Report Lord Of The Lost au Trabendo le 21/01/2020
Stephane Masson
Journaliste

«Lord Of The Lost enflamme le Trabendo»

Créé 21/01/2020
1124 vues


L'hiver se poursuit et les grèves s'arrêtent, ce qui devrait faciliter l'arrivée du public au Trabendo pour le concert d'EQUILIBRIUM, dont le dernier album, « Renegades » (2019, via Nuclear Blast), a laissé les fans très partagés. Le groupe est accompagné de NAILED TO OBSCURITY, qui vient défendre l'album « Black Frost » (2019, via Nuclear Blast), et LORD OF THE LOST, qui a sorti « Thornstar » (2018, via Napalm Records), un peu plus tôt. Ce show du « Renegades Tour » est organisé par Garmonbozia Inc. et Cobra Agency, qu'on remercie toujours pour leur travail !

Alors qu'une musique plutôt douce et légère nous fait patienter, les lumières s'éteignent et une rythmique lente se met en place alors que les musiciens de NAILED TO OBSCURITY montent sur scène. Le batteur, Jann Hillrichs, et le bassiste, Carsten Schorn, reprennent bientôt cette introduction et dans le silence le plus complet jusqu'à ce que l'ensemble se mette en place pour ‘Black Frost'. L'atmosphère reste assez froide pour le moment mais cela convient plutôt bien à ce que les musiciens nous proposent. Le frontman prend brièvement la parole en français : « Bonjour Paris, nous sommes NAILED TO OBSCURITY, d'Allemagne ! ». Malgré cette présentation, le public reste étonnamment statique et solennel, dans l'expectative. Les guitares de Volker Dieken et Jan-Ole Lamberti lancent le morceau suivant, ‘King Delusion', plus lancinant et toujours aussi incarné grâce à une performance intense du groupe.
Malgré tout, l'adhésion du public du Trabendo peine à s'exprimer... Les musiciens se donnent et agitent la tête mais ça n'a l'air de vraiment prendre que dans les premiers rangs. Peut être que ‘Feardom' va changer la donne ? Si l'ambiance commence à se réchauffer, on est encore loin du compte, mais Raimund Ennenga ne se démonte pas : « Merci beaucoup ! La prochaine chanson vient de notre album de 2013, « Opaque ». Elle s'appelle ‘INnerME' ! ». Espérons que ce soit le froid hivernal qui paralyse le public et non pas la musique de NAILED TO OBSCURITY parce que le groupe s'applique réellement et propose quelque chose d'agréable à l'oreille. Une synergie commence lentement à s'observer entre les musiciens et la fosse, et c'est bien mérité ! Sentant cette tendance, le frontman n'hésite plus à invectiver la fosse alors que le set défile.

Setlist de NAILED TO OBSCURITY :

1. Black Frost
2. King Delusion
3. Feardom
4. INnerME
5. Tears Of The Eyeless
6. Desolate Ruin

Alors que tout le monde se mettait tranquillement dans l'ambiance sur un fond de SLIPKNOT, une rythmique robotique et hypnotique se met en place, accompagnée d'un jeu de lumières sur scène. Le tout met le public dans le contexte pour le set de LORD OF THE LOST à venir, où l'aspect visuel tient apparemment une place importante. On en profite pour souligner immédiatement le travail de Gared Dirge qui assure la guitare, le clavier et double la batterie de Tobias Mertens. Plus accessible, la musique du groupe fait plus facilement et rapidement sens pour le public qui ne se fait pas prier pour le montrer. Avec une certaine théâtralité, le frontman, Chris Harms, offre une performance très énergique, assurant un chant clair comme un scream de bonne qualité et prenant toujours le temps de remercier ses fans. Visiblement mis en confiance par le soutien du public, bien moins distant qu'avec NAILED TO OBSCURITY, le chanteur se met à invectiver la fosse. Plus dégagé, l'espace scénique permet également aux musiciens une plus grande liberté de mouvements sur ‘Morgana' et ‘Drag Me To Hell'.
« Paris, nous sommes de retour ! » déclare le chanteur avant d'aller attraper sa guitare pour un nouveau titre qui donne plus explicitement dans l'Indus, sans pour autant perdre le ton Metalcore qui sous-tend les titres du groupe. Les musiciens donnent de plus en plus l'impression de faire corps, mais il faut admettre que c'est le frontman qui concentre au maximum l'attention. Le batteur n'est pas en reste en fait tournoyer ses baguettes en l'air. Visiblement d'humeur bavarde, Chris Harms reprend : « Bonsoir ! On n'est pas venu à Paris depuis longtemps mais c'est tellement bon d'être de retour ! Vous avec l'air super chauds dans la fosse, merci à tous d'être ici ! ». Les chansons s'enchaînent et récoltent de plus en plus de succès alors que la fosse reprend les refrains à pleins poumons. Si certains se fatigueront de la répétition du même schéma de composition, il faut admettre que LORD OF THE LOST fait du bon travail. La fin du set divise cependant puisque ‘Die Tomorrow' donne dans du Metal de nightclub, suivi du dansant et latino ‘La Bomba' qui peut ressembler à sorte de blague, à la manière de ce que TROLLFEST peut faire. Pi Stoffers et Class Grenayde bondissent en rythme de gauche à droite alors que le chanteur se déhanche. Avant la conclusion du set, le frontman annonce le retour du groupe cet été avec IRON MAIDEN !

