Saxon / Fm / Raven - Tranbordeur (Lyon) 7 octobre 2018
Laurent Sage
Journaliste

«Fidèles au poste, Saxon est venu apporter son savoir faire en matière de Heavy metal 80's »

Créé 15/10/2018
2668 vues

Deux ans après sa venue au Transbordeur de Lyon avec Girlschool dans ses bagages et dans une salle aux deux tiers remplie, Saxon revient cette fois-ci avec les anglais de Raven, issus eux aussi de la NWOBHM, et FM , le groupe de hard mélodique classy. Ces derniers remplacent Y&T et nombre de metalleux n'étaient pas au courant.

Cette fois ci la salle est carrément remplie et Raven avec son metal ravageur ouvre le bal. Dire que leur musique est énergique est un euphémisme. Il n'y a qu'à observer le guitariste Mark Gallagher triturer sa guitare et gesticuler de partout (alors qu'il a passé pas loin de quatre ans dans un fauteuil roulant suite à la chute d'un mur sur ses jambes) pour confirmer que le trio (avec un batteur de remplacement) est toujours aussi délicieusement déjanté. John à la basse, avec sa voix aiguë si caractéristique, interpelle la foule et le public leur rend bien. Leur set étant relativement court, nous avons droit à un ou deux classiques ‘All for One', ‘ On and On', un extrait du dernier album ‘Destroy All Monsters' ( qui est un texte politique, une charge contre les banquiers, entre autres.) et un nouveau morceau qui devrait donc figurer sur leur nouvel album.

Le groupe recueille les vivas du public et a l'air heureux de s'être produit ce soir en mode "restreint".

La suite, nous l'attendions avec un peu d'appréhension, FM n'oeuvrant absolument pas dans le même registre que ses camarades de jeu d'un soir. Souvenir d'un épisode ancien où Airrace remplaçait Mötley en première partie d'Ac/dc et s'était vu jeter durant tout le concert des canettes sur la scène. Heureusement il n'en n'a rien été ce soir et le groupe, dont c'était la première venue à Lyon, a pu démontrer toute l'étendue de son savoir-faire en matière de hard rock mélodique. Avec un nom pareil, il est évident que l'on ne s'attend pas à un Motörhead bis.

Le groupe attaque le show avec ‘Black Magic' issu de son dernier album, un bon choix. Mais sur le long terme, il apparaît que le groupe n'a pas choisi ses morceaux les plus énergiques pour se présenter. Même si leur musique a été appréciée, il eut peut être été plus judicieux de donner un peu plus de punch au show. Par contre, au niveau, interprétation, absolument rien à redire ( excellent guitariste soliste que Jim Kirkpatrick), Steve Overland a le même timbre que sur album et le groupe joue à la perfection ses morceaux. C'est carré, net, sans bavures. Le groupe a le droit a un peu plus de lights que Raven (moins c'est difficile) et le son est excellent. ‘Tough it Out' joué en fin de set, juste avant le dernier morceau ‘Killed by Love' est là pour nous prouver que lorsque le groupe veut jouer un peu plus musclé, il sait le faire sans se départir de son côté mélodique ( un petit ‘Don't Stop' ou ‘Burnin' my heart down' auraient mis le feu à la salle).

Comme Raven, le groupe quitte la scène en ayant le sourire. Une bonne chose tant nous avions craint une "mauvaise" réaction du public.

Saxon. Que dire ? Groupe important au sein de la NWOBHM, qui n'a jamais dévié de sa route ( à part un ou deux albums un peu plus américanisés), qui a toujours sorti des albums de qualité, effectué des tournées dans des salles plus ou moins grandes suivant les modes, vient nous présenter sur scène son 22e album studio "Thunderbolt".

D'entrée, on comprend pourquoi Saxon est toujours autant apprécié : son,lights et riff d'enfer. L'inimitable Biff, au charisme toujours intact, manie la foule tandis que les deux guitaristes, discrets mais ô combien efficaces, contrastent avec l'énergie déployée par leur bassiste "fou" Nibbs Carter.

Du groupe originel subsistent Biff et Paul Quinn. On peut aussi dire que Nigel Glocker fait partie des meubles. Voilà sûrement une des clés du succès de Saxon et une de raisons de sa cohésion. Chacun a son rôle à jouer et tout est réglé comme du papier à musique.

Les classiques s'enchaînent les uns après les autres. Il faut dire que le groupe a sorti tellement de bonnes chansons que l'on peut qualifier son show d'un Best-of à chacune de ses apparitions. Difficile de ne pas s'enflammer sur des hymnes tels que ‘Motorcycle Man', ‘Dallas 1p.m' ‘Power and the Glory' ( l'album le plus vendu de leur carrière) , ‘Crusader' (qui fût pourtant décrié à sa sortie est maintenant un classique que les fans réclament) , ‘Princess of the Night' et l'éternel ‘Wheels of Steel' où le public est mis à contribution et reprend avec ferveur le refrain durant un break d'à peu près cinq minutes où Biff sait parfaitement faire manger le public dans sa main. Imparable. La chanson hommage à Lemmy ‘They played Rock'n'roll' est aussi un grand moment du concert.

Même Paul Quinn a souri pendant le show ( ce qui est plutôt rare), et qui est sûrement le signe que le groupe a apprécié sa venue.

Saxon est venu, a vu et a vaincu. Que dire ? A bientôt dans deux ans après un nouvel album ? Oui et nous nous reverrons avec plaisir.