pexi, et le bassiste, Kaikka, font le show à l'avant de la scène, ravis d'être devant leur public parisien, qui se contient jusque là, se réservant probablement pour les rois de la soirée : Insomnium. Les morceaux proposés ce soir n'ont rien perdu de leur efficacité mais la côté peut être monotone des propositions vocales d'Hyrde fait qu'ils ne remportent pas l'unanimité. Le son est lourd et la performance dynamique, ce qui commence à faire réellement effet sur la seconde moitié du set. Hippi, le claviériste, accompagne fidèlement ses camarades, agrémentant leurs machines de guerre de quelques touches mélodiques. Les démonstrations de maîtrise technique ne cesseront pas durant ce concert, que ce soit avec la vitesse du batteur où la dextérité du guitariste soliste. L'alchimie se fait peu à peu mais le message est clair, Insomnium est très attendu ce soir !

Setlist de Stam1na (disponible prochainement) :
1. Paha arkkitehti
2. Sudet tulevat
3. Pienet vihreätmiehet
4. Masiina
5. Viisi laukaustapäähän
6. Kannoin sinut läpi hiljaisen huoneen
7. Solar
8. Enkelinmurskain

Le public semble plutôt passif alors que les musiciens de The Black Dahli Murder commencent leur set avec une bonne énergie, renforcée par la puissance de ‘Widowmaker'. Les guitaristes Brian Eschbach et Brandon Ellis, ainsi que le bassiste, Max Lavelle, headbanguent alors que le chanteur brandit le point, cherchant à motiver la fosse ! Il ne tarde d'ailleurs pas à prendre la parole : « Hell yeah! Cette chanson est pour vous, et je veux voir cette fosse bouger ! ». Le message est reçu et ‘Jars' voit la foule se mettre en action avec un circle pit qui accompagne le riff assassin qui s'élève alors. Visiblement, cela plaît au groupe qu'on sent immédiatement plus investi et à la recherche du contact ! Un passage solo voit même le balcon se réveiller alors que Trevor Strnad invite le public à crier avec lui. Les fans applaudissent chaleureusement avant qu'un troisième morceau ne démarre sur l'invitation : « Allez, montrez moi ce que vous avez dans le ventre ! ». Que ce soit sur ‘Contagion' ou sur n'importe quel autre morceau du concert, chaque solo est une nouvelle occasion offerte à Brandon Ellis de démontrer sa maîtrise technique. En arrière-plan, le batteur, Alan Cassidy, se démène comme un beau diable et affirme sa virtuosité et sa vitesse.

Le guitariste rythmique n'est cependant pas en reste et partage son plaisir d'être sur scène en communiquant souvent avec les fans : « Merci beaucoup mes amis, bonsoir ! Et maintenant, je vais continuer en anglais parce que c'est quand même plus simple. Bon, qui nous a déjà vu auparavant ? (la fosse se fait entendre) Super, ça veut dire que les autres personnes ne nous ont jamais vus, mais ne vous en faîtes pas, on va s'amuser ! Et on va continuer ce show avec ‘Miasma' ! ». Comme souvent avec le groupe, l'entrée en matière du morceau est militaire, pour le plus grand plaisir des fans. Selon les moments, le scream est plus ou moins audible, voire carrément étouffé, ce qui, en persistant, devient désagréable, mais l'engagement du frontman compense. Il n'hésite d'ailleurs pas à profiter des breaks pour motiver le public, déjà bien engagé dans ce set explosif, à headbanguer et brandir le poing. Brian Eschbach ne tarde pas à reprendre la parole : « Excellent, comment allez-vous ce soir ? Qui en veut plus ? Merci beaucoup pour votre engagement dans notre set, on apprécie vraiment ça ! Et cette salle de concert est dingue ! Au fait, combien d'entre vous ont déjà acheté notre dernier album ? Génial ! Et vous savez ce qui est encore mieux ? C'est que tous ceux qui ne l'ont pas encore acheté peuvent devenir aussi cool que les autres en nous retrouvant à notre table de merch pour l'acheter ! »

Après ce petit moment de publicité, malgré tout rendu sympathique, The Black Dahli Murder offre ‘As Good as Dead' et ‘Malenchantments' à ses fans avec une setlist qui oscille entre plusieurs albums et permet de satisfaire tout le monde. D'humeur bavarde, les musiciens parviennent sans peine à créer un lien avec le public de l'Alhambra qui le leur rend bien en se donnant à fond dans la fosse. Souriants, les deux guitaristes se mettent à crier en rythme, suivi du public, chaudement félicité pour sa participation avec un : « You fucking rule ! » retentissant. Qu'on le veuille ou non, on se retrouve très rapidement à agiter la tête où à taper du pied en rythme devant l'efficacité et le côté entraînant des propositions musicales du groupe. Le groupe reprend : « Faîtes du bruit Paris, allez ! Merci ! C'est le premier jour de notre p***** de tournée tous ensemble alors faîtes du bruit pour les gars de Stam1na et, bien sûr, pour la raison de notre présence ici : les incroyables Insomnium ! On a encore quelques chansons pour vous et on est un peu triste de ne pas encore avoir vu de slam alors lâchez-vous ! ». Alors que la fin du set approche, le public parisien témoigne de toute sa dévotion au groupe en réagissant dès qu'il en a l'occasion. Encore quelques notes et les musiciens quittent la scène après avoir chaleureusement remercié les fans.

