Report The Dose au Zénith le 08/02/2019
Stphane Masson
Journaliste

«Une petit portion de Grunge ce soir au Zénith de Paris !!»

Créé 08/02/2019
553 vues

Ce soir le Zénith nous offre un petit gout de Pop Punk avec Good Charlotte en tête d'affiche et pas moins de trois autres groupes en première partie à savoir, dans l'ordre de passage, The Dose, Boston Manor et Sleeping With Sirens.
Un événement qui nous est proposé par Alternative Live Production.

Quatre groupes cela veut dire que le show va commencer de bonne heure c'est donc dans un Zénith encore un peu vide que The Dose se présente devant nous. The dose est un duo américain dont le look d'Indio Downey (chant/guitare) ne semble laisser aucun doute sur ce que nous allons entendre à savoir du Grunge.
Indio Downey en mode sosie de Kurt Cobain se place à l'extrême gauche de la scène et Ralph Alexander (batterie) à son extrême droite.
The dose envoie sa première rythmique et on y nous nous trouvons devant une sorte de copie de Nirvana avec hélas un Indio Downey statique au possible mais fera qui fera tout de même un saut du haut d'un ampli voir s'assoie dessus. De son coté il ne faudra pas en attendre plus coté spectacle.
En ce qui concerne Ralph Alexander ce dernier explose sa batterie et fait le show à lui tout seul à se demander pourquoi s'être mis si loin l'un de l'autre ?
Coté musicale ça ressemble beaucoup à « In Utero » de Nirvana et c'est tout.
Ouvrir dans un Zénith à peine quasi vide n'est pas chose aisée et l'est encore moins quand il est clair que le public présent n'est pas transporté par ce qu'il voit et par ce qu'il entend à la fois The Dose à un style musical loin des trois autres groupes de la soirée mais qu'il me plairait de revoir sur une scène plus exiguë.

Changement de plateau en cours, une petite mousse tout en constatant du coin de l'oeil que le Zénith commence enfin à se remplir sérieusement.

Voilà que le groupe anglais de Pop Punk Boston Manor monte sur scène et pour le coup se retrouve dans l'obligation de chauffer un public encore bien léthargique.
Et bien Boston Manor va le faire de la plus belle des manières, en envoyant de l'énergie à bloc ce qui nous mettra enfin un bon coup de pied au cul. Alors que ça saute de partout sur scène avec un Henry Cox (chant) survolter l'on voit apparaître des pogos dans la fosse.
Boston manor nous montre un Pop Punk avec des relents de Metalcore aux riffs incisifs.
Bien qu'étant un tout jeune groupe ces derniers savent utiliser tout l'espace qui leur est proposé et nous propose un set très propre malgré deux ou trois fausses notes par ci par là mais on s'en fout c'est ça le live.
Boston Manor aura donc non seulement hyper bien rempli son rôle en faisant monter la température dans un Zénith qui attendait cela avec impatience mais il a également donné envie de les revoir dès que l'occasion se présentera.

Setlist :

1- Flowers In Your Dustbin
2- England's Dreaming
3- FY1
4- Stick Up
5- Bad Machine
6- Funeral Party
7- Laika
8- Halo

Ce coup-ci la pause est bien méritée et nécessite de se désaltérer pendant que les pettes mains préparent l'arrivée de Sleeping With Sirens.


Après son passage l'an dernier en tête d'affiche à la machine du moulin rouge voilà que les américains de Sleeping With Sirens prennent possession des lieux. Groupe de post-hardcore fondé en 2009 il défend les couleurs de son dernier scud « Gossip » sorti en 2017. A en voir le comportement du public il n'y a pas de doute à avoir, Sleeping With Sirens joue à domicile. Plus qu'attendu Sleeping With Sirens va nous dire bonjour avec ‘Do it Now Remember it Later' avant d'enchainer avec ‘Here We Go'. Kellin Quinn (chant) joue les feux follets sur scène et fait tourner ses cheveux dans tous les sens en mode si t'as pas de cervicales solides tu te brises la nuque.
Dans la foule ça remue dans tous les sens également mais aux rythmes imposés par Sleeping With Sirens et coté rythmes on est servi, il n'y a pas intérêt d'être cardiaque…
On va prendre 10 titres dans la face et le set se terminera avec un morceau digne de la claque que nous venons de recevoir : ‘Kick Me'.
C'était trop court mais bon il faut bien laisser la place aux stars de la soirée !!

Setlist :

1- Do ut Now Remember it Later
2- Here we go
3- Empire to Ashes
4- Better Off Dead
5- We Like it Loud
6- Go Go Go
7- Congratulations
8- If I'm James Dean, You're Audrey Hepburn
9- If You Can't Hang
10- Kick Me

Dernier entracte avant le dernier combat de la soirée…

Trois, deux, un…c'est parti pour la dernière ligne droite. Good Charlotte est enfin devant nous !! Je doute que cela soit nécessaire mais rappelons que Good Charlotte est un groupe américain de Pop Punk de plus de 20 ans et actuellement en tournée pour fêter l'arrivée dans notre univers musical de leur dernier album « Generation Rx ».
‘Generation Rx' sera d'ailleurs le morceau choisi pour ouvrir le bal dans une ambiance visuelle ultra sombre avant d'allumer un peu les lumières sur ‘Self Help' second titre de la soirée et du dernier album. Ce ne sont pas plus de vingt années de carrières qui ont entamées l'énergie des Good Charlotte qui semblent aussi enthousiastes que lors de leurs débuts. Si Boston Manor et Sleeping With Sirens avaient foutus le bordel dans la fosse Good Charlotte se charge clairement d'achever le travail en nous vidant de toute l'énergie qu'il nous reste. Le groupe enchaine les morceaux à tour de bras, il n'est pas question pour nous de reprendre notre souffle, ça file tellement vite que lorsqu'il est temps de dire au revoir au groupe on a l'impression que cela vient tout juste de commencer mais hélas, toute bonne chose a une fin…

Setlist :

1- Generation Rx
2- Self Help
3- The Anthem
4- The Story of my Old Man
5- Keep Your Hands Off My Girl
6- Girls & Boys
7- Life Changes
8- Actual Pain
9- Shadowboxer
10- Predictable
11- Prayers
12- Hold On
13- WaldorfWorldwide
14- Little Things
15- The Toung And The Hopeless
16- The River
17- Dance Floor Anthem
18- I Just Wanna Live
19- Lifestyles of the Rich & Famous