Report Bad Wolves au Zenith de Paris le 31/10/2022
Ophélie Griffin
Journaliste

«Les grands méchants loups ouvraient pour Volbeat à Halloween »

Créé 31/10/2022
426 vues


Report by Carole
Photos by Ophélie Griffin

VOLBEAT + SKINDRED + BAD WOLVES @le Zénith Paris le 31.10.22
Concert : Alias Production / Olympia Production
« Servant of The Mind World Tour »

Bon on va pas se mentir … quand j’ai vu que VOLBEAT passait en concert alors que jusqu’ici je ne les avais vus qu’en festival, j’ai commencé à considérer le fait de transformer ma traditionnelle soirée d’Halloween en soirée concert, et puis j’ai grillé un peu après qu’il y avait SKINDRED en première partie et là forcément j’ai dit banco !

Parlons tout de suite du petit détail qui fâche : l’heure de début de concert ! Quel est l’intérêt de mettre 19h30 en heure de début sur les billets … alors que le concert débutait à 18h30 ?
J’ai eu la chance de penser à vérifier sur facebook dans la journée, mais des amis sont arrivés au milieu de SKINDRED en pensant être à peu près à l’heure et ils ne devaient pas être les seuls, dommage ! Ce n’est par ailleurs pas la première fois que je constate des problèmes de ce type au Zénith.

BAD WOLVES
Faisant partie de ceux qui ne faisaient pas le pont, j’ai dû lutter contre le périph pour arriver à peu près à l’heure. J’ai manqué le début de BAD WOLVES mais pour être tout à fait honnête, ça ne m’a pas vraiment manqué.
Ce groupe ne me touche pas vraiment, je reconnais qu’il y a de l’énergie sur scène, mais je n’accroche pas au chanteur (je ne pourrais pas vous dire si c’était « mieux avant » avec l’ancien mais celui-ci j’ai du mal). Je suis contente d’avoir quand même vu la reprise de Zombies de THE CRANBERRIES, mais sinon malheureusement j’ai eu la même impression en live que sur CD : ce n’est pas vraiment mon truc. Pour être 100 % objective je précise quand même que je n’ai vu au final que 3 chansons mais j’étais plutôt contente de ne pas avoir été là tout le set, j’aurais peut-être tout simplement fini par aller faire un tour au merch.

Setlist de Bad Wolves :
1. Sacred Kiss
2. Killing Me Slowly
3. Lifeline
4. Never Be the Same
5. If Tomorrow Never Comes
6. Zombie (The Cranberries cover)
7. I'll Be There

SKINDRED
Changement d’ambiance pour SKINDRED ! Pour ceux qui ne connaissent pas les gallois, ils cultivent un style bien à eux de fusion metal / electro / reggae - ragga / punk le tout servi par un frontman très charismatique. Si leur présence avait achevé de me décider à venir et que je n’étais pas la seule à connaître et apprécier le groupe, leur style se démarque de celui de VOLBEAT et la fosse n’était donc pas pleine à craquer (qui plus est dans un Zenith en configuration réduite). Qu’à cela ne tienne, Benji Webbe s’était donné pour mission de faire bouger tout ce petit monde et de profiter au maximum de l’avancée de scène pour pouvoir faire chanter tout le monde en faisant gauche / droite par exemple sur des titres comme That’s my Jam ou encore Kill The Power. Si le chanteur est plus que présent et investit pleinement la scène, les musiciens (un peu plus statiques) ne sont pas en reste et profitent également pleinement du moment.

Ce n’est pas toujours facile de maîtriser d’une avancée de scène et de bien s’en servir (rien de pire que ce truc qui plombe la fosse, quand le groupe ne sait pas s’en servir) mais ici, même s’il était le seul à venir dessus, on est sur un sans faute et cela a permis de mobiliser davantage le public y compris les curieux qui étaient là pour découvrir. Difficile de résister à cette énergie communicative et je dois avouer que j’étais bien contente d’être dans la fosse pour pouvoir profiter pleinement du show ! Je dirais bien qu’on est sur une première partie de qualité, mais si ce n’est la durée du set, dur dur de les considérer comme tel, c’est un vrai show digne d’une tête d’affiche qu’on a eu ce soir là !

Un vrai bon moment et je serai au rendez-vous pour leur prochaine date.

