Report HATEBREED @ l'Olympia le 03/12/2018!
Peetoff
Journaliste

«Fan ou pas d'HATEBREED, on doit reconnaître que le groupe a tous les atouts pour vous faire remuer la tête et les jambes sans vous laisser insensible aux riffs tranchants de la paire MATT/WAYNE.»

Créé 03/12/2018
647 vues

Grosse soirée ce 3 décembre 2018 avec l'arrêt sur Paris, et excusez du peu à l'Olympia, du «European Apocalypse Tour». Cette magnifique tournée réunit BLOODBATH (death/doom metal), HATEBREED (hardcore), DIMMU BORGIR (Black symphonique) et KREATOR (Thrash). On se croirait sur un festival, et c'est tant mieux, il y en aura pour tout le monde.

C'est donc BLOODBATH qui a la lourde tâche d'ouvrir les hostilités devant une fosse encore quelque peu clairsemée. La soirée commence donc de façon sanglante et brutale avec les Suédois dirigés par le chanteur Anglais NICK HOLMES (PARADISE LOST). Comme à son habitude, le Sieur se fera assez discret durant tout le set. Rassurez-vous, vocalement NICK est au top et je trouve même que ce style lui va très bien. Affublé d'un costume noir, d'une croix renversée et maquillé d'un ton pâle tacheté de sang il ne bougera pas du centre de la scène. Malgré le coté aussi très statique de ses compères, le groupe envoie du lourd et maîtrise parfaitement ses Riffs gras et lourds qu'ils nous dispensent dans les oreilles. Fort d'un cinquième album sorti en octobre dernier, THE ARROW OF SATAN IS DAWN, ils n'en joueront que 3 titres laissant ainsi la place à quelques anciens durant un set d'un peu moins d'une demi-heure.

Setlist BlodBath :
1. Fleischmann
2. Let the Stillborn Come to Me
3. So You Die
4. Bloodicide
5. Outnumbering the Day
6. Chainsaw Lullaby
7. Eaten

Place maintenant aux coreux de HATEBREED de prendre possession de la scène de l'Olympia qui se remplit petit à petit. Comme à leur habitude, nos 5 lascars débordent d'énergie et le public ne s'y trompe pas en réservant les premiers slams et moshpit aux Américains. JAMEY JASTA se pose en véritable chef de bande, un vrai showman pour nous délivrer ses lignes vocales pleines de hargne, mais toujours avec le sourire. Fan ou pas d'HATEBREED, on doit reconnaître que le groupe a tous les atouts pour vous faire remuer la tête et les jambes sans vous laisser insensible aux riffs tranchants de la paire MATT/WAYNE. Bien sûr le cultissime DESTROY EVERYTHING sera de mise et transformera la fosse en véritable trampoline. Maintenant messieurs il est temps de nous apporter un successeur au très bon THE CONCRETE CONFESSIONAL sorti en 2016, pour prendre encore un putain de pied lors des prochains shows.

Setlist Hatebreed :
1. To the Threshold
2. Live for This
3. As Diehard as They Come
4. Looking Down the Barrel of Today
5. Doomsayer
6. Filth
7. This Is Now
8. Driven by Suffering
9. Beholder of Justice
10. A Call for Blood
11. Destroy Everything
12. I Will Be Heard

La grande messe peu enfin commencer avec l'arrivée sur scène des maîtres du Black Symphonique, DIMMU BORGIR. Je ne cacherais pas être venu en grande partie pour eux ce soir, comme une grande partie du public j'ai l'impression. Dès le début du set, le ton est donné avec l'enchainement des 2 merveilles que sont THE UNVEILING et INTERDIMENSIONAL SUMMIT, issu du dernier opus du groupe EONIAN. On retrouve toute la musicalité des Norvégiens, alliant violence et mélodie à la perfection. Les orchestrations sont tout bonnement sublimes et prennent toute leur ampleur en live. Pour ne rien gâcher le groupe prend un soin tout particulier, et ce depuis des années, à présenter un show digne de ce nom avec un light show conséquent et magnifique. Le public ne s'y trompe pas et prend un réel plaisir à suivre le set avec assiduité. On pourra quelque peu regretter que la setlist soit axée principalement sur les 3 derniers albums, tant la discographie de DIMMU est riche. Je me mets alors à rêver d'un futur passage du combo en tête d'affiche pour nous délivrer un set d'au moins 2 heures en revisitant toute sa carrière. Rassurez vous, je ne boude aucunement mon plaisir à l'écoute des chefs d'oeuvres que sont THE SERPENTINE OFFERING, GATEWAYS ou PURITANIA. Et que dire de l'ampleur que prend COUNCIL OF WOLVES AND SNAKES sur scène. C'est tout simplement grandiose. Le concert se finira sur un magistral MOURNING PALACE qui laissera la majeure partie du public comme hypnotisé devant la prestation des maîtres du Black Symphonique, DIMMU BORGIR.

Setlist Dimmu Borgir :
1. The Unveiling
2. Interdimensional Summit
3. The Chosen Legacy
4. The Serpentine Offering
5. Gateways
6. Dimmu Borgir
7. Council of Wolves and Snakes
8. Puritania
9. Indoctrination
10. Progenies of the Great Apocalypse
11. Mourning Palace

KREATOR c'est 35 ans au service du Thrash Metal, MILLE et sa bande sont toujours bien présents pour nous proposer des concerts d'une rare qualité. Et ce soir ils ne dérogeront pas à la règle. A la tombée du grand rideau noir qui cachait la scène de l'Olympia, avec en musique d'ouverture le titre RUN TO THE HILLS, le groupe apparaît sous un épais manteau de fumée. La guerre peut enfin commencer dans la fosse avec des slams et circle pit à tout va dès les premières notes d'ENEMY OF GOD. La scène des Allemands reprends la plupart des décors qu'ils avaient déjà sur la date du Bataclan ou du HellFest pour la sortie de GODS OF VIOLENCE. Des écrans projetant des images illustrant l'imagerie du groupe seront encore de la partie. Malheureusement pas de flammes comme sur le reste de la tournée. Question de sécurité oblige dans la salle Parisienne. Donc pas vraiment de surprise niveau visuel ou musique ce soir, mais le public n'en n'a que faire. Les titres s'enchainent sans temps morts. Il faut bien avouer que MILLE et sa bande sont encore en très grande forme et vont nous proposer une prestation sans failles accompagnée d'un son quasi parfait, quoique un peu fort. C'est carré, puissant, sans fausses notes, en bref ça envoie du bois. Les hits du groupe sont bien présents. Après un moment un peu plus calme sur FALLEN BROTHER ou MILLE se fendra d'un hommage à quelques stars trop vite disparues, la fin du set se terminera en apothéose avec VIOLENT REVOLUTION et le mythique PLEASURE TO KILL.

Setlist Kreator :
1. Enemy of God
2. Hail to the Hordes
3. Awakening of the Gods
4. People of the Lie
5. Gods of Violence
6. Satan Is Real
7. Phantom Antichrist
8. Fallen Brother (dedicated to Dimebag Darrell, Vinnie Paul, Lemmy Kilmister)
9. Flag of Hate
10. Phobia
11. Hordes of Chaos (A Necrologue for the Elite)
Violent Revolution (intro)
12. Violent Revolution
13. Pleasure to Kill



Interviews
Festival
Hellfest 2018
Hatebreed
23/06/2018