Report ENSIFERUM @ La Machine du Moulin Rouge le 11/12/2018!
Peetoff
Journaliste

«Les chansons d'Ensiferum ont gagné en sobriété dans leur version acoustique et le groupe a pris le temps d'échanger avec ses fans français, rassemblés pour une soirée unique et extrêmement sympathique.»

Créé 11/12/2018
633 vues

Report : Enora Nattfödd
Photos : Peetoff

Ensiferum est habitué à tourner dans le monde entier proposant régulièrement un nouvel album, mais cette fois-ci, c'est plutôt un concept qu'ils réservaient à leurs fans finlandais qu'ils ont décidé d'offrir à l'ensemble de leur public européen avec une tournée acoustique dans laquelle ils sont accompagnés par Trio de Facto !

Beaucoup s'en étonnent mais le public est très peu nombreux à La Machine alors que les trois membres de Trio de Facto (on le rappelle Esa Orjatsalo et Sami Hinkka aux guitares et Mikael Salo au chant) arrivent sur scène. Le frontman s'essaie d'ailleurs directement au français : « Bonsoir Paris ! Nous sommes Trio de Facto ! Ça va bien ? Euh… Je m'appelle Mikael, comment t'appelles ? (il apostrophe ensuite son camarade en anglais) Sami, qu'est-ce que tu penses de mon français ? », ce à quoi le barbu répond : « Je me sens gêné, mais avec toi j'ai l'habitude. ». Le guitariste les met finalement d'accord en annonçant la première chanson : « Paris, vous êtes prêts pour du Heavy Metal en acoustique ? Aller, c'est parti avec Helloween ! ». Le public n'hésite pas à taper des mains en rythme et à soutenir le groupe en reprenant le refrain de ‘Future World'. Le public découvre alors le timbre agréable de Mikael qui joue le jeu en se levant pour motiver les fans. Si la version acoustique apporte une sobriété très appréciable, elle met aussi en avant les petites fautes de justesse qu'on pardonne bien volontiers au groupe qui multiplie les sourires. Le trio nous propose ensuite un medley bien ficelé d'Amon Amarth et de Dropkick Murphys.

Les présentations arrivent peu de temps après puisque le chanteur reprend la parole : « Okay, je suis Mikael, voice Sami et voice Esa. Et lui là (le guitariste sort une bouteille de sous on siège), c'est Martini ! ». Sami Hinkka lui demande alors : « Est-ce que je peux en avoir un peu ? (puis en français) Merci mon ami, et santé ! ». Une nouvelle fois, le chanteur pousse ses camarades à se concentrer sur le concert : « Bon, je sais qu'on est mardi et que beaucoup d'entre vous arrivent du boulot donc la journée a été dure mais est-ce que vous pensez qu'on peut vous réveiller ? Oui ? Alors c'est parti pour Metallica ! ». Entre ses passages chantés sur ‘For Whom the Bell Tolls', Mikael prend son ukulele à la grande surprise de Sami et se joint à ses deux amis aux guitares dans une ambiance bonne enfant. S'engage ensuite un grand débat entre les musiciens :

Esa : « - Je sais que la France produit le meilleur vin au monde !
Mikael : - Vraiment ? Et le vin italien alors ?
(La foule se met à le huer, criant son amour pour le vin français à pleins poumons)
Esa : - Et les Français font aussi du cidre.
Mikael : - Oh je devrais le goûter ! »
Après cette digression, retour aux affaires (plus ou moins sérieuses) :
Mikael : « - Paris, vous avez eu du Death Metal d'Amon Amarth, de la musique viking venue des fjords de…
Sami : - De Suède.
Mikael : - Ah oui, j'avais un doute ! Bref, Paris, qu'est-ce que vous pensez d'un peu de Pop maintenant ?
(Le public montre clairement son mécontentement, faisant rire les membres de Trio de Facto)

