Report PRIMORDIAL @ Le Trabendo le 14/04/2018!
Enora
Journaliste

«Primordial a incroyablement bien tenu son rôle en dépassant toutes les attentes possibles !»

Créé 27/04/2018
5112 vues

Primordial monte tout juste sur scène que le frontman pousse déjà un : « Paris, c'est parti p***** ! » retentissant avant d'enchaîner sur la première chanson, « Nail Their Tongues » puisque « Antiphona: Da pacem domine / Psaume: Fiat pax in virtute tua » a servi d'introduction au groupe pour une arrivée des plus solennelles.

Le public est un peu moins nombreux que sur le set de Moonsorrow mais ceux qui sont là connaissent leur chance et entrent littéralement en transe ! Dès les premiers instants, quelque chose se passe tant la présence et les jeux scéniques des musiciens, et en particulier du chanteur, sont incroyables ! Il est extrêmement actif sur scène tout en assurant une performance vocale très propre et ne cesse de s'adresser à nous : « Nous sommes Primordial, de la République d'Irlande. Paris, comment allez-vous ? Vous êtes prêts ? Vous êtes avec nous ? Nous nous tenons épaule contre épaule avec l'histoire et les Dieux ! ».

Les fans du groupe n'ont eu aucune hésitation, c'est « Gods to the Godless » qui résonne alors, suscitant une belle adhésion de la part du public où quelques slams (une personne a d'ailleurs fini sur scène et ne doit sa survie qu'à la grande magnanimité du chanteur qui lui a demandé de redescendre dans la fosse alors que bon nombre de personnes présentes pensaient sa dernière heure arrivée) et pogos démarrent.

Alan Nemtheanga s'avance : « Pour la chanson suivante, on a tourné un clip. Un clip dans lequel cet homme (il désigne du doigt son bassiste) devait me tirer dans la tête, quelque chose que beaucoup de gens ont rêvé de faire pendant des années. (Un sourire étrange apparaît sur ses lèvres) C'est « Exile Amongst The Ruins » ! ». La chanson éponyme du dernier album rencontre un succès aussi franc, malgré la souffrance et la solitude qu'elle évoque.

Le chanteur est réellement édifiant tant il joue sur scène chaque émotion avec violence mais sans jamais tomber dans la caricature. Sa prestation est inquiétante mais extrêmement belle. Avant « No Grave Deep Enough », il reprend : « On est venu avec d'anciens amis, Moonsorrow, mais aussi avec de nouveaux amis, Der Weg Einer Freiheit, alors faites du bruit pour eux ! Paris, il n'y a aucune tombe assez grande pour nous tous. Est-ce que vous êtes avec moi ? ». Et bien entendu, une ovation répond à cette demande alors que la fosse se met à taper des mains, en rythme. Le chanteur accapare toute l'attention et les autres musiciens lui laissent cette première place en restant en retrait, headbangant par moment mais demeurant, dans l'ensemble, très calmes et discrets mais assurant des lignes musicales très solides.

Vous l'aurez compris, chaque chanson aura droit à son introduction, et Alan Nemtheanga déclare : « Il y a longtemps, en Irlande, un jeune homme est tombée amoureux de la mauvaise femme, d'une femme dont il ne devait pas tomber amoureux. Il a tué l'amant de cette femme et son propre père. C'est le moment de « To Hell or The hangman ». Paris, tapez dans vos mains ! ». Comme un possédé, il nous invective sans quitter une seule seconde son attitude de sorcier obscure et gardien de secrets des temps anciens que seule la musique lui permet de partager avec nous. L'ambiance se fait ensuite plus guerrière puisqu'il nous invite à nous préparer à la guerre en lançant « As Rome Burns ». Ensuite, avec « Stolen Years », le groupe nous invite à passer à quelque chose de plus mélodique, Ambiant et sombre qui reste très atmosphérique et planant. La ligne de guitare est plutôt douce et gagne en puissance en version live.

On continue ensuite avec « Traitors Gate » et « Upon Our Spiritual Deathbed » dans une ambiance lourde et désespérée qui convainc toujours autant le public. Le show est à la hauteur de mes attentes ! Si le dernier album est mis à l'honneur, le groupe ne se prive pas de revenir un peu en arrière dans sa discographie avec, par exemple, « The Coffin Ships », issu de The Gathering Wilderness de 2005. Le concert s'achèvera d'ailleurs sur « Empire Falls », de l'album « To The Nameless Dead ». Le final est puissant et impressionnant, Primordial a incroyablement bien tenu son rôle en dépassant toutes les attentes possibles !

Setlist de Primordial :
1- Antiphona: Da pacem domine / Psaume: Fiat pax in virtute tua (Ensemble Organum song)
2- Nail Their Tongues
3- Gods to the Godless
4- Exile Amongst the Ruins
5- No Grave Deep Enough
6- To Hell or the Hangman
7- As Rome Burns
8- Stolen Years
9- Traitors Gate
10- Upon Our Spiritual Deathbed
11- The Coffin Ships
12- Empire Falls

Photos : Acta Infernalis