Report Witherfall au Trabendo le 22/03/2019
Stphane Masson
Journaliste

«Witherfall en mode acoustique quel plaisir!!»

Créé 22/03/2019
941 vues

A mon arrivée aux alentours de 18h, la file d'attente était déjà importante à l'entrée du Trabendo. En discutant avec les personnes devant moi, je découvre que les premiers sont arrivés dans la file à 14h ! Y en a qui sont motivés. A 19h pétantes, après un bref contrôle des sacs, nous voici donc dans la salle. Je prend place au deuxième rang de la fosse après mon petit tour au merch en attendant le début du concert.

Le groupe arrive et s'installe tranquillement sur les chaises placées juste devant nous, ce qui donne tout de suite une ambiance intimiste au concert, ceci dit pour de l'acoustique autant s'installer confortablement sur une chaise. Rappelons que Witherfall est un groupe Californien de Metal-Rock. Le groupe commence paradoxalement son set avec le titre ‘Epilogue', au cours duquel on constate instantanément l'étendue vocale de Joseph MICHAEL qui voyage aisément au sein de la gamme. Il chante également avec beaucoup de vibrato, ce qui rend l'ensemble surprenant.
Par la suite, nous avons droit à un petit solo du claviériste Alex NASLA qui sait aussi s'emballer et être puissant ce qui entraîne des cris dans la foule. Il va de soit que nous aurons également le droit à notre petit solo de guitare et de basse sans oublier un petit hommage aux Four Horsemen avec l'intro de ‘Fade to Black'
Entre deux titres, Joseph, râlant du fait de n'avoir que de la Heineken à boire pendant le concert, invite le public à aller boire un verre avec eux après le show.
Au fil des titres, on observe que le percussionniste, Ahmad DUBOSE-DAWSON, semble possédé, comme s'il entamait un rite chamanique. Par ailleurs, le public est charmé et semble bercé par les mélodies.
Un petit signe du bassiste et le public s'enflamme, claque des mains comme un percussionniste supplémentaire. Les solos de guitare de Jake DREYER viennent attiser le feu qui couve dans chacun des morceaux du groupe.
J'ai fortement apprécié la communion entre le chanteur et le public, en effet, il nous a beaucoup parlé tout au long du concert pour notre plus grand plaisir.
Pour ceux qui ne les connaissent pas, Witherfall est un groupe à découvrir d'urgence. Leur nouvel EP intitulé Vintage est sorti en hommage à Adam PAUL SAGAN, le batteur décédé le 7 décembre 2016 d'un cancer. Joseph et Jake sont encore d'ailleurs très marqué par la perte de leur camarade. J'ai pu l'observer lorsque j'ai discuté brièvement avec eux après le concert. Joseph m'a dit qu'ils seraient de retour à Paris en octobre. Attendons donc sagement que la nouvelle soit officialisée sur les réseaux.
Merci pour ce set et également pour votre disponibilité tout au long de cette jolie soirée.

Setlist :
1- Epilogue
2- The Long Walk Home
3- Maridians' Visitiation
4- Fade To Black (intro, covert Metallica)
5- The Great Awakening
6- "Nothing is What We Are Dying For"(Medley)
7- I Won't Back Down
8- Vintage Medley



A la fin du concert de Witherfall, un bref demi-tour pour regarder en direction du merchandising me fait comprendre que j'ai bien fait de prendre mes dispositions avant le début du concert car la salle est pleine. Je décide donc d'attendre sagement à ma place pendant la demi-heure d'entracte.

Lorsque le groupe arrive, le public est en liesse. Le groupe finlandais dont la tournée acoustic adventures est en cours jusqu'au 12 octobre était très attendue par les fans. Sonata Arctica débute son set par ‘Life' et la communion entre le groupe et le public est instantanée. Au moment de chanter ‘Alone in Heaven', Tony Kakko (chant) annonce à peine “Alone” que le public en liesse reprend “in heaven”.
Ensuite Tony interpelle le public en disant que la prochaine chanson est adressée aux enfants, en disant qu'il en a vu dans la fosse avec les casques anti-bruits, ainsi qu'à ceux qui en ont. Cette chanson est bien sûr ‘I have a right', et est reprise en choeur par le public et vu que le texte est très émouvant autant dire que ce moment de partage était empreint d'une forte émotion..
Puis vient le tour de jouer ‘Tallulah', un de leurs titres phares. Le public chante conjointement à Tony tout au long du titre. Le public semble définitivement conquis et surtout incollable. En effet, au début de ‘Paid in full', je remarque que quelque soit le titre, j'entends toujours quelqu'un autour de moi qui chante l'ensemble du texte.
Au moment du rappel, sentant certainement la fin du concert arriver, le public redouble d'intensité pour accompagner le groupe en chantant pendant ‘The wolfes die young'.
Après discussion avec le guitariste de la tournée à la fin du concert, il m'annonce avoir eu des problèmes de pédale, chose qui était totalement passée inaperçue pendant le concert. Ma seule déception lors de ce concert aura été que le groupe n'a pas joué ‘Cloud Factory' qui fait partie des trois titres que je préfère. Cependant, j'ai pu découvrir des titres que je ne connaissais pas et que j'apprécie beaucoup. Ce sera un plaisir de retourner les voir en électrique.

Setlist :
1- Life
2- Only the Broken Hearts (Make You Beautiful)
3- Half a Marathon Man
4- The Rest of the Sun Belongs to Me
5- As If the World Wasn't Ending
6- Full Moon
7- Letter To Dana
8- Alone In Heaven
9- On the Faultline (Closure to an Animal)
10- Wolf & Raven
11-I Have a Right
12-Black Sheep
13-Among the Shooting Stars
14-Tallulah
15-Paid in Full
16-Flag in the Ground
17-Victoria's Secret (Tony and Elias only)
18-The Wolves Die Young
Reported by Mayla Digard