Setlist de The Black Dahlia Murder :
1. Widowmaker
2. Jars
3. Contagion
4. Miasma
5. Matriarch
6. Warborn
7. Horrible Night
8. Nightbringers
9. As Good as Dead
10. Malenchantments
11. Stirring Seas
12. Kings
13. Everything
14. Deathmask

Dès que la musique d'ambiance, typiquement venue de Finlande, s'arrête, avant même que les lumières ne s'éteignent, le public de l'Alhambra commence à hurler et applaudir, dans l'attente d'un show à la hauteur de la réputation d'Insomnium. Et, après un moment de flottement qui voit l'ardeur des fans redoubler, les musiciens font leur entrée sur scène dans une atmosphère solennelle et accompagnés d'une musique d'introduction. Le groupe a fait le pari de prendre son temps pour instaurer une ambiance bien spécifique, et ça paie dès les premières secondes de ‘Valediction' qui commence dans la foulée. Tiré de leur dernier album, « Heart Like A Grave », cette entrée en matière a l'avantage de mettre tout le monde d'accord et de donner le ton d'un show qui s'annonce déjà excellent. Flanqué de ses deux guitaristes, Niilo Sevänen s'avance, apparemment avides de contact avec leur public parisien ! A peine une accalmie survient-elle que le groupe invite les fans à taper des mains en rythme, et ils s'exécutent avec bonheur. Au terme de cet échauffement, le frontman déclare : « Vive la France ! La prochaine s'appelle ‘Neverlast' ! ».

Les musiciens sont tous très investis sur scène, se donnant entièrement pour faire le show devant un public déjà conquis par leur musique. Les guitaristes parcourent ainsi la scène et agitent la tête alors que le chanteur n'hésite pas à invectiver la fosse : « Bonsoir Paris, nous sommes Insomnium et nous venons de Finlande ! C'est vraiment super de tous vous voir ici ce soir ! Ah, mes amis français, vous en voulez plus ? Alors retournez-moi cette fosse ! Voici ‘Into the Woods'! ». Avec ce titre de l'album « Across the Dark » qui date de 2009, Insomnium s'assure un certain succès. Les sourires sont sur tous les visages et le groupe signe une performance honnête et sympathique en plus d'être pleine de talent. La qualité sonore permet de restituer l'ambiance des albums avec, en plus, une belle énergie scénique. Voyant que la magie opère, Niilo Sevänen ne se fait pas prier pour remercier les fans : « Merci beaucoup ! Et maintenant, nous allons jouer un morceau que nous n'avons pas joué depuis bien longtemps, mais je sais que beaucoup d'entre vous le connaisse : ‘Through the Shadows' ! ». Et effectivement, un riff plus que reconnaissable s'élève, joyeusement accueilli par la fosse qui savoure le refrain, très bien interprété en scream doublé de voix claire.

« Magnifique ! Paris, merci beaucoup ! Mais est-ce que vous pouvez en encaissez davantage ? Et si on essayait quelque chose de plus ancien… Peut être un morceau de « Above the Weeping World »… Vous aimez cet album ? Très bien, nous allons jouer ‘Change Of Heart' ! ». Remonter jusqu'à ce merveilleux album de 2006 est une bonne idée qui fédère immédiatement les fans. Si les chansons de « Heart Like A Grave » sont, dans l'ensemble, de bonne facture, ce petit retour en arrière ne peut pas faire de mal. Comme prévu, cette annonce est accueillie en triomphe par les fans qui ne tardent pas à se laisser aller, alors que les musiciens continuent d'occuper l'espace scénique sans faiblir. L'ambiance semble se calmer sur l'introduction de la chanson suivante, ‘And Bells They Toll', mais ce n'est que temporaire, d'autant plus que ‘Mute Is My Sorrow' arrive ensuite. Les musiciens d'Insomnium ne se lassent pas d'échanger avec leur public : « Merci beaucoup Paris ! Bon, on va juste faire une petite pause pour vous rappeler que nous avons des CDs et des t-shirts avec nous, alors s'il vous plaît, n'hésitez pas à aider un pauvre groupe de Finlande à payer sa tournée, haha ! ».

Après cette brève interruption, qui aura été différemment appréciée, le groupe profite de longs applaudissements qui suivent ‘Ephemeral', de l'album du même nom paru en 2013. La fin commence lentement à se faire sentir, d'autant plus lorsque le frontman annonce : « Merci, merci, merci ! France, nous t'aimons tellement ! Encore une chanson, vous êtes prêts ? Quel morceau voulez-vous entendre ? Elle est plutôt longue, elle s'appelle ‘In The Grooves Of Death' ! ». Le public s'investit encore davantage pour montrer son soutien au groupe sur les dernières minutes de son set. Apres un rappel qui voit s'enchaîner ‘The Primeval Dark', ‘While We Sleep' et ‘Heart Like A Grave', le morceau éponyme du dernier opus du groupe, les adieux sont bien réels. Les fans font honneur à Insomnium qui a assuré une performance d'excellente qualité !

Setlist d'Insomnium :
Intro
1. Valediction
2. Neverlast
3. Into the Woods
4. Through the Shadows
5. Pale Morning Star
6. Change of Heart
7. And Bells They Toll
8. Mute Is My Sorrow
9. Ephemeral
10. In the Groves of Death
RAPPEL
11. The Primeval Dark
12. While We Sleep
13. One For Sorrow (version acoustique)
14. Heart Like a Grave

Les trois groupes, chacun à leur manière et dans leur registre, ont offert au public parisien une soirée agréable et débordante d'énergie. Que l'on adhère ou pas à l'univers musical de Stam1na, il faut leur reconnaître leur engagement sur scène et leur puissance. En ce qui concerne The Black Dahlia Murder, le groupe a été fidèle à sa réputation, offrant une bonne restitution live des titres que les fans apprécient tant sur CD. Et finalement, Insomnium a offert un set riche en émotions car il proposait des titres iconiques d'albums même anciens, rappelant ce qui fait la force du groupe depuis maintenant plus de vingt ans.