Setlist de Skindred :
1. Under Attack
2. Rat Race
3. That's My Jam
4. Jump / Jump Around
5. Smile Please
6. Kill the Power
7. Gimmee That Boom
8. Nobody
9. Warning

VOLBEAT
C’est un Zénith beaucoup plus rempli que l’on retrouve pour VOLBEAT (combo entre le fait que le groupe soit le plat de résistance et cette histoire d’horaires sur les billets probablement). VOLBEAT c’est un groupe qui continue de grimper et c’est une scène à la hauteur que l’on retrouve : en plus de l’avancée de la scène on a une batterie surélevée et des écrans géants qui permettent de passer en direct les images du groupe et du public captées pendant le show. C’est d’ailleurs probablement cette scénographie qui est à l’origine du choix du Zénith comme salle (qu’on aurait aimé voir un peu plus pleine – mais avec toutes les tournées post Covid, il est probable que certains aient dû faire des choix).

On rentre d’emblée dans le vif du sujet avec le The Devil’s Bleeding Crown et les jets de fumée qui l’accompagnent. Les danois sont comme des poissons dans l’eau (des petits tritons dans l’océan ??) et évoluent sur scène avec une décontraction évidente tout en étant extrêmement professionnels : un peu comme moi quand je vais faire mon chocolat chaud le matin, ça roule tout seul et on sait qu’il n’y aura pas de fausse note. Les lights sont bonnes, l’ingé son aussi (oh que ça fait du bien), les micros disposés aux 4 coins de la scène permettent à Michael Poulsen le chanteur de se balader tranquillement pour aller chanter un peu partout - on apprécie d’ailleurs toujours autant ses performances vocales -, Rob Caggiano (guitare) est en mode balade de santé (par contre ils avaient prévenus sur instagram « Paris the hair is back » mais faut avouer que ça fait quand même un choc quand on a pas vu l’annonce et qu’on était pas préparé au lâcher de cheveux), Kaspar Boye Larsen à la basse est un peu plus discret mais profite également de cette scène agrandie. On aura aussi droit aux canons confettis ainsi qu’au lâcher de ballons dans le public, sans pour autant trop en faire.

Sans surprise côté setlist la part belle est faite à Servant of the mind (sorti en 2021) dans la mesure où on est sur une tournée de promotion. 6 titres issus de ce dernier opus sont donc joués dans la soirée entrecoupés de compos plus anciennes, l’autre album dominant étant Seal the Deal and Let’s Boogie. Mention spéciale d’ailleurs à l’enchaînement Shotgun Blues / Seal the Deal / The Devil Rages on (dédicacé au diable résident en Russie…) qui marche particulièrement bien ! J’ai bien apprécié le fait qu’il fasse venir sur scène à 2 reprises ZZ BOTTOM pour qu’on puisse avoir en live les parties piano et saxophone qui accentuent les aspects rockabilly du groupe. C’est énergique, dansant et ça bouge en conséquence dans la fosse. On notera aussi l’enchaînement Sad man’s tongue / Wait a minute / Black Rose qui constitue probablement le point culminant du concert !

Un peu moins communicatif que le frontman de SKINDRED, Michael Poulsen n’est cependant pas en reste et nous confie quelques anecdotes comme le fait d’avoir refusé à sa fille de jouer un morceau de JOJO SOWA avant d’accepter de lui jouer du JOHNNY CASH (bah tiens … quelle surprise !). On retiendra aussi les interprétations live de For Evigt (merci pour les sous-titres en danois… ça a dû éviter à bon nombre de fans de chanter en yaourt !) et Still Counting pour finir sur une pluie de bandelettes tricolores ! Seul petit point noir : on aurait pu s’attendre côté setlist à avoir moins une sorte de best of (comme en festival) mais plus de morceaux moins joués en live s’agissant d’une tournée en tête d’affiche, mais c’est vraiment histoire de chipoter !

Une vraie bonne soirée feelgood avec des groupes à l’énergie et la bonne humeur communicatives ! A refaire avec plaisir quand ils repasseront !

Setlist de Volbeat :
1. The Devil's Bleeding Crown
2. Pelvis on Fire
3. Temple of Ekur
4. Lola Montez
5. Last Day Under the Sun
6. Fallen
7. I Only Want to Be With You (Dusty Springfield cover)
8. Sad Man's Tongue
9. Wait a Minute My Girl
10. Black Rose
11. Shotgun Blues
12. Seal the Deal
13. The Devil Rages On
14. Say No More
15. Doc Holliday
RAPPEL
16. The Sacred Stones
17. Die to Live
18. For Evigt
19. Still Counting