Esa : -Quand on a joué en Italie, le public était en mode « De la Pop ? Okay, ça peut être sympa ! », mais ici, en France vous êtes plutôt « Oh non ! On veut de la violence nous ! », mais on va jouer notre cover Pop de toutes façons parce qu'on n'a rien prévu d'autre et que c'est une chanson de Ghost !
(Le public se ravise brusquement et applaudit avec force, faisant encore plus rire les musiciens)
Mikael : - Alors comme ça, vous êtes prêts pour de la Pop maintenant ? ».
Esa s'essaie au headbang assis sur ‘Square Hammer', un engagement qui fait plaisir à voir et qui prouve qu'un show acoustique peut être aussi énergique qu'un concert normal, ce que le public se fera d'ailleurs une joie de démontrer pendant le set d'Ensiferum, mais nous y reviendrons plus tard. Le mot d'ordre est décidément de discuter puisque le groupe semble inspiré par les décorations de Noël qui ornent les pieds de micro puisque Sami déclare : « Nous pouvons vous donner un aperçu de l'humour finlandais, qui n'est d'ailleurs pas très connu ! », et Esa enchaîne sans tarder : « En Finlande, nous avons ce qu'on appelle le « Small Christmas » avant décembre et on se moque souvent des gens qui sont nés neuf mois après cette période de l'année en leur disant qu'ils n'étaient pas désirés. C'est aussi un moment où beaucoup d'amitiés se brisent. En fait, oubliez tout ça et ne l'importez pas en France, ce n'est peut être pas une si bonne idée que ça ! ». Après que les rires se soient calmés, il reprend : « Et maintenant, on va continuer avec de la Pop d'un petit groupe du Texas qui s'appelle Napalm Death, c'est le genre de Pop que vous aimez à Paris ? ». Le public se déchaîne puis recommence à rire après les deux secondes de ‘You Suffer'. Sami lance alors : « Maintenant on va jouer de la musique finlandaise parce qu'on vient de là-bas ! » et commence à jouer une chanson, s'arrêtant en constatant que le chanteur ne l'a pas suivi. « Il est trop jeune, il ne connait pas cette chanson ! », et Mikael réplique immédiatement : « C'est ma première tournée, et c'est aussi la première fois que je suis à Paris ! D'ailleurs, les boutiques (sex shops) autour de La Machine sont plutôt…intéressantes (rires). »

Puis le trio reprend son sérieux, enfin c'est une façon de parler, et le plus simple est encore qu'on vous laisse lire ça et vous remémorer cette scène pour ceux qui étaient présents :
Esa : « - Attendez, la prochaine chanson doit être bien introduite parce qu'elle est finlandaise. Ce qu'il faut savoir c'est qu'on a deux compositeurs célèbres en Finlande : Jean Sibelius et Timothy Tolkki, vous le connaissez ?
Sami (jouant sur la proximité de sonorités des noms) : - Oh mais oui, il est connu pour « Le Seigneur des Anneaux il me semble ! Et aussi Stradivarius ! Ah non, ce n'est pas le nom exact…
Esa : - Ce ne serait pas plutôt Star Trekkus ?
Mikael (pousse un soupir) : -Les mecs, s'il vous plait… La prochaine fois qu'un artiste finlandais viendra jouer à Paris, personne n'ira le voir à cause de vous ! ».

Après ces mises au point, ‘Hunting High And Low' de Stratovarius (pour remettre les choses au clair), débute. Entre les chansons, Esa ne cesse de boire son Martini, le partageant allègrement avec ses compagnons. Mikael se lève pour faire une nouvelle déclaration : « C'est peut être difficile à croire mais ce groupe n'est pas notre principale activité. En fait, on a aussi le groupe Metal de Facto et notre premier album va sortir au printemps prochain normalement. Il s'appelle “Imperium Romanum” et quand j'ai dit ça en Italie, tout le public est parti (rires). Donc l'album parle de l'empire romain, oui c'est original on sait, et on voudrait vous jouer une chanson qui en est tirée ! ». Après avoir appris quelques paroles du refrain à la foule, le groupe nous offre donc ‘Legionnaires Oath'. La fin du set arrive lorsque le chanteur annonce : « Nous avons une chanson de plus, et elle est d'Iron Maiden ! Faîtes du bruit pour Sami Hinkka qui joue deux fois ce soir ! », ce qui ne manque pas de faire réagir l'intéressé : « Est-ce que ça veut dire que j'ai le droit de boire deux fois plus ? ». Le groupe enchaîne sur ensuite sur quelques mesures de ‘Vodka' de Korpiklaani et invite le public à crier avec eux. Alors que Mikael finit sa bouteille d'eau remplit de Martini, le public entonne « C'est l'un des nôtres, il a bu son verre comme les autres » puis les musiciens saluent et sortent de scène.

