Report JINJER @ Cabaret Sauvage le 06/02/2019 !
Peetoff
Journaliste

«Une fois de plus JINJER nous aura gratifiés d'une prestation parfaite. Bravo et vivement la suite…»

Créé 06/02/2019
4347 vues

C'est une soirée très chargée qui nous attend ce mercredi 6 janvier au Cabaret Sauvage. Pas moins de 4 groupes aux styles divers envahissent le chapiteau de la porte de Pantin. NAILED TO OBSCURITY et JINJER accompagnent SOILWORK ainsi qu'AMORPHIS sur cette tournée de 31 dates.

Il n'est pas 18h quand les Allemands de NAILED TO OBSCURITY montent sur scène. Autant vous dire que la salle est vraiment loin d'afficher complet à cette heure ci. D'entrée de jeu le Doom Death mélodique des Teutons nous plonge dans une ambiance froide et obscure. Avec 4 albums à leur actif, le groupe entame le concert avec le titre Black Frost issu du dernier album du même titre récemment sorti.

Le mélange des genres de Paradise Lost, My Dying Bride ou encore Opeth captivent la maigre assemblée présente. Dommage que quelques soucis techniques viennent perturber cette ténébreuse atmosphère dans laquelle le groupe nous a plongé. Le titre Tears Of The Eyeless mélange à lui seul la panoplie complète de NAILED avec de belles mélodies vocales couplées aux riffs Death, sans oublier les émotions que procure le Doom. Courte mais intéressante prestation que nous délivre NAILED TO OBSCURITY.

Setlist NAILED TO OBSCURITY :
1. Black Frost
2. Feardom
3. The Aberrant Host
4. Tears of the Eyeless
5. Desolate Ruin

La piste du Cabaret fait maintenant le plein avec l'arrivée on stage des extras terrestres JINJER. Impossible de ne pas avoir entendu parler du combo Ukrainien tant ils écument les salles du monde entier depuis presque 3 ans. A voir l'ambiance qui règne dans la salle sur les premières notes de Words Of Wisdom, on se doute que les fans Parisiens et sa région se sont donnés rendez-vous pour admirer toute la technicité et la qualité des compos du groupe emmené par une TATIANA à l'énergie débordante. Les premiers rangs sont comme hypnotisés devant une telle débauche de brutalité. La setlist est essentiellement piochée dans MICRO, son EP sorti le mois dernier et KING OF EVERYTHING de 2016. Mais bon Dieu qu'il me tarde d'entendre la prochaine production du groupe.

La paire Eugene Abdiukhanov (basse), Roman Ibramkhalilov (guitare) nous fait une véritable démonstration de maîtrise technique. Derrière ses fûts Vladislav Ulasevitch se pose en véritable machine de guerre avec une précision métronomique. Le tout emmené par la toujours souriante TATIANA aux qualités vocales indéniables, en font un cocktail explosif. C'est sur une véritable boucherie dans la fosse que se termine le set avec le monstrueux Sit Stay Roll Over. Une fois de plus JINJER nous aura gratifiés d'une prestation parfaite. Bravo et vivement la suite…

Setlist JINJER :
1. Words of Wisdom
2. Ape
3. I Speak Astronomy
4. Dreadful Moments
5. Teacher, Teacher
6. Who's Gonna Be the One
7. Pisces
8. Perennial
9. Sit Stay Roll Over

Place maintenant à la co-tête d'affiche de la soirée, SOILWORK. Avec pas moins de 11 albums à leur actif les Suédois vont nous proposer une setlist cohérente en visitant un large panel de leur discographie. Le show débute par Arrival issu du petit dernier, VERKLIGHETEN, que Björn nous demandera de prononcer. Suivi de THE CRESTFALLEN et ses riffs saccadés, le combo se met la fosse dans la poche d'entrée de jeu. Le son est au rendez-vous et l'on sent de suite que nos 6 lascars sont dès plus à l'aise pour nous délivrer un show de bonne facture. La paire de gratteux que font Sylvain Coudret et Simon Johansson, en remplacement de David Andersson sur cette tournée, font le job et nous balancent leurs riffs sans temps mort. Björn quant à lui joue son rôle de leader à la perfection en maîtrisant ses lignes vocales sans fausses notes.

Hormis les 5 titres issus de leur dernier opus, SOILWORK contentera aussi ses fans avec des perles telles que Nerve, Bastard Chain ou encore As We Speak. Le groupe est sur des rails et rien ne semble le perturber. Les gars font le job mais on aimerait quelques prises de risque de temps à autre. Un show de bonne facture donc, qui se terminera par le très bon STALFAGEL mais malheureusement pour moi sans réelles surprises.

Setlist SOILWORK :
1. Arrival
2. The Crestfallen
3. Nerve
4. Full Moon Shoals
5. Death in General
6. Like the Average Stalker
7. The Akuma Afterglow
8. Drowning With Silence
9. The Phantom
10. The Nurturing Glance
11. Bastard Chain
12. As We Speak
13. The Living Infinite II
14. Witan
15. Stabbing the Drama
16. Stålfågel

Il est l'heure d'accueillir Amorphis pour lequel j'avoue avoir un petit faible. Il me tardait de les voir après avoir loupé leur prestation du HellFest de l'année dernière. Et la très bonne surprise est de constater qu'ils vont nous interpréter pas moins de 9 titres de leurs 2 derniers albums. Malheureusement avec la configuration de la salle, nous n'aurons pas le droit d'admirer le back drop à l'effigie de la superbe pochette de QUEEN OF TIME ainsi que les caches amplis avec les marteaux de THOR. Mais concentrons-nous sur le principal, la musique.

Dès le début du set, la magie fait son apparition avec THE BEE. Les mélanges musicaux si particuliers au groupe font que les lignes vocales de Toumi avec les mélodies des guitares prennent toute leur ampleur sur scène. La suite ne sera qu'une accumulation de pur bonheur. Sur SACRIFICE, la fosse ne fera qu'un en sautant sur chaque refrain. Il en sera de même sur MESSAGE IN THE AMBER ou les mélodies seront, elles, reprises en choeur par les fans. Petit moment d'accalmie avec THE SMOKE, sorti en 2006. Les mélodies mélancoliques de la paire TOMI/ESA me feront voyager dans des contrées lointaines. Niveau ambiance nous serons gâtés avec l'enchainement de DAUGHTER OF HATE/HEART OF THE GIANT aux sonorités Orientales. Petite rareté dans cette setlist avec BLACK WINTER DAY, sorti en 94, nous rappelle si besoin en était que les Finlandais ont presque 30 ans d'existence. La réapparition au premier plan dont bénéficie le groupe depuis quelques années est un juste retour des choses à la vue de leurs talents.

Amorphis témoigne encore de sa capacité à se renouveler en proposant des chansons complexes, intelligentes et surtout sensibles. La technicité ne fait pas tout mais l'engagement du groupe est complet et leur permet de nous offrir des prestations d'une grande qualité.

Setlist AMORPHIS :
1. The Bee
2. The Golden Elk
3. Sky Is Mine
4. Sacrifice
5. Message in the Amber
6. Silver Bride
7. Bad Blood
8. The Smoke
9. Wrong Direction
10. Daughter of Hate
11. Heart of the Giant
12. Hopeless Days
13. Black Winter Day
14. Death of a King
15. House of Sleep


Chroniques