Setlist de LORD OF THE LOST :

1. Lament For The Condemned
2. Morgana
3. Drag Me To Hell
4. Under The Sun
5. Loreley
6. Full Metal Whore
7. Ruins
8. First Up In The Air
9. Die Tomorrow
10. La Bomba
11. Trisma

Dans des lumières rougeoyantes et sur une mélodie orientalisante, les musiciens d'EQUILIBRIUM arrivent sur scène, encouragés par les fans déjà chauffés à blanc par LORD OF THE LOST qui a parfaitement bien rempli sa mission. Un « Bonjour ! » retentissant s'élève puis le show démarre, pour le plus grand bonheur de la fosse qui s'en donne à coeur joie ! ‘Himmel & Feuer' démarre au quart de tour, directement après de rapides remerciements, ce qui permet au groupe de poursuivre sur sa lancée. Robse ne tarde pas à prendre la parole : « Bonjour my friends, bonjour Paris ! Nous sommes EQUILIBRIUM et on est ravis d'être de retour ici ! Est-ce que vous êtes prêts ? » et ‘Waldschrein' arrive alors. Les guitaristes et le bassiste n'hésitent pas à se rassembler au centre de la scène, témoignant de leur camaraderie, alors que le chanteur parcourt la scène derrière eux à grandes enjambées. Voyant que la fosse est enfin pleinement réveillée, le frontman demande un wall of death, ce qui semble convenir aux fans qui se préparent et tapent des mains en rythme. Dans un joyeux bazar, les fans se lâchent enfin pleinement et se laissent emporter par la bonne énergie et les mélodies du groupe !
Les fans sont venus pour EQUILIBRIUM et sont déterminés à le montrer au groupe en répondant à toutes leurs invitations, le message est clair. Avec tout le show mis en place dans le jeu scénique, il est difficile de ne pas adhérer et se laisser porter mais il faut souligner qu'on a connu le groupe plus engagé et engageant. Si le frontman est très bavard et prend plaisir à être au contact de ses fans parisiens, le groupe donne parfois l'impression de se contenter du minimum alors qu'on aimerait les voir se dépasser, surtout lorsqu'ils défendent un album comme « Renegades ». A ce sujet, Robse annonce : « Merci beaucoup. Alors, comment est-ce que vous allez ce soir ? Tout va bien ? Vous savez, à chaque fois qu'on vient en France, je suis super excite parce que je sais que le public va être au-dessus des autres de la tournée. Et maintenant, nous allons jouer un morceau de notre tout nouvel album. Je sais qu'il a reçu des opinions mitigées mais ça ne change rien à notre fierté, voici ‘Path of Destiny' ! ». Après ce titre qui peut diviser, les premières notes de ‘Born To Be Epic' achèvent de créer une bonne ambiance. Le public semble être sur ressorts dans la fosse et l'énergie ne faiblit pas, d'autant que le chanteur sait le galvaniser en l'invitant à chanter et en s'approchant souvent pour serrer des mains. La soirée avance et s'achève entre ‘Heimat', ‘Blut im Auge' et ‘Rise of the Phoenix'.

Setlist d'EQUILIBRIUM :

1. Intro + Renegades + Tornado
2. Himmel & Feuer
3. Waldschrein
4. Freiflug
5. Apokalypse
6. Path Of Destiny
7. Born To Be Epic + Prey
8. Heimat
9. Der Ewige Sied
10. The World Is Enough
11. Final Tear
12. Blut im Auge
13. Ruf in den Wind
14. Rise of the Phoenix + Outro

Report by ENORA