Report Veil of Maya à l'Olympia le 10/03/2023
Stephane Masson
Journaliste

«Une petite pointe de Technical Deathcore avant d'accueillir Avatar...»

Créé 10/03/2023
765 vues

Avatar, qui est actuellement en tournée pour défendre les couleurs de son dernier album “Dance Devil Dance”, une tournée qui annonce Sold Out sur toutes les dates de l’hexagone, pose ce soir ses valises à l’Olympia. Un concert dont les premières parties sont confiées à Veil Of Maya et Kassogtha.
Précisons que cette tournée dans l'hexagone est organisée par Live Nation.

Arrivé un peu en avance, pour ne pas changer mes habitudes, je constate immédiatement que les fans maquillés à la mode Avatar sont légions, ce qui me surprend plus par contre c'est le nombre de personnes venues avec leur enfants, j’avoue que je ne m’y attendais pas mais il n’y a pas d’âge pour aimer Avatar et cela prouve que l’avenir du groupe s'annonce sous de beaux auspices avec des fans si jeunes.

Dix huit heures trente sonne et c’est l’heure de voir monter sur scène Kassogtha, groupe suisse de death metal progressif. J‘arrive un peu à la bourre, car je flânais et récupération du pass photo oblige, et Kassogtha est déjà en train d’envoyer du lourd à l’Olympia quand j’entre dans le pit photo.
Je suis aussitôt envahi par un son lourd et épuré, suffisamment puissant pour te donner envie de bouger sans non plus te coller sur place comme du gros death à l’ancienne.
Les chants clairs et growls de Stephany Hugnin captivent l’assistance alors que les riffs et rythmiques percutants font doucement se mouvoir un public qui semble conquis.
Toutefois le public reste dans l'ensemble très calme, pas de slams ou autre circle pit, mais il est clairement attentif pendant toute la durée du set.


On enchaîne avec Veil Of Maya qui foule les planches de l’Olympia à dix neuf heures vingt tapante. Veil Of Maya est un groupe de metalcore américain avec quelques petites touches de deathcore voir même de djent selon les morceaux.
A titre purement personnel je trouve que le groupe, bien que faisant tout ou partie de la tournée d’Avatar, dénote avec le thème de la soirée.
Quoiqu’il en soit le groupe fait le job et ambiance comme il se doit la foule et fait monter la température même si à nouveau le public, qui semble venu exclusivement pour Avatar, reste plutôt calme et se contente de dodeliner de la tête dans l’attente des Maîtres de la soirée.


Maintenant on ne rigole plus, nous sommes prêts mais surtout tellement impatients après ces multiples reports de recevoir enfin Avatar, groupe de death metal mélodique suédois.
C’est avec ‘Dance Devil Dance’ qu’Avatar ouvre le bal et en un claquement de doigts la salle s’anime et la foule commence enfin à sérieusement foutre le bordel.
Avatar c’est vraiment le groupe qu’il faut absolument voir sur scène car en plus d’avoir un son parfait, et des titres à vous déboiter les cervicales le groupe maîtrise l’art de la scène.
Johannes Eckerström (chant) est en très grande forme et est probablement le bouffon que tous les rois auraient voulu, mélangeant folie, exubérance et un chant juste parfait. Il a l’art et la manière de captiver le public, mais n’est ce pas le rôle du bouffon du roi???
Voici, parmi d’autres choses, comme Johannes s’y prend pour nous divertir :
il montra au niveau du balcon de l’Olympia pour y faire un joli chien avec un ballon de baudruche avant de jouer du trombone
il sortira d’une boîte de cadeau en tenant à la main quatre magnifique ballons gonflables (faisant d’ailleurs penser à un joli mélange entre le Joker et Le Ça) avant de déambuler sur scène tel un enfant…
il jouera seul sur scène au piano pour interpréter ‘Tower’ et emmènera toute la salle dans l’univers mélancolique de ce titre si poignant
il jouera en permanence avec le public et le fera chanter tel un chef d’orchestre dirigeant des musiciens
Il échangera beaucoup avec ses fans et expliquera que ce n’est pas nous qui sommes venus voir Avatar mais bien Avatar qui est venu nous voir, et oui The King est venu rencontrer ses sujets….

Il est compliqué d’expliquer tout ce qu’il se passe sur scène tant il se passe de choses, nous retrouverons entre autre John Alfredsson avec une minie batterie sur le devant de la scène, donc devant les premiers rangs de fans, pour le titre ‘Colossus’. Après ce titre phénoménal il dansera sur de la techno et tirera sur la foule avec des fusils crachant des confettis.
Comme dans toute royauté nous vivrons comme il est de rigueur l’arrivée du Roi qui saluera la foule avant de lancer ‘A Statue of the King’, mais il y a tant d’autres choses…

Si je peux vous donner un conseil : ALLEZ VOIR AVATAR EN CONCERT

Musicalement, Avatar est une machine à headbang, une tuerie, des rythmes de dingues et dans la fosse, qui était restée calme jusqu’à présent, c’est le carnage. Les slameurs ont fait leur apparition et ils défilent les uns après les autres jusque dans les bras de la sécurité. La foule est une véritable vague humaine, promis je ne voudrais pas être dans les premiers rangs…les circle pits s'enchaînent comme on pourra le constater sur le titre ‘Puppet Show’ et, plus rare encore, carrément un wall of death totalement improvisé par le public en délire.

Avatar c’est juste Enorme.

Setlist :

1- Dance Devil Dance
2- The Eagle Has Landed
3- Valley of Disease
4- Chimp Mosh Pit
5- Scream Until You Wake
6- Bloody Angel
7- For the Swarn
8- Puppet Show
9- When the Snow Lies Red
10- Do You Feel in Control
11- Black Waltz
12- Tower
13- Colossus
14- Let It Burn
15- A Statue of the King
16- The Dirt I’m Buried In
17- Smells Like a Freakshow
18- Hail the Apocalypse