Report Heidevolk au Gibus Live le 07/04/2019
Stephane Masson
Journaliste

«Heidevolk et son Pagan musclé va enchanter le Gibus Live»

Créé 07/04/2019
1845 vues

Après une soirée Metal français le 06/04 me voilà de retour au Gibus Live en ce dimanche 07/04/19 pour une soirée Pagan Folk.
Quelle aventure pour cette soirée initialement prévue à La Machine du Moulin Rouge avec Tÿr en tête d'affiche mais le groupe a préféré annuler la date parisienne de leur tournée dans l'hexagone suite à des divergences culturelles pouvant entraîner des actions « violentes » à leur encontre.

Résultat des courses la soirée a été déplacée au Gibus Live et seront présents Heidevolk et Dalriada qui étaient à l'origine les premières parties de Tÿr.
Merci à Garmonbozia d'avoir tout de même réussi à organiser cette soirée et à nous permettre de profiter d'une belle soirée musicale.

Quoiqu'il en soit le public est au rendez-vous et c'est sous les appels de ce dernier que nous voyons Dalriada se présenter devant nous. Précisons que Dalriada est un groupe de Folk Metal hongrois formé en 1998 à l'origine sous le nom de Echo of Dalriada, dont le dernier album sorti dans les bacs en 2018 se nomme « Nyárutó ».
Le groupe se positionne donc devant nous dans ce que je suppose être une tenue plus ou moins traditionnelle hongroise, Dalriada va nous offrir un pagan folk très festif et rapide et ce à grand renforts d'instruments à becs, riffs entrainants et en mélangeant le chant puissant de Ficzek András et celui plus doux bien que très énergique de Binder Laura et bien sur sans oublier un Gergely Szabó survolté derrière son clavier.
Le public est clairement sous le charme des mélodies du groupe même si il lui faudra tout de même quelques titres avant de commencer à devoir jouer des coudes et à s'envoyer valser les uns contre les autres.
Dalriada a vraiment fait un super prestation et a clairement rempli avec brio son rôle de chauffeur de salle.


Setlist :

1- Thury György Balladaja 2
2- Napom, Fényes Napom
3- Aldas
4- Igéret
5- Kinizsi Mulatsaga
6- Busirato
7- Amit ad az ég
8- Komamasszon
9- Hajdutanc


Changement de plateau ultra rapide, à peine le temps de se désaltérer que ça recommence, au moins on ne risque pas de refroidir...


Heidevolk s'installe donc à son tour sur les planches du Gibus, il faut savoir que le groupe hollandais de pagan folk formé en 2002 est très inspiré par entre autre la mythologie germanique et que ce dernier nous a honoré d'un nouvel album en 2018 intitulé : « Vuur Van Vereet ».
L'une des principales particularités de ce groupe est qu'il évolue avec deux chanteur Lars NachtBraecker et Jaco de Wijs. Deux chanteurs qui ont un panel vocal qui se ressemble énormément et donc deux voix qui se marient très bien ensemble. D'ailleurs ce qui m'impressionne énormément est que lorsqu'ils chantent ensemble leur voix s'associent tellement bien qu'en fermant les yeux on a l'impression qu'il n'y a qu'un seul chanteur et non deux. Musicalement parlant c'est beaucoup plus rude que leur prédécesseur avec un son plus lourd et pour le coup je dirai moins festif. Toute fois, nous restons clairement dans le style pagan, ok pagan musclé. Pour le coup le public est super réceptif résultat dans la foule il veut mieux s'écarter si l'on n'est pas adepte des pogos car ça remue sévère.
Ca va secouer pendant un bon bout de temps car Heidevolk va nous faire le plaisir de jouer pas moins de dix sept titres.
Il n'y a pas a dire il aurai été vraiment dommage d'annuler leur passage à Paris car ça vaut vraiment le coup de s'exploser sur Heidevolk.

Setlist :

1- Ontwaakt
2- Ostara
3- A Wolf in My Heart
4- Einde der Zege
5- Onverzetbaar
6- Yngwaz' zonen
7- Britannia
8- Winter woede
9- Naar de hal der gevallenen
10- Urth
11- Een Geldersch lied
12- Hulde aan de kastelein
13- Tiwaz
14- Saksenland
15- Dondergod
16- Vulgaris magistralis
17- Nehalennia