Report Mimi Barks à Petit Bain le 31/05/2022
Ophélie Griffin
Journaliste

«Mimi Barks, l'énorme boule d'énergie doom trap »

Créé 11/06/2022
111 vues

Combichrist + Mimi Barks @Le Petit Bain 31.05.22
Report by Carole Pandora
Photos by Ophélie Griffin

….. Si je commence ce report en disant que la venue de Combichrist était prévue depuis plus de 2 ans, qu’il y a eu plusieurs reports et que Garmonbozia a encore une fois tenu bon … ça fait redondant ? Comique (jaune) de répétition ?
Bref : surprise, c’est bien le cas, et on remercie une fois encore les orgas qui doivent être sacrément contents de voir petit à petit le bout du tunnel !

Grand beau temps pour aller flâner sur les quais de Seine en ce mardi 31 mai et pour aller déguster une petite bière sur le rooftop du Petit Bain : avec les retours dithyrambiques sur la date de la veille à Nantes, j’étais particulièrement dans les starting blocks pour le show du soir.
A noter qu’à deux jours du WGT et de la grande migration annuelle des goths, la date sera quand même sold out !

C’est devant un public encore épars que commence Mimi Barks … on en attribuera la faute au grand soleil dehors conjugué aux terrasses … et probablement au roof top avec l’Happy Hour (les goths franchement c’est plus ce que c’était tssss).
Difficile de décrire la musique de Mimi Barks qui semble particulièrement allergique aux étiquettes et qui fait un joyeux mélange de plein d’influences … elle le décrit elle-même comme du Doom Trap et je propose qu’on la croit sur paroles.
Mimi Barks est active depuis 2019 avec de nombreuses sorties de singles et notamment un EP. Sur scène c’est de l’énergie pure avec un batteur au taquet… une présence forte très communicante avec le public qu’elle va chercher sans relâche. C’est un excellent échauffement pour Combichrist avec un premier groupe qui envoie du lourd et qui tape fort.
Je pense qu’il sera de bon goût de surveiller l’évolution de cette boule d’énergie londonienne (qui se produira au WGT dans quelques jours) qui nous promet du très bon si elle continue sur cette lancée !

Au passage on saluera un style vestimentaire et un maquillage fort intéressants notamment pour les quelques photographes suffisamment courageux pour aller dans les premiers rangs.

Place enfin à Combichrist … la dernière fois que je les avais vus, comme beaucoup je pense c’était lors de leur passage au Hellfest 2019. Concert très frustrant pour ma part : pour raison de santé j’étais obligée de rester assise.
Là au Petit Bain la question ne se pose pas … la foule met 2/3 titres à se réveiller complètement mais une fois que c’est fait ça saute dans tous les sens et fait littéralement bouger la péniche (… ce qui peut donner un ou deux moments de solitude quand on veut aller aux toilettes …. Fucking Happy Hour).
Pour suivre Combichrist depuis longtemps la composition du groupe en live change beaucoup et assez régulièrement. On est passés de Andy Laplega au chant avec 2 batteurs/percussionnistes et un clavier à une composition plus classique qui suit l’évolution du groupe vers un metal industriel qui diffère de l’EBM pur de leur début. Mais peu importe le line up présent sur scène : c’est toujours aussi efficace même avec un seul batteur.
S’il y a bien des choses qui ne changent pas dans les shows de Combichrist c’est le plaisir évident des musiciens et la patate qu’on se prend dans la figure (dans le bon sens du terme).
Le charisme d’Andy Laplega au chant n’est plus à démontrer, Dane White martèle ses fûts et remplace parfaitement Joe Letz, Elliott Berlin quant à lui passe du clavier, aux perçus, à la guitare en fonction des besoins (forcément … avec une musique qui évolue il faut bien trouvé des zicos polyvalents !), quant à Eric 13 il s’agit de son 500ème concert au sein du groupe ce que ne manquera pas de faire remarquer Andy, tout en précisant que le premier était déjà à Paris.
Un groupe heureux d’être là et qui le montre (… mon dernier concert étant MGLA on peut dire que ça saute encore plus aux yeux !)
Côté setlist … On a un peu de tout : des titres emblématiques du groupe « Get your Body Beat » « Blut Royale », « Maggots at the Party » … en gros un peu toute la discrographie depuis « Everybody Hates You » à l’exception (notable !) de « Today we are all Demons ».
Si la tournée était initialement prévue pour promouvoir le dernier album, du fait des circonstances celui-ci a désormais 3 ans au compteur et le prochain ne devrait pas tarder…
Une des particularités fort agréable de Combichrist d’ailleurs c’est le choix de setlist en fonction des conditions dans lesquelles vous allez les voir : sur une tournée en tête d’affiche vous aurez un peu de tout, sur un festival metal comme le dernier Hellfest un show très axé metal indus, et si c’est en festival goth comme le Mera Luna, le WGT ou l’Amphi Fest vous aurez un show très electro.

On finit en beauté avec l’incontournable "What the Fuck Is Wrong With You" dans une version plus metal et avec Mimi Barks qui revient pour l’occasion … on finit donc sur un beau bazar sur la scène qui en devient surpeuplée mais dans une bonne ambiance évidente.

On parlait de la patate qu’on se prend dans la figure à chaque concert, mais pour rester dans la thématique 5 fruits et légumes par jour, il est indispensable de mentionner la banane avec laquelle on ressort du concert : reboosté, le sentiment d’avoir passé un vraiment bon moment entre copains à se péter la voix pour reprendre en cœur les paroles (c’est un peu comme Rammstein : si on ne connait pas les refrains c’est vraiment qu’on y met pas du sien !) et une furieuse envie d’y retourner la prochaine fois qu’ils seront dans le coin.

Un concert longuement attendu mais qui aura tenu toutes ses promesses !