Report NOSTROMO à Petit Bain (Paris) le 16/03/2023
Ophélie Griffin
Journaliste

«Retour réussi du groupe de metalcore suisse à Petit Bain»

Créé 16/03/2023
481 vues

POINT MORT - NOSTROMO à Petit Bain (Paris) le 16/03/2023

Live Report et Photos : Ophélie Griffin

En janvier 2023, au détour d'un resto avec mon acolyte Hell Aine d'URN, cette dernière me fait part d'un concert fou d'émotions lors du dernier Hellfest, le samedi matin du premier weekend. La performance de POINT MORT avait mis tout le monde chaos, laissant même bon nombre de personnes en pleurs à la fin du set. Cette anecdote m'ayant bien intriguée, dès le lendemain matin, je me suis lancée dans l'écoute de l'album "Pointless" sorti l'an passé. Et là, c'est la claque totale, la mandale même. Les écoutes s'enchaînent pour mieux m'imprégner de la complexité et la richesse des 8 morceaux qui composent l'album.
Alors quand j'ai vu que le groupe passait en première partie de NOSTROMO à Petit Bain en mars, impossible pour moi de passer à côté ! Moi aussi j'ai envie de chialer en live !

POINT MORT
En ce 16 mars 2023, il fait doux dehors, parfait pour se jeter dans la salle de Petit Bain que j'apprécie tant.La salle est remplie, même si pour le moment le public est surtout massé au fond vers le bar. Quelques minutes avant le concert, la chanteuse de la formation, Sam Pillay vient allumer de l'encens placé au bord de la scène. Le but serait-il de nous envoûter avant le show pour nous faire basculer dans un autre monde ? Les volutes d'encens donnent effectivement une ambiance très mystique dans la salle.
En guise d'introduction, le concert commence par des coups, comme des battements de cœur. Le groupe parisien enchaîne les morceaux, quasiment sans interruption ni échange avec le public. On sent une urgence à jouer, une nécessité de se libérer. Sam déploie une énergie furieuse et nerveuse dans l'interprétation de chaque morceau et occupe l'espace - pourtant réduit - de la scène de Petit Bain. Elle menace d'ailleurs à plusieurs reprises de s'entrechoquer avec le bassiste Damien Hubert et finit chaque morceau à genou devant la batterie de Simon Belot (ma voisine me dira après qu'elle en profitait aussi pour regarder la setlist sur sa tablette.)
Peut-être est-ce dû à mon positionnement dans la salle (tout à gauche) mais malheureusement, la saturation au niveau basse-batterie fait que la voix de Sam est parfois inaudible et j'en reste encore une fois très frustrée (à l'instar du concert de Brutus à La Maroquinerie en janvier dernier... à croire qu'il y a un problème à mettre en valeur les voix féminines ?!)
Alors oui, j'ai regretté de ne pas profiter comme il se doit de la voix de Sam, et oui le concert a donc perdu en qualité à mon sens, MAIS ! Sam sait tellement exprimer physiquement l'essence des morceaux, sombres, violents, complexes qu'on arrive à oublier ce problème de son pour se plonger dans l'univers de POINT MORT.
Une seule prise de parole interviendra pendant le set, "un petit mot, à bout de souffle, on est hyper concert" arrive à prononcer Sam. Elle remercie NOSTROMO, et particulièrement "Max, c'est grâce à lui qu'on est là ! Alors profitez !".
Ce fut court et intense et encore une fois, si les problèmes de son m'ont empêché de profiter à 100% de la prestation de POINT MORT, je retiendrais surtout l'énergie folle déployée tout le long du set et j'espère pouvoir revoir rapidement le groupe (parce que je n'ai pas chialé !)

NOSTROMO
La salle est un peu plus fournie à quelques minutes de l'entrée du groupe suisse. Ca gueule fort dans le public dès l'apparition des quatre membres "Guturaaaaaaal" ! NOSTROMO est visiblement ravi d'être sur scène ce soir à Paris. Javier Varela lance un "Bonsoir Paris, ça faisait longtemps qu'on avait pas vu ça !" avant d'enchaîner sur "Ship of Fools", qui est le premier extrait du dernier album du groupe sorti en octobre 2022. Ça commence à s'exciter de plus en plus dans la fosse et je remercie le jeune homme à côté de moi de me faire de la ventilation avec sa longue chevelure. 
A l'instar de POINT MORT, une folle énergie est dégagée par les membres du groupe mais on sent l'expérience et c'est une prestation débridée et joyeuse qui nous est offerte. Javier joue avec son micro et j'ai souvent peur qu'il finisse dans la gueule d'une des personnes au plus près de la scène (heureusement, non...)
A chaque fin de morceau, des punchlines fusent du public "c'est pas mal" ou encore "c'est un peu violent quand même" suivis d'énormes rires. "Putain ça envoie du lourd", "c'est la guerre" répond le public quand il est sollicité pour donner de la voix. Effectivement, ça bouge mais c'est super bon enfant, des sourires sur tous les visages (essentiellement masculins ce soir). C'est vrai, c'est lourd, c'est technique, c'est violent mais c'est beau. Le plaisir de jouer et de partager est là et il est reçu à 100% par le public. Beaucoup d'échanges et de rapprochements se font avec les spectateurs qui se sont massés au plus près de la scène pour en profiter.
La part belle est faite aux morceaux du nouvel album puisque la setlist compte 7 des 10 titres qui composent "Bucephale".
Javier reprend la parole pour remercier Petit Bain, Vedettes et l'ensemble de l'équipe. "Ca fait longtemps qu'on n'a pas tourné, ça fait plaisir" et hop ça repart en pogo après une intro ratée et encore des rires. Rien à dire au niveau du son pour NOSTROMO, c'est totalement équilibré entre chaque membre du groupe et instruments.
L'ambiance lumineuse du set est à l'image des morceaux : strombo à gogo calés sur le rythme des titres et je vous avoue qu'après être sortie de la salle, j'ai eu encore les yeux qui clignotaient pendant quelques minutes ! Je n'ai malheureusement pas pu voir la fin du concert (car grèves des transports) mais j'ai été conquise par la prestation de NOSTROMO grâce au plaisir évident dégagé par chaque membre du groupe et la qualité du set. 

Ce fut clairement une belle soirée encore à Petit Bain, qui sait toujours nous régaler ! Merci à eux et à Vedettes et bravo à POINT MORT et NOSTROMO d'avoir su nous faire bouger et vibrer en ce jeudi soir.

SETLIST :
Ship of Fools
IED
In Praise of Betrayal
Rude Awakening
Delight
Katabasis
A Sun Rising West
Realm of Mist
The Whip
Decimatio
Sunset Motel
Epitomize
Selfish Blues


Chroniques
Festival
Hellfest 2017
Nostromo
18/06/2017