Setlist de Trio De Facto :
1- Future World (Helloween cover)
2- Twilight of the Thundergod (Amon Amarth cover)/Rose Tattoo (Dropkick Murphys cover)
3- For Whom the Bell Tolls (Metallica cover)
4- Square Hammer (Ghost cover)
5- You Suffer (Napalm Death cover)
6- Hunting High and Low (Stratovarius cover)
7- Legionnaires Oath (Metal de Facto song)
8- Wasted Years (Iron Maiden cover)/Vodka (Korpiklaani cover)

Alors qu'arrive le tour d'Ensiferum, la salle s'est remplie mais reste bien loin d'être pleine ; on s'interroge : où sont les fans de Folk ? Une musique solennelle retentit, marquant l'entrée en scène des musiciens. Un bruit de rembobinage nous parvient alors et une musique Disco ringarde est diffusée, instaurant immédiatement une excellente ambiance et faisant sourires les fans. Petri Lindroos va d'ailleurs poursuivre dans cette très bonne voie en lançant un tonitruant : « Bonsoir Paris, vous êtes prêts ? On va commencer avec une chanson à boire et vous emmenez à la “Twilight Tavern” ! ». Une énergie débordante et joyeuse s'empare alors de la foule mais le groupe est bien décidé à ne pas nous laissez un instant de répit puisque le frontman reprend la parole : « Parfais, et maintenant voici “Burning Leaves” ! Paris, je veux voir vos mains en l'air ! ». La fosse le prend au mot et se met à taper des mains en rythme, chanter les refrains avec le groupe et danser ! On renoue alors avec la véritable et merveilleuse atmosphère des concerts de Folk où on s'amuse toujours. Bien qu'assis, Sami Hinkka et Petri jouent comme s'ils étaient en plein milieu d'un concert normal d'Ensiferum, mais il faut être clair, les fans présents ce soir sont des privilégiés qui vont partager un moment de franche camaraderie avec le groupe qui se révèle bien plus dans ce cadre intimiste.

Sami se met alors à parler français d'un ton très sérieux et cérémonieux : « Merci beaucoup ! Et maintenant, je bois. Et c'est très bon. », ce à quoi le chanteur réagit sans tarder : « Chaque soir il commence à boire plus tôt (rires) ! Maintenant, revenons à notre premier album avec “Token of Time” ! ». Le public est ravi de voir que le groupe ne laisse aucun album de sa discographie de côté. Après cette chanson, la pianiste, Laura Dziadulewicz, et le batteur, Janne Parviainen, se mettent d'accord pour démarrer un autre morceau, faisant rire les autres membres du groupe. Puis Petri annonce ‘God Is Dead'. L'ambiance est décidément très détendue pour ce show acoustique (Petri est d'ailleurs en pantoufles sur scène ; et pour avoir demandé, il portait les mêmes lors du concert acoustique du groupe à Helsinki donc on peut espérer qu'il se sente comme à la maison) et cette simplicité est très agréable. ‘Eternal Wait' nous offre ensuite un petit moment de douceur et d'apaisement, mais cela ne dure pas puisque le frontman déclare alors : « Merci beaucoup ! La prochaine chanson est une chanson sur les épées, vous voyez ce que je veux dire ? ». La foule lui répond par un vibrant « In my sword I trust ! », prononcé avec un bel effet d'ensemble !

Il aura suffit de ce titre légendaire d'Ensiferum pour que la fosse parisienne s'embrase en un mosh pit énergique, ce qui semble énormément plaire au groupe puisque Petri remercie ainsi l'investissement des fans : « Paris, c'est la première fois de la tournée que le public commence un mosh pit sans qu'on le demande et vous allez continuer comme ça puisque la suivante est “Battle Medley” ! ». Il ne faut pas en dire plus, les fans continuent leurs pogos avec fougue et bonheur, et le groupe n'a pas fini de les motiver puisque Sami les provoque : « Paris, je sais que vous pouvez faire plus de bruit ! Aller ! (hurlements du public) On est que mardi soir, vous pouvez faire plus de bruit ! (le public redouble d'efforts) Voilà, c'est ça que je voulais ! Encore une fois ! (nouveaux hurlements) ». Plus rien n'arrête le public qui enchaîne pogo sur pogo et se met à bondir en se tenant par les épaules dans une ambiance de franche camaraderie. Le frontman introduit alors officiellement la claviériste qui accompagne le groupe dans sa tournée : « Au clavier et au chant féminin, nous avons Laura Dziadulewicz et elle va vous interpréter “Tears” maintenant ! ». Après une très belle performance, le public l'acclame et elle sourit, humblement touchée.

