Vivre la Firemaster Convention 2021 de l'intérieur !!
Stephane Masson
Journaliste

«Vivre la Firemaster Convention 2021 de l'intérieur c'est enfin revivre...»

Créé 11/05/2021
294 vues

Alors que la crise sanitaire est toujours d'actualité, un petit village d'irréductibles fans de Metal a décidé de ne pas baisser les bras et de se battre contre vent et marée pour faire vivre la musique et offrir au public une convention sur la musique Metal, convention qui inclue un FESTIVAL. 
Et oui, “festival” n'est pas un mot venu de temps immémoriaux mais bel et bien une réalité actuelle grâce à la Firemaster Convention et son staff tout simplement incroyable.

C’est ainsi qu’en ce jeudi 29 avril 2021, je m’apprête à me rendre à Châteauroux afin de “revivre” et pouvoir laisser libre cours à mes passions pour la musique et la photographie. Comme nous le savons tous, un festival ça commence par le trajet entre potos.

Il est donc hors de question de déroger à la règle et ce n’est pas sans une certaine émotion que j’attends de revoir Elodie (Responsable d’Ellie Promotion et attachée de presse de la Firemaster Convention), Julien et la plus jeune festivalière de France à savoir Amélie âgée de 8 mois et demi, trio avec qui je vais faire le voyage. 
La voiture s’arrête et la distanciation sociale ne résiste pas à notre si simple envie de se prendre dans les bras et d’exprimer notre plaisir de nous revoir et de partager cette nouvelle aventure.

Attachez vos ceintures, Julien passe la première et nous décollons pour la planète Musique, direction l'Indre.

Cela fait plus d’un an sans le moindre concert, alors je vous laisse imaginer notre excitation tout le long du trajet. Nous n'arrivons pas à réaliser notre participation au premier festival français depuis cette foutue crise sanitaire.
Nous savons pertinemment qu’il s’agira d’un événement, hélas, sans public et donc en mode streaming mais nous n’en sommes pas moins aussi impatients que des enfants attendant le passage du Père Noël !!

Nous arrivons enfin à Châteauroux, mais il nous est impossible d’aller directement dans nos Airbnb sans faire avant toute autre chose, une halte sur le lieu de la convention où nous sommes accueillis par une vingtaine de joyeux drilles, le sourire aux lèvres mais les traits tirés car ils bossent sur l'événement depuis déjà plusieurs mois.

Petit rappel sur la Firemaster Convention, il s’agit donc d’un événement développant chaque année un thème différent et enchaînant les concerts, interviews de groupes, conférences liées au thème choisi et autres animations d’où le terme Convention et non pas Festival car cela est bien plus complet qu’un qu’une succession de concerts. Cette année, l’énorme difficulté est de réaliser tout cela en direct sur une durée de trois jours et agencer le tout sans le moindre “blanc” pendant les durées de diffusion. Gros Challenge !!

Comme je le disais supra, nous sommes accueillis sur le site par les organisateurs de l’événement qui nous invitent à entrer dans la halle des expositions et là, je bloque direct, me voilà nez à nez avec une putain de guitare basse métallique d’au moins trois mètres de haut, faite d’engrenages et autres pièces de moteur. Cette œuvre d’art est encadrée par la salle de conférence à droite, la salle d’interviews à gauche et la scène. 

Quelque soit la pièce où je pénètre force est de constater que le site est équipé, un truc de dingue, des caméras et ordinateurs partout, des centaines de mètres de câbles tous reliés à un camion situé à l’arrière de la salle, camion long d’au moins dix mètres contenant la régie.
En plus d’un équipement digne d’une chaîne télévisée, je note une déco bien sympa dans la pièce réservée aux interviews où siège un trône en bois (et oui on est pas dans Game Of Thrones…) de toute beauté et un caveau sculpté.
En ce qui concerne la pièce où se dérouleront les concerts, elle est conçue de façon à ce que les groupes jouent en cercle permettant ainsi une captation vidéo à 360 degrés, et il y trône un énorme Cthulhu tout en métal. Voilà qui pose l’ambiance surréaliste de la convention. 

Je l’avoue, je suis sur le cul….avec des moyens dérisoires la Firemaster Convention nous a concoctée un truc de fou. Tout le monde kiffe ce moment, mais une pointe de stress est présente, il faut bien dire que c’est le premier événement musicale, sur une durée de trois jours et incluant 9 concerts, de France en streaming et ce n’est pas rien car pour le coup l’orga n’a pas de recul et servira d’exemple à tous les autres.

Remis de mes émotions, nous finissons la soirée comme nous l'aimons lorsque nous sommes en fest à savoir : pizzas, bières !!

Vendredi est déjà là et j’arrive sur site en tout début de matinée, la tension est désormais palpable, les balances des groupes s'enchaînent, il faut régler les derniers détails techniques et tout le monde prie pour que rien ne lâche pendant les créneaux de diffusion.

5, 4, 3, 2, 1...

On y est, la Firemaster Convention seconde édition est lancée par Joffrey (The big Boss) & Julien. La tension est à son maximum mais il n’est plus l’heure de réfléchir, on fonce...

Je ne vais pas vous faire un listing de la programmation, il vous suffit de regarder la plaquette de l’événement, ou un report de chaque concert, car je n’y étais pas. En effet, pour accroître la qualité des retransmissions, pas de photographes ou autres journalistes sur le plateau pendant les lives afin d’éviter qu’une de nos trognes apparaisse dans le champ des caméras du fait de la scène circulaire.

