Report SHAKA PONK à la Halle Tony GARNIER
Laurent Sage
Journaliste

«La tornade Shaka Ponk emporte tout à Lyon»

Créé 29/03/2018
6169 vues

Arrivé pour le dernier morceau de THE NOFACE (merci le stationnement autour de la Halle Tony GARNIER), j'ai pu constater que le public avait l'air séduit par la prestation du groupe : quelle énergie et quel charisme de la part de la chanteuse.
Le port de masques n'est certes pas original (merci KISS) mais donne une unité au groupe. Quand je pense qu'ils jouaient le 14 février au Warmaudio à Décines devant une audience restreinte, je me dis que se retrouver face à dix mille personnes doit sacrément booster votre adrénaline sur scène. J'aurais grand plaisir à les retrouver sur scène.

Quand les lumières s'éteignent et que défilent les premières images sur les écrans vidéo, l'ambiance monte instantanément.


Les musiciens investissent la scène petit à petit et dès que Frah et Sam font leur apparition, le public est survolté. Il faut bien avouer que le charisme dont les deux frontman and woman possèdent est impressionnant.

Tout au long du concert, le public leur mange dans la main, reprend en choeur les refrains et se plie volontiers à leurs demandes.

Lorsque Frah fend la foule et se rend sur un plot situé en plein de milieu du public et demande aux personnes de pratiquer un circle pit, la vue depuis les écrans géants est impressionnante. Sam le remplace et vient nous délivrer leur version toute personnelle de "Smells like Teen Spirit", qui apparemment satisfait la majorité du public. J'avoue que j'aurais préféré à la place leur version d'AC/DC (je n'ai jamais été un grand fan de NIRVANA).

Le show vidéo reprend de plus belle : lors de la désormais traditionnelle battle entre Ion et Goz, un hommage est rendu à Kurt COBAIN, PRINCE et Lemmy de MÖTÖRHEAD. Preuve de la pluralité des influences du groupe.

Les titres s'enchaînent pour le plus grand bonheur de l'audience. Une sorte de best-of live. La fin du show est là, le rappel est énergique avec des titres comme "Wataman" ou encore "Rusty Fonky", une débauche d'énergie et de communion avec la foule. Frah se jette dans la foule ( encore ! ) et laisse tous ses fans le porter telle la rockstar (en toute simplicité) qu'il est. Le groupe vient remercier ses fans sur le devant de la scène, l'émotion est palpable. Les applaudissements redoublent et Shaka n'oublie pas de remercier tout son public présent.

J'aurais bien aimé entendre "Sex Ball" ou "I'm on The Ro" mais il faut bien avouer que le groupe possède des titres de qualité et il faut malheureusement faire un choix. Toujours est-il qu'assister à un show des Shaka est une expérience sonore et visuelle de haute volée. Le groupe mérite vraiment le succès qu'il obtient car il est sincère dans sa démarche et parvient à créer une proximité avec ses fans et ce dans une arène de 10 000 places. Ce n'est pas donné à tout le monde.


SETLIST :
The White Pixel Ape Show Intro
Killing Hallelujah
On Fire
Wanna Get Free
Twisted Mind
Party / Yell
Smells Like Teen Spirit
(Nirvana cover)
Bunker
Shiza Radio
Faking Love
Fear Ya
Summer Camp
Gung Ho / War Dance
Share a Line
Battle Ion vs Goz
I'm Picky
Palabra Mi Amor



RAPPEL:
Mysterious Ways
Wataman
Rusty Fonky
Final