Report Lindemann à l'Olympia le 21/02/2020
Stephane Masson
Journaliste

«Lindemann confirme que sur scène c'est juste monumental...»

Créé 21/02/2020
572 vues

Report : Hell Haine

C’est en cette douce soirée de février que les fans de musique teutonne se sont donnés rendez-vous. Quand on voit la file d’attente, on comprend aisément que le concert ait été déplacé de la Cigale à L’Olympia. Il faut dire que le chanteur de Rammstein est un évènement à lui tout seul. Et quand on sait qu’il s’acoquine avec Peter Tägtgren (Hypocrisy, Pain), y’a moyen que cela en excite plus d’un (et d’une).

Mais avant d’assister à cela, Jadu, groupe de military dream pop a la lourde tache de chauffer le public. Et c’est dans une intro cabaret allemand, que le groupe arrive sur scène pour un échauffement de 20 min. Cuir, latex, uniforme dans une froideur électro, le groupe surprend. Si certains dans la foule semblent fans, la majorité des personnes présentes reste dubitative. La chanteuse a de quoi envouter, et le mélange est intéressant, pour autant il manque peut-être un petit quelque chose pour convaincre.

Changement rapide de plateau pour laisser place à Aesthetic Perfection, qui fera monter la température d’un cran. Aux antipodes de l’apparent glamour du groupe précédent, c’est avec un metal électro décoiffant que la 2e formation allemande de la soirée vient réveiller l’Olympia. C’est aussi 20 min qui leur sont allouées, mais 20 min qui passeront cette fois-ci à une vitesse grand V. Ils profitent et s’amusent sur scène et nous aussi, embarqués par un chanteur charismatique qui viendra plus d’une fois chercher le public et un groupe tout aussi enthousiaste et facétieux à l’instar du batteur, s’amusant à balancer ses baguettes qu’un roadie récupèrera régulièrement, et ceux jusqu’à leur sondier qui au milieu de la salle s’éclate comme s’il était sur scène ! Si les premiers ont eu des applaudissements polis, Aesthetic Perfection a fait un très beau score à l’applaudimètre.

Quelques instants plus tard les lumières s’éteignent, une vidéo démarre, la tension monte et c’est avec ‘Skills in Pills’ que le groupe tout de blanc vêtu apparait sur scène. Le concert sera agrémenté de vidéos illustrant les propos de Till mais surtout son obsession pour l’anatomie féminine. Navigant entre les 2 albums de la formation et donc alternant chansons en anglais et en allemand, Lindemann nous entraine dans son univers romantique et subtil… ou pas ! Les thèmes abordés sont un peu comme dans la formation principale du chanteur : l’amour et ses déviances. Le glauque est au rendez-vous, les images et les paroles peuvent être dérangeantes pour certains et pourtant toujours teintés d’humour … et il en faudra ce soir de l’humour, à défaut d’agilité, pour éviter ou se prendre les tartes à la crème ou les poissons balancés en fin de concert dans le public. Il faudra de la patience aux roadies pour remettre le matériel en place que le chanteur s’amuse à balancer tel un Didier Wampas sur ‘Ich weiß es nicht’.
Les titres s’enchainent et c’est un concert millimétré auquel on assiste. On a beau cherché, rien à dire, tout y est : l’esthétisme, les musiciens exécutant parfaitement les morceaux, l’humour, la puissance avec l’imparable ‘Steh Auf’ et le maître de cérémonie dont la présence suffit à faire …euh …non on a beau être dans un concert de Lindemann, la bienséance ne m’autorise pas cette comparaison ^^ ! Bref, au-delà d’un concert, c’est un concept entier, une véritable performance artistique que le groupe livre.
Petit moment « d’intimité » avec le public quand Till et Peter se retrouve au milieu du public dans leur bulle et grand moment de bonheur pour beaucoup leur permettant d’être encore plus près de leur idole.
La présence et la voix de Till sont si particulières qu’il est difficile de ne pas faire un parallèle avec Rammstein, et pour ce projet aussi, si les morceaux sur album semblent parfois manquer d’intérêt, ils se révèlent être sur scène des tubes en puissance que le public reprend à tue-tête.
On pourrait parler des heures du show, un peu court cependant, auquel nous avons assisté mais aussi le résumer en 2 mots : Deutsche Qualitat !

Set-List :

Skills in Pills
Ladyboy
Fat
Frau & Mann
Ich weiß es nicht
Allesfresser
Knebel
Home Sweet Home
Cowboy
Golden Shower
Blut
Platz Eins
Praise Abort
Gummi
Rappel :
Ach so gern (Pain Version)
Steh auf
Fish On


Chroniques
F & M'
2019