Je vais donc vous vanter le professionnalisme de ces passionnés de musique, de vidéos et autres techniciens (son, lights, roadies etc…) indispensables à tout événement culturel. Des gars qui ont dû s’adapter à ce format inédit car là, il est impossible de faire montages et/ou retouches, tout est brut !!

Malheureusement, des petits couacs, il y en a toujours...
Comment vous expliquez que pendant les interviews ou autres conférences, la consigne de ne pas faire le moindre brut était de rigueur dans cet énorme espace qu’est la halle des expositions où le moindre bruit résonne de ouf et bien... y a toujours le petit malin pour tester sa snare ou sa guitare obligeant Anaïs (la régisseuse) à courir dans tous les sens pour leur rappeler que le silence est la règle. 
Il faut tout de même avouer qu’une personne aura tous les droits côté bruit et ce sera notre plus jeune festivalière de France car elle est tellement choupie…et se révélera être la star du festival côté coulisses...
Dans les petits trucs sympas, nous voilà en mode panique trois minutes avant le début de l’interview de Misanthrope. Deux des membres du groupes sont attendus, personne n’est là et le temps file comme une flèche, on court dans tous les sens, on se demande comment switcher et voilà qu’on apprend que l’un des membres était tout bonnement en mode sieste tandis que l’autre rangeait son matériel de pêche (oui vous avez bien lu). Je vous dis pas, à ce moment là toute l’orga est sur les dents mais c’était sans compter sur le professionnalisme du groupe car je vous promets, on a serré des fesses, mais 10 secondes avant le début de l’interview les gars étaient frais et dispo comme si de rien n’était, de vrais métronomes !!

Des anecdotes comme celle-ci y en a des dizaines promis mais que c’est bon bordel !!
 
Un petit peu en dehors de tout ce chaos, en fait à trois mètres, n’oublions surtout pas Karen dans sa petite tente toute mignonne car elle a un rôle essentiel avec la gestion en temps réel des réseaux sociaux, où l'on constate avec bonheur que le nombre de connections atteint les 5000 par jour mais où l’on pique une crise quand un des réseaux, que je ne nommerai pas, a décidé de bloquer une retransmission pour une raison à la con l'obligeant à dérouter le flux vers un autre des réseaux de diffusion. Pour cela, elle est épaulée par Chris dit Kermhit (Boss de Metal France et France Metal Awards entre autres) qui court lui aussi dans tous les
sens. En effet, il est responsable de la prog des concerts, il doit accueillir les groupes, les diriger sur le site et dès qu’il y a un problème c’est lui qu'on appelle... alors je vous laisse imaginer la pression, mais il gère ça comme s'il le faisait tous les jours...

Pendant ces trois jours de la Firemaster Convention nous retiendrons de nombreuses choses, le bonheur de faire vivre à nouveau la musique par le biais des concerts, d’organiser un événement culturel, d’enfin participer à un « festival », les remerciements de tous les groupes (sans exception) d’avoir eu les couilles, pardon pour le terme, d’avoir relever le défi en organisant la seconde édition de la convention en streaming et surtout la qualité de la prestation mais ce n’est pas tout car il y a aussi :
- Les nombreux commentaires des personnes connectées 
- Les stories où les fans en plein headbang sur leur canapé avec la Firemaster Convention sur la télé du salon
- Le bonheur des artistes de pouvoir à nouveau s’exprimer sur scène
- Entendre du son en Live
- Le quizz
- Le concours de air guitare
- Notre bonheur de s’adonner à notre passion (photo, vidéo etc…)
- Et tant d’autres choses...

Mais une chose est certaine, public, vous nous avez énormément manqué alors la Firemaster Convention espère vous avoir apporté beaucoup de plaisir en ces moments difficiles.

La convention se termine, le flux est coupé, les lumières s’éteignent, le sentiment est partagé entre le soulagement d’y être arrivé, l’envie de pleurer car c’est déjà terminé et l’envie d’être au plus vite à la troisième édition pour laquelle il y a déjà tellement de nouvelles idées...

Il est donc temps de dire au revoir (snif) mais il est surtout temps de dire MERCI, et pas de dire merci à J. & M. (désolé j’étais obligé de la faire celle-ci) mais bel et bien à tous les organisateurs et participants de cet événement hors norme pour ce qui est et restera à jamais le PREMIER festival streaming en France.

Vous, les futurs festivaliers, j’en profite pour vous rappeler un petit passage du report lié à la pêche car, non seulement la Firemaster Convention vous propose une prestation de dingue, des activités vues nulle par ailleurs, mais elle bénéficie également, d’un parking immense (donc pas d’excuses, en mode on ne saura pas où se garer), de nombreuses possibilités de logements dont un camping (pas d’excuses non plus sur le lieu où dormir), d’un skate park et d'un giga jardin où se balader et où coule une paisible rivière pour taquiner le goujon…

Vous l’avez compris, il y a tout ce qu’il faut pour passer un bon moment à Châteauroux lors de la troisième édition de la Firemaster Convention en 2022 où vous êtes attendu nombreux et nombreuses. Je vous dis donc, à l’année prochaine les amis, en attendant prenez soin de vous & Stay Rock !!