OPETH sur la scène Main Stage 1 du Download Festival 2018
United Rock Nations

«Opeth s'est démarqué par son élégance et sa sobriété, du point de vue musical autant que scénique»

Créé 15/06/2018

Alestorm n'a pas encore fini de jouer en Main Stage 2 que l'introduction planante et mystérieuse d'Opeth résonne déjà, attirants les amateurs et les curieux sur la Main Stage 1 du Download Festival. L'accueil est chaleureux mais contenu, et le moins qu'on puisse dire c'est qu'il n'y a pas d'effusion de joie pour ce groupe à l'univers musical si particulier.

Autant être honnête, à moins d'être fan, « Sorceress » et « Ghost of Perdition » ne vous diront rien mais pour peu qu'on se laisse porter musicalement et que le jeu de scène épuré d'Opeth vous aspire, il était très agréable d'assister à ce concert, plus reposant et riche que celui des pirates de la scène voisine. Les mélodies sont assez expérimentales et peuvent perturber, d'autant plus que le mixage met la voix de Mikael Åkerfeldt au même niveau que celle des choeurs, ce qui crée un effet de tourbillon musical dans lequel le public se retrouve absorbé, plus ou moins volontairement. Sur « The Devil's Orchard », comme sur les autres chansons d'ailleurs, la prestation scénique reste assez limitée puisque les musiciens sont très majoritairement statiques. Il vaut mieux adhérer à la proposition musicale qu'attendre un show incroyable ; la force du groupe est dans la retenue, dans l'intelligence des compositions.

Les morceaux proposés ce soir sont longs, en témoignent « Cusp of Eternity » ou « Heir Apparent », et permettent de développer des atmosphères riches et en permanente évolution. En dehors de quelques fans convaincus, la fosse reste assez calme mais admirative devant la maîtrise des musiciens, et comment ne pas l'être ? Les passages plus entraînants laissent néanmoins davantage de place aux poings levés et mouvements de tête. A partir de la moitié du set, des titres plus agressifs, lourds et donc accessibles suscitent une réponse plus franche du public qui se laisse prendre au jeu, en particulier lorsque le scream retentit. En dehors de quelques remerciements, le groupe reste très silencieux et a clairement choisi de donner la priorité à la musique plutôt qu'à la communication avec son public. Le majestueux « Deliverance » est le dernier morceau de ce show et après un rapide : « Merci beaucoup à tous. Profitez bien du reste du festival. », les musiciens sortent de scène.

Passez d'Alestorm à Opeth était un vrai défi, mais le groupe suédois a offert une véritable respiration au Download Festival avec un concert sobre et élégant dans sa mise en scène et riche dans sa proposition musicale.


Setlist d'Opeth :

1- Sorceress
2- Ghost of Perdition
3- The Devil's Orchard
4- Cusp of Eternity
5- Heir Apparent
6- In My Time of Need
7- The Drapery Falls
8- Deliverance