Report DANKO JONES, PRIMA DONNA @ le Forum VAUREAL le 11/12/18!
Peetoff
Journaliste

«Pas de doute, on assiste bien à un (très bon) concert du trio, qui balance ses titres si reconnaissables et si marqués par ses influences blues, rock, punk, hard-rock, etc. »

Créé 11/12/2018
1114 vues

Il fallait vraiment être motivé pour prendre la direction de Vauréal (95) pour aller assister au concert de Danko Jones ce mardi 11 décembre.
Mais bon, quand il s'agit de Danko Jones, LE rocker dans toute sa splendeur, il n'y a pas l'ombre d'un doute. Les performances du groupe en live sont magistrales, les musiciens sont simples et accessibles, et Jones, Monsieur DankoDelicious Jones est d'un charisme incroyable. Autant de bonnes raisons de défier l'A15 sens Paris-Province pour monter au Forum.

Et grand bien nous en a pris. La petite salle du Forum, « la plus grande des petites salles ! » est parfaite pour un concert de rock. Petite scène, ambiance intimiste, balance impeccable, bar à 3 mètres de la fosse et des affiches dédicacées de tous les artistes ayant foulé les planches du Forum placardées partout dans la salle… tous les ingrédients sont là pour faire partager une bonne expérience aux spectateurs, finalement venus en nombre et en blousons de cuir. Car oui, le rocker aime les vestes en cuir ou les vestes en jean avec plein de patches, voire mêmes des vestes en jean avec plein de patches par-dessus des vestes en cuir. Ce qui vaudra d'ailleurs quelques échanges de compliments lors d'un passage aux cabinets. Donc, premières impressions : bonnes. Mais encore faut-il que les artistes soient au rendez-vous.

Et c'est Prima Donna qui aura l'honneur de chauffer la salle. Durant une heure, ce qui est rare pour une première partie, le quatuor de Los Angeles distillera un petit rock n' roll tout propre à une salle curieusement toute sage. La prestation est bonne, le chanteur est souriant et les compos sont pas mal. Un peu timides quoique parés de perfecto et de banane, les musiciens s'appliquent à jouer leurs morceaux sobrement. Leur homme à tout faire (piano, tambourin et saxophone) apporte le petit plus qui rend la performance un peu plus originale. Notamment grâce au sax qui renvoie les fans dans les années 50 et les plonge dans les Happy Days de Fonzie et de la famille Cunningham [NDLR : sans préjugé, mais nous ne sommes pas certains que beaucoup de spectateurs aient connu les années 50]. Prima Donna enchaine ses morceaux sans trop de communication avec le public. Dommage, la salle s'y prête bien.

Bon, ceci dit la star tant attendue ce soir, c'est Danko Jones. Donc place au changement de scène et place aux rois du rock n' roll, baby ! Comme toujours, c'est avec élégance et un sens du show prononcé que le trio monte sur scène. Tout de noir vêtu et chacun avec un instrument ivoire, les Canadiens commencent leur show avec ‘I gotta rock', la première chanson de leur dernier album, subtilement choisie. Quelle façon magistrale de s'emparer de la scène, devant une foule déjà acquise !
L'ambiance est chaude et continuera de se réchauffer tout au long de la soirée, aux sons des hits et des singalongs comme ‘First Date' ou ‘The twistingknife'. Le show est énergique, les morceaux se succèdent, la chemise de Danko commence à être trempée. JC harangue la foule en la faisant applaudir pour accompagner le rythme et le batteur tient la cadence sur sa batterie épurée (caisse claire + tom basse seulement) quoi qu'agrémentée d'une cloche qui sonne bien. Et Danko Jones, eh bien il fait du Danko Jones. Gueulard, grimaçant, envoyant un flow de paroles à toute volée, dégoulinant de sueur, martyrisant les cordes de sa guitare... sans oublier les quelques bons mots pour et avec le public. Ce soir, il se réjouira de voir sur un écran latéral un live de son groupe préféré, celui qu'il a vu tous les soirs sur scène, celui dont il connaît presque toutes les paroles… et qui est bien sûr une retransmission du concert de Danko Jones… Toute star qu'il est, il prendra même le soin de faire applaudir la première partie. Mais quel showman !

Pas de doute, on assiste bien à un (très bon) concert du trio, qui balance ses titres si reconnaissables et si marqués par ses influences blues, rock, punk, hard-rock, etc. Pendant près d'1h15, le groupe enchaînera des morceaux plus ou moins récents de sa discographie. Mais toujours avec puissance, plaisir et classe. La soirée en valait vraiment le coup !

JIM

SETLIST
I Gotta Rock
Sugar Chocolate
The Twisting Knife
First Date
You Are My Woman
Invisible
Lipstick City
Mango Kid
Code of the Road
Gonna Be A Fight Tonight
Full of Regret
I Think Bad Thoughts
Had Enough
Burn in Hell
Lovercall
We're Crazy
My Little RnR

Rappel :
Cadillac
She's Drugs
Rock Shit Hot