Report Mayhem à La Machine du Moulin Rouge le 16/05/2022
Stephane Masson
Journaliste

«Vous voiliez du Sombre, vous vouliez du Black Metal? Vous allez être servi...»

Créé 16/05/2022
277 vues

Mortiis, Mayhem – La Machine du Moulin Rouge 16.05.22 by Carole Pandora

Pour tous ceux qui comme moi ont des tocs d’agenda (faites pas genre, on vous voit derrière l’écran, je sais que je ne suis pas seule à avoir un petit tableau avec les dates de report etc), quel plaisir de voir enfin se concrétiser des dates comme celle du concert de THE TRUE MAYHEM + MORTIIS ce soir à la Machine du Moulin Rouge !

Initialement prévu le 13.10.2020 puis reporté une première fois au 22.03.2021, nous voilà enfin réunis à Paris pour ce show grâce à la patience de Garmonbozia. J’en profite pour les remercier une fois de plus pour le taff accompli pendant cette période plus que troublée qui a dû leur causer bon nombre de cheveux blancs.
Je l’admets, je suis plus impatiente de voir MORTIIS en live que MAYHEM, celui-ci se faisant plus rare dans l’hexagone (2011 en première partie de COMBICHRIST si ma mémoire est bonne et qu’elle ne zappe pas une tournée postérieure…)

Hop une pinte à la main, quelques bonjours par ci par là et le show commence. Petite surprise … Mortiis arrive seul sur scène avec un synthé et c’est un son dark ambiant qui remplit la salle.
Surprise, car sans trop avoir réfléchi à la setlist éventuelle, je m’attendais pas nécessairement à ce que le concert de ce soir soit axé uniquement sur le dernier album « Spirit of Rebellion » et je m’attendais inconsciemment à avoir une setlist qui piochait plus un peu partout …
Mais il faut avouer que Covid oblige la tournée a été reportée plusieurs fois et cet album est paru en janvier 2020. Par ailleurs, si ce dernier ne nécessite que la présence de deux personnes sur scène (il sera rejoint par un batteur/percusionniste) les albums précédents se jouaient plutôt à 4 sur scène donc pas la même logistique de tournée !
Avec cet album Mortiis revient au Dungeon Synth, style qui le caractérisait sur la première ère de son projet solo avant de s’orienter vers des sonorités indus. Un petit moment suspendu qui en aura peut-être dérouté quelques uns ou aura donné à d’autres l’envie de creuser un peu l’artiste s’il ne le connaissait pas.
Pour ma part bien contente d’avoir pu voir en live cette autre facette du groupe (jusque là je n’avais vu que des shows axés sur les ères II et III soit plutôt les périodes industrielles … et en même temps plutôt logique quand on partage l’affiche avec des groupes d’EBM ou d’indus).

Petite pause, nouvelle bière et c’est parti pour The True Mayhem !
Bon on va pas se mentir … difficile, très difficile de voir le groupe, littéralement. Je pense que ceux dans les premiers rangs n’auront peut-être pas ces difficultés, mais plus possible pour moi d’aller tout devant et quand on doit rester un peu en arrière à part des silhouettes dans la fumée on ne voit pas grand-chose (petite pensée émue pour les photographes !). Vous vouliez du dark, du sombre, de la forêt norvégienne par une nuit d’hiver sans lune ? Côté température on repassera je vous l’accorde mais côté visibilité c’est tout comme.
Je ne suis pas la plus grande spécialiste du groupe mais mis à part la toute première fois que je les ai vus en live (en 2008 c’était naze sorry mais il y a prescription), on peut quand même les ranger dans la catégorie des valeurs sûres en live. Quel plaisir aussi de retrouver Hellhammer dont on reconnaît tout de suite le style !
Côté setlist contrairement à Mortiis ça pioche allègrement dans tous les albums avec -oh mais quelle surprise- une légère prédominance de « De Mysteriis Dom Sathanas » (oui je sais, personne ne l’avait vu venir).
Finalement on arrivera à y voir un peu plus clair en avançant dans le set (littéralement) et à apprécier davantage les éléments de décor et la scénographie. A l’exception d’Attila on est sur du relativement sobre pour du black mais on ne boude pas son plaisir pour autant et on est surtout là pour la musique et là c’est nickel.
Au final je me dis qu’avec des performances comme celles-là ils vont vraiment finir par me faire oublier cette première fois pourrie (… je parle toujours en termes de concerts de Mayhem hein).

Dans les choses bien agréables de la soirée on soulignera quand même la qualité du son (détail qui a sa petite importance on en conviendra) et un respect renouvelé à ceux qui ont la foi de venir en concert avec un corpse paint en pleine vague de chaleur.
Pour ceux qui auraient loupé la tournée, Mayhem sera notamment en tête d’affiche sur la Temple lors du premier vendredi du Hellfest cette année.