Report Watain à Les Chaudronneries le 26/04/2022
Stephane Masson
Journaliste

«Venez découvrir le concert "privé" de Watain»

Créé 26/04/2022
975 vues

WATAIN – ARTE

Arte, le metal et le Hellfest c’est une belle histoire d’amour … Partenaire du festival depuis plusieurs années, la chaîne filme et retransmet en direct une sélection de concerts ce qui permet aux festivaliers de revoir des lives et de vivre un peu mieux le « Hellfest lag » de retour à la maison, mais surtout permet à tous ceux qui n’ont pas pu avoir de billet d’avoir accès au festival depuis leur salon !

Ce qui m’a toujours plu dans la sélection proposée tous les ans (malheureusement impossible de tout filmer et retransmettre en direct), c’est sa diversité et son amour pour les « plus petites scènes » (si tant est qu’on puisse parler de petites scènes au Hellfest…).
Arte et le Hellfest ce n’est donc pas (que) de la retransmission des groupes archis connus et parfois plus abordables qui sont sur la mainstage, mais aussi des petits groupes et de tous les genres, y compris les plus extrêmes.

J’irais même plus loin … Arte et Watain c’est une histoire d’amour qui dure ! Ce n’est pas la première fois que leurs chemins se croisent (ce que j’ai toujours apprécié en tant que fan du groupe).

C’est ainsi qu’on se retrouve en ce mardi 26 avril aux Chaudronneries de Montreuil pour un live ARTE x HELLFEST de Watain trois jours avant la sortie de leur nouvel album « The Agony & Ecstasy of Watain ».
Niveau format rien à dire : un concert dans une petite salle atypique où on peut profiter de la proximité du groupe et les chaudronneries se prêtent bien à l’ambiance instillée par Watain et l’édification de leur temple noir. Les adeptes du groupe ne seront pas surpris, les néophytes (mais il y en a peu qui se sont aventurés jusqu’ici ou peut être dans les invits presses) découvriront en effet une scène éclairée en rouges, des tridents, croix inversés, vasques, encens, os et crânes d’animaux ….

Pas de première partie et majoritairement des fans (on est pas venus là pour niaiser concrètement) … C’est dans ces conditions que le rituel commence avec « Death’s Cold Embrace » puis « Malfeitor » une fois les incontournables tridents enflammés par Erik Danielsson le frontman et chanteur.
C’est après ce premier rouleau compresseur de noirceur que nous avons droit aux premières salutations avant d’enchaîner sur « The Howling » premier extrait du nouvel album à être sorti il y a de ça trois mois … et le moins qu’on puisse dire c’est que celui-ci passe l’épreuve du live avec brio.
S’ensuive sans transitions deux « classiques » du groupe « Black Flames March » et « Reaping Death » sur lesquelles on ne boude clairement pas son plaisir (aka sorry not sorry pour vos oreilles si vous n’étiez pas loin de moi, Erik a clairement un timbre de rossignol à côté de moi)
On continue la messe noire avec quelques nouveautés : « Serimosa » tout d’abord, deuxième extrait paru du nouvel album, à l’issu duquel le groupe nous présente à bout de bras (couverts de sang of course les bras ...et le vinyle, on parle de Watain quand même) ce nouvel opus tant attendu. Puis « Ecstasies of Night Infinite » véritable inédit du concert.
C’est sur « Stellarvore » et « Serpents’ Chalice » qu’ils finissent cette communion infernale. L’occasion bien évidemment de vérifier la maxime « A Watain jamais tu ne te tiendras dans les premiers rangs, ou du sang tu auras plein les dents ».
Une fois les musiciens partis c’est Erik Danielsson seul qui finit le rituel sur scène dans le silence emplit de recueillement qui émane de la fosse et des fans qui bras tendus attendent de tenir les bougies encore allumées qu’il leur tend.

Un show d’une heure tout pile, 9 titres, mais d’une intensité et d’une noirceur que peu de groupes peuvent se vanter d’installer. Du Black metal sombre, dérangeant peut être pour certains, mais indéniable efficace et prenant. Un concert de Watain c’est une expérience qui va au-delà de la musique, une communion entre le groupe, sa musique et son public.

Pour prouver mon objectivité sans faille (sisi) je me permets de citer Stéphane mon binôme du jour pour les photos, moins versé dans le black : « Je n’accroche que moyennement sur galette mais il faut reconnaître qu’en live c’est une claque ». CQFD
Si on peut s’étonner de n’avoir eu que trois titres issus du nouvel opus (surtout dans un contexte où de plus en plus de groupes font des tournées pour jouer des albums en entier), on saluera le parti pris de garder un peu de mystère autour de cette sortie tout en nous prouvant -si besoin était- que les nouvelles compositions présentées s’intègrent parfaitement dans la discographie déjà bien riche du groupe.
En somme, ils réussissent le pari de nous rendre encore plus impatients de découvrir le reste !

Petits rappels forts utiles dans ces circonstances : Le live est disponible sur Arte concert et youtube, ils seront bien évidemment présents au Hellfest … et en tournée avec Abbath, Tribulation et Bölzer en septembre (le 15 à Paris, le 20 à Toulouse et le 25 à Lyon).

Report : Carole Pandora


Chroniques
Festival
Hellfest 2018
Watain
23/06/2018