Report Black Veil Brides à La Cigale le 05/12/2023
Ophélie Griffin
Journaliste

«Pour son grand retour en France, Black Veil Brides avait concocté une setlist mêlant ancien et nouveau pour toucher tous ses fans !»

Créé 05/12/2023
344 vues


Live Report : Enora
Photos : Ophélie Griffin

Le 5 décembre, La Cigale accueillait l’avant-avant-dernière date de la tournée européenne d’Halestorm (Etats-Unis, Metal) accompagné de Black Veil Brides (Etats-Unis, Goth Metal/Emo) et de Mothica (Etats-Unis, Pop Rock). Ce concert, organisé par BASE Productions affichait complet depuis un moment déjà et annonçait une très belle soirée !

MOTHICA

C’est avec Mothica, le projet de la chanteuse américaine McKenzie Ellis, que nous débutons cette soirée avec l’ambiance Electro Pop saupoudrée de Rock de ‘Casualty’. Très joueuse, elle n’hésite pas à s’approcher du bord de la scène et à agiter ses longs cheveux blonds et noirs pour réveiller le public, plutôt réceptif aux mélodies qu’elle propose, en particulier quand il connaît les paroles puisqu’elle enchaîne avec une reprise de Bring Me The Horizon avec ‘Can You Feel My Heart’. Pour cette tournée, Mothica s’est entourée d’un guitariste et d’un batteur qui nous offrent un bon niveau d’engagement, sans jamais faire d’ombre à la chanteuse qui se déplace d’un bout à l’autre de la scène alors que ‘Vices’, ‘Buzzkill’, puis ‘Another High’ retentissent. Elle sourit au public et va jusqu’à lancer un : « Are you ready for Black Veil Brides? And are you ready for Halestorm? » laissant quelques secondes pour que les cris s’apaisent avant de conclure par : « Make some noise if you now know who Mothica is! ». Cette entrée en matière sympathique s’achève sur ‘Sensitive’ et devant un public qui semble très satisfait, à moins que ce ne soit l’excitation due à l’attente des groupes suivants.

Setlist de Mothica :
1. Casualty
2. Can You Feel My Heart (cover de Bring Me the Horizon)
3. Vices
4. Buzzkill
5. Forever Fifteen
6. Another High
7. Sensitive


BLACK VEIL BRIDES

Mélange étrange que celui qui nous est proposé ce soir avec Black Veil Brides et Halestorm qui, à part être deux groupes américains, n’ont rien en commun musicalement. Les lumières s’éteignent puis un long sample orchestral s’élève alors qu’une lueur bleue envahit la salle. Dès que les membres du groupe arrivent, des hurlements (majoritairement féminins, il faut bien le dire) résonnent dans la salle et ravivent une question éternelle à propos de ce groupe : son succès est-il dû à son talent musical ou au sex appeal de ses membres ? Premier point franchement négatif et déplaisant surtout pour un chanteur, Andy Biersack arrive sur scène en mâchant ouvertement un chewing gum qu’il conservera pendant toute la durée du show qui s’ouvre avec ‘Crimson Skies’. Il annonce ensuite ‘Rebel Love Song’ avec des samples qui se perdent totalement alors que le reste de la balance est plutôt bien maîtrisé avec un son agréable. « Hello! Are you guys having fun tonight? Let’s hear it for Mothica! And I guess we’re all excited for Halestorm! » annonce le frontman avant ‘Wake Up’.

Qu’il s’agisse de Jake Pitts et de Jinxx aux guitares ou de Lonny Eagleton à la basse, tous affichent de grands sourires alors que la fosse se met à bondir en rythme. Au-delà du chewing gum, les morceaux ‘Nobody’s Hero’ et ‘Scarlet Cross’ ne tardent pas à révéler la tessiture très limitée du chanteur qui, par ailleurs, passe son temps à éloigner le micro de sa bouche pour créer un fondu qu’il s’agisse de notes longues ou de notes courtes… Mais le reste du groupe est là pour assurer de solides bases à chaque titre et en déployant une énergie communicative puisque le public de La Cigale chante les refrains et acclame Black Veil Brides qui déclare : « Thank you for being so sweet to us, we truly appreciate each and everyone of you ! ».

Nouveaux remerciements après ‘Torch’ puisqu’Andy Biersack lance : « To all our fans in here tonight, thank you for making our career! And to our new fans meeting us tonight, thank you for showing up! ». Le reste de la setlist se compose de ‘The Legacy’, ‘Knives and Pens’, ‘Fallen Angels’ et ‘In The End. Avec un morceau tire de « We Stitch These Wounds » (2010), trois morceaux de « Set the World on Fire » (2011), deux morceaux de « Wretched and Divine: The Story of the Wild Ones » (2013), cela signifie quand même plus de la moitié des chansons de la soirée ont plus de dix ans ; si cela plaît sans doute aux amateurs historiques du groupe, cela dénote aussi un manque de renouveau.

