Report GHOST @ Zénith de Paris le 07/02/2019 !
Peetoff
Journaliste

«En l'espace de 10 ans, GHOST sera passé des prêches de rue à la célébration de messes dans la Basilique Saint Pierre. La prestation du groupe et la qualité du spectacle proposé, le fait indéniablement rentrer dans la cour des grands. »

Créé 07/02/2019
2471 vues

Ce jeudi 7 février, c'est dans un Zénith qui affiche complet que nous allons pouvoir assister à la grande messe. Emmené par Tobias Forge, GHOST nous promet un énorme show. Et pour que le plaisir soit complet, CANDLEMASS se joint à l'affiche pour mon plus grand plaisir.

C'est donc les dieux du Doom CANDLEMASS, formé en 1984, qui ont le privilège d'ouvrir les hostilités. Les mythiques Suédois sont donc de retour sur les planches Françaises. Pour l'occasion ils vont nous gratifier d'une setlit aux petits oignons, mais vraiment trop courte en ce qui me concerne. Hormis Astrolus – The Great Octopus qui figurera sur le prochain opus (The Door To Doom sortira le 22 février), le reste des titres sont tous issus des meilleurs albums de CANDLEMASS. Nightfall 87, Ancient Dream 88, Tales Of Creation 89, sans oublier leur chef d'oeuvre EPICUS DOOMICUS METALLICUS 86, seront ainsi mis à l'honneur.
C'est donc sur le lugubre Marche Funèbre que LEIF EDLING et sa bande entrent sur scène. Vous pouvez pas imaginer la joie que j'ai à réentendre la voix de Johan Längqvist et ce, même si le Sieur ne monte plus aussi haut dans les gammes. Sans grande surprise la majeure partie du public présent ce soir découvre la musique des Suédois et l'ambiance n'est pas au rendez-vous. Le show est pourtant d'une grande qualité et sans fioritures, c'est en place et les morceaux s'enchainent sans accrocs. Je suis peut être le seul, mais putain quel pied d'entendre des titres aussi légendaires que Mirror Mirror, A Sorcerer's Pledge ou Solitude en guise de fin. Je suis venu, j'ai revu la Légende CANDLEMASS, maintenant “Please let me die in solitude”.

Setlist CANDLEMASS :
1. Marche Funebre
2. The Well of Souls
3. Dark Reflections
4. Astorolus - The Great Octopus
5. Mirror Mirror
6. A Sorcerer's Pledge
7. Solitude


Le moment tant attendu que les 6000 pèlerins présents dans la Cathédrale du Zénith attendent, est maintenant venu. Cardinal Copia et ses Nameless Ghouls sont sur scène pour un récital de 2h30 qui s'annonce grandiose. En un peu moins de 10 ans, GHOST a su se forger une solide réputation. N'en déplaise aux grincheux, il ne suffit pas d'avoir une imagerie originale, mais aussi des albums et des prestations de qualités pour en être la aujourd'hui.
Dès les premières notes d'Ashes, les fidèles dans la Nef deviennent complètement hystériques. Les Nameless Ghouls sont postés à la Croisée du Transept et sur Rats, le Cardinal Copia fait son apparition provocant une orgie incommensurable. Derrière eux, une série de marches montent au Choeur de la Cathédrale ou sont placés le synthé et la batterie. En guise de bock drop nous avons droit aux traditionnels vitraux qui sont de toute beauté. Le tout est accompagné d'un light show comme j'en ai rarement vu. C'est magnifique, c'est calé au millimètre, c'est juste GRANDIOSE.
Niveau setlist, pour le fidèle récent que je suis, c'est le pied total. Les 2 derniers albums du groupe seront mis à l'honneur. La quasi-totalité de Prequelle et Meloria seront interprété ainsi que les titres phares des 2 premiers opus du groupe. Tout est donc réunit pour passer un moment inoubliable. Sur scène, les ballets incessants des Nameless et les multiples costumes du Cardinal hypnotisent les fidèles qui n'en perdent pas une miette. Rajoutez à cela la grande forme de Tobias avec ses petits pas de danse, discours ou encore blagues salaces et vous obtenez une prestation parfaite, alors que le groupe n'en n'est qu'au tout début de sa tournée Européenne. Les Nameless Ghouls seront aussi mis à l'honneur avec ce duel de guitares sur Devil Church. Papa Nihil fera sont apparition au saxophone sur le fabuleux Miasma. Cette première partie se terminera avec le majestueux Life Eternal ou se mêlent émotions de tristesse et beauté en un seul morceau.
Infatigable, GHOST nous revient pour un deuxième act qui promet d'être aussi intense que le premier. Entamé par Spirit, la deuxième partie du show est sans temps mort. Visuellement tout est parfait, que ce soit Year Zero et ses effets pyrotechniques ou Mummy Dust et sa pluie de confettis, les fidèles en prennent plein les yeux. Seul He Is fera office de répit dans cette débauche d'énergie. Cardinal Copia profitera du titre If You Have Ghost (Roky Erickson cover) pour nous présenter les 7 Nameless Ghouls qui l'accompagnent, ce qui permettra aux fidèles de prendre une pose bien méritée pour affronter la fin de la messe. La suite n'est qu'orgie dans la salle avec l'enchainement de Dance Macabre, Square Hammer et Monstrance Clock issu de Infestissuman (2013), lequel sera repris en choeur par un public conquis à la cause du Cardinal.
En l'espace de 10 ans, GHOST sera passé des prêches de rue à la célébration de messes dans la Basilique Saint Pierre. La prestation du groupe et la qualité du spectacle proposé, le fait indéniablement rentrer dans la cour des grands. Même si je n'aurais jamais pensé dire ça, vivement la suite…

Setlist GHOST :
Act 1 :
Klara stjärnor (Jan Johansson song)
Miserere Mei, Deus (Gregorio Allegri song)
1. Ashes
2. Rats
3. Absolution
4. Ritual
5. Con Clavi Con Dio
6. Per Aspera ad Inferi
7. Devil Church (incl. Guitar duel)
8. Cirice
9. Miasma (Papa Nihil on saxophone)
10. Jigolo Har Megiddo (acoustic)
11. Pro Memoria
12. Witch Image
13. Life Eternal
Act 2:
Masked Ball
14. Spirit
15. From the Pinnacle to the Pit
16. Majesty
17. Satan Prayer
18. Faith
19. Year Zero
Spöksonat
20. He Is
21. Mummy Dust
22. If You Have Ghosts (Roky Erickson cover)
23. Dance Macabre
24. Square Hammer
25. Monstrance Clock
The Host of Seraphim (Dead Can Dance song)


Festival
Download Festival
Ghost
10/06/2016
Alcatraz Festival 2017
Ghost
11/08/2017