Mais il faut ensuite revenir à quelque chose de plus guerrier : « La prochaine chanson vient aussi de notre dernier album qui s'appelle “Two Paths”. Voici “Feast with Valkyries” ! ». Une partie des fans au centre de la fosse profite de la chanson pour faire une ronde qui rassemble de plus en plus de monde. La musique d'Ensiferum n'a rien perdu de son pouvoir fédérateur et on ne peut que se réjouir d'assister à ce moment de communion entre le groupe et son public français rassemblé à La Machine du Moulin Rouge. Le bassiste et le batteur improvisent alors un court duo à la demande du public qui parvient finalement à motiver tout le groupe pour quelques secondes de tentative musicale que Petri conclut ainsi : « C'était une tentative intéressante mais nous n'avons aucune idée pour continuer cette chanson. Peut être qu'on devrait l'écrire, la finaliser pour revenir pour la jouer ici. La prochaine est “From Afar” ! », une chanson que le public réclamait déjà depuis quelques minutes. La complicité de Sami et Petri se propage peu à peu à la claviériste mais bien plus lentement à Markus Toivonen et à Janne Parviainen qui semblent ne pas vraiment s'investir dans leur jeu scénique, ce qui est d'autant plus visible que les autres s'amusent et affichent d'immenses sourires, mais Petri tente d'y remédier en apostrophant le guitariste : « Markus, tu es prêt à nous chanter une petite chanson ? ». L'intéressé ne semble pas plus motivé que ça mais le chanteur ne lui laisse aucune excuse : « Alors voici “Don't You Say” ! ». Celle-ci n'est d'ailleurs pas encore fini que le public réclame plusieurs autres morceaux et le frontman essaie de canaliser cette énergie : « Okay, maintenant il va falloir qu'on se calme un peu Paris. La prochaine chanson provient de l'album “Unsung Heroes” et il revient à Laura de la chanter ! ».

Après une merveilleuse interprétation de ‘Celestial Bond', Sami déclare : « C'est l'une des plus belles chanson qu'on ait jamais composé, et ce n'est que mon humble avis. Ce qui est marrant c'est que des gars moches comme nous aient composé une chanson aussi incroyable ! (il passe ensuite en français) Quoi ? Qu'est-ce que tu regardes ? (le public se met à rire devant son sérieux) ». Arrive ensuite une chanson plus qu'attendue ce soir : ‘Lai Lai Hei' que les fans reprennent en choeur avec grand plaisir ! Puis Petri reprend : « La prochaine est peut être la dernière chanson Paris, ou peut être pas ! Et pour ça, on va mixer du banjo, du Disco, du Punk Rock et des mosh pits acoustiques ! Voici “Two Of Spades”, on y va ! ». Fidèle à sa réputation,Sami Hinkka se trémousse sur sa chaise comme s'il dansait et, au dernier moment de la chanson, Markus part sur un solo de banjo douteux qu'une remarque du chanteur fait cesser dans les rires.

Après un court rappel, les musiciens reviennent sur scène et le frontman demande : « Vous en voulez encore plus ? Et bien Laura va vous chanter le morceau suivant entièrement en finlandais ! ». Une ronde se reforme au coeur de la fosse sur ‘Neito Pohjolan' puis Petri reprend : « Paris, nous avons deux autres chansons pour vous ! La prochaine s'appelle “Tatadada Tatadada” mais elle est plus connue sous le nom “Iron” ! Faîtes attention, on va la jouer super vite ! ». Et effectivement, on a rarement entendu cette chanson jouée aussi rapidement, ce qui laisse la place pour un ultime morceau qui est annoncée en ces termes : « Avant que cette tournée ne démarre, on se demandait comment finir chaque concert parce qu'ils sont spéciaux, et on a décidé que ce serait avec “Looking for Freedom” de David Hasselhoff ! Vous pensez être prêts pour ça ? ». Ensiferum est rejoint sur scène par le chanteur et le guitariste de Trio de Facto pour un grand moment de folie collective ! Le concert s'achève sur un joyeux « Merci ! Joyeux Noël et bonne année Paris ! ».

Setlist d'Ensiferum :
1- Twilight Tavern
2- Burning Leaves
3- Token of Time
4- God Is Dead
5- Eternal Wait
6- In My Sword I Trust
7- Battle Medley
8- Tears
9- Feast with Valkyries
10- From Afar
11- Don't You Say
12- Celestial Bond
13- Lai Lai Hei
14- Two of Spades
RAPPEL
15- Neito Pohjolan
16- Iron
17- Looking for Freedom (David Hasselhoff cover)

Ce concert acoustique a décidément tenu toutes ses promesses en permettant aux fans de découvrir Ensiferum dans une atmosphère détendue et intimiste, après une ouverture par Trio de Facto qui a su mettre tout le monde d'accord en reprenant des essentiels du Metal que le public a pu chanter à pleine voix ! Les chansons d'Ensiferum ont gagné en sobriété dans leur version acoustique et le groupe a pris le temps d'échanger avec ses fans français, rassemblés pour une soirée unique et extrêmement sympathique.


Chroniques
Festival
Hellfest 2018
Ensiferum
24/06/2018