Setlist de Black Veil Brides :
1. Crimson Skies
2. Rebel Love Song
3. Wake Up
4. Nobody's Hero
5. Scarlet Cross
6. Torch
7. The Legacy
8. Knives and Pens
9. Fallen Angels
10. In the End


HALESTORM

Après une pause qui entraîne un changement partiel du public avec un glissement des fans de Black Veil Brides hors de la fosse et une entrée des fans d’Halestorm depuis les galeries et l’étage, La Cigale est prête à accueillir la tête d’affiche qui commence avec une version a cappella du premier couplet et refrain de ‘Raise Your Horns’ qui révèle toute l’ampleur de la voix de Lzzy Hale. La suite du programme ravit les fans du groupe avec ‘I Miss the Misery’ et ‘Love Bites (So Do I)’ du merveilleux album « The Strange Case Of... » (2012) qui sera particulièrement mis à l’honneur ce soir tout comme « Back From The Dead » (2022), leur dernier opus. Avant ‘I Get Off’, la chanteuse commente : « Merci beaucoup, thank you so much for having us! We have a lot of handsome French gentlemen in the house tonight (cris du public masculin)… Gentlemen, I don’t know if you know this but you’re surrounded by many bad bi***es (acclamations du public féminin). And this next song is for you! It’s all about you, and this is your safe space! ». Cette facilité à communiquer avec son public contribue indéniablement au succès d’Halestorm qui sait pouvoir toujours compter sur sa chanteuse pour véhiculer leurs messages.

Tout est au point musicalement et la balance sonore est impeccable permettant au public de profiter de tous les instruments en plus d’un show scénique sans prétention mais débordant de bonne volonté et d’énergie. Sur ‘Wicked Ways’, le logo du groupe qui orne le backdrop se colore de lumières bleues à jardin et rouges à cour avant qu’Arejay Hale, derrière sa batterie, ne profite de ‘Freak Like Me’ pour faire voler ses baguettes en l’air. Le public témoigne de sa ferveur en chantant au moins les refrains, si ce n’est la totalité de certains morceaux, et en tapant des mains ou brandissant le poing en rythme. La chanteuse sort de scène pour récupérer sa toute nouvelle guitare, la Kramer Voyager signature Lzzy Hale et sa finition Black Diamond Holographic Sparkle. De retour sur scène, elle repère une petite fille au balcon et s’adresse à elle : « Something I think is remarkable is that when I was your age and my parents would take me to the Rock show, I was the only girl. But you’re here, surrounded by so many girls who love loud music, who wear black, who are so powerful. So don’t let anyone tell you that you don’t belong and if they do, we’re all here for you! », un message fédérateur suivit du premier couplet de ‘Rock Show’.

Halestorm poursuit sur sa lancée avec ‘Amen’ puis ‘Familiar Taste of Poison’ chanté à pleine voix par le public. Au fil de la performance, qui continue avec ‘I Am The Fire’ et ‘Bombshell’, le guitariste Joe Hottinger et le bassiste Josh Smith se rapprochent de Lzzy Hale au centre de la scène et échangent des sourires entre eux. Puis la chanteuse reprend la parole avant ‘Terrible Things’ : « Before we go any further, thank you for having us tonight. We’ve been coming to Paris since…I think 2010 so it’s been a long time! And tonight, I am French! (rires et applaudissements) Thank you Paris because every single time we’re in your beautiful country, you guys bring it on, you just do. And we’ve seen you in so many different situations since many of you have lived a couple of different lifetime with us. As a band, thank you for making our dreams come true. We couldn’t be here without you. ». ‘Back From The Dead’ est un prelude au solo de batterie qu’Arejay réserve toujours à ses fans et qui se termine lorsqu’il sort des baguettes de batterie géante, s’attirant forcément la sympathie du public.

Mais la soirée file et il est déjà temps de passer au rappel qui se constitue de passages de ‘Break In’, ‘Shatter Me’ et ‘Raise Your Horns’ que Lzzy Hale interprète seule en s’accompagnant au clavier. Le public se montre très sensible à ce passage en faisant régner un silence quasi-religieux dans La Cigale alors que certains fans se laissent aller à quelques larmes d’émotion. Avant un final solaire, le groupe rejoint la chanteuse sur scène lorsqu’elle annonce : « You know we’re not done with you yet! And about my French: Merci ! Je t’aime ! Avec du fromage ! ». Il n’en faut pas plus pour qu’un regain d’énergie parcourt la fosse alors que les musiciens trinquent à Paris, à la famille et aux amis, rituel classique annonçant ‘Here’s To Us’. En quelques secondes, la frontwoman rappelle : « This is Josh Smith (en désignant le bassite), and this is Joe Hottinger (en désignant le guitariste). Here is my little brother Arejay (en se tournant vers le batteur) and I am Lzzy. We’re Halestorm, and tonight this is our church and you are our people! » qui lance ‘The Steeple’. Les adieux seront longs et verront Halestorm lancer des médiators et des roses dans le public, un public qui aura été dévoué jusqu’au bout.

Setlist d’Halestorm :
Introduction – Raise Your Horns (a cappella)
1. I Miss the Misery
2. Love Bites (So Do I)
3. I Get Off + extrait de Crazy on You de Heart
4. Wicked Ways
5. Freak Like Me
6. Rock Show (premier couplet)
7. Amen
8. Familiar Taste of Poison
9. I Am the Fire
10. Bombshell
11. Terrible Things
12. Back From the Dead
Drum Solo
RAPPEL
13. Break In / Shatter Me
14. Raise Your Horns
15. Here's to Us
16. The Steeple


Bien qu’éclectique, la soirée aura permis au public de La Cigale de découvrir les compositions entraînantes de Mothica, de profiter des morceaux historiques qui ont fait le succès de Black Veil Brides, et de savourer chaque seconde d’un incroyable show signé Halestorm ! Impossible de ne pas se concentrer presque exclusivement sur la performance de la tête d’affiche qui a su combiner humanité et talent à travers ce concert rondement mené et qui laissera indéniablement l’esprit de leurs fans remplis de merveilleuses images.