Live Report@Muscadeath XVIII
Anibal BERITH
Journaliste

«Superbe affiche avec les suédois Vomitory en haut du line-up, cette date valait le détour !»

Créé 12/10/2019
2604 vues

18ème édition pour le Muscadeath et première pour United Rock Nations. Situé à deux pas de Clisson, fief du très célèbre Hellfest, ce n'est pas sans une certaine émotion que nous nous rendons au Pays de la Loire et du Muscadet ! Moins connu mais pas pour autant dénué d'intérêt, Ben et ses bénévoles s'efforcent de faire vivre le metal extrême et plus précisément le Death Metal à Vallet, petite ville bretonne accueillante et dynamique.
Un petit tour par Clisson s'impose, manière de faire un bref pèlerinage avant l'heure. Impressionnant de voir le site sans les 60000 personnes par jour qui vont et viennent sur l'espace dédié au festival.

De moindre envergure, le Muscadeath n'en dénote pas pour autant par la qualité de son affiche ! Axé sur le Death Metal, le festival a le mérite de faire venir chaque année depuis 18 ans une tête d'affiche d'envergure européenne voire mondiale. Se sont ainsi succédés des groupes comme Napalm Death, Grave, Benighted, Carcariass....cette année, c'est Vomitory qui se prête au jeu de brutaliser les fidèles spectateurs de l'événement !
Sur le retour depuis quelques mois, les suédois président un line-up sompteux de groupes français ayant pour point commun LE Death Metal !
Délivré à la sauce old school, moderne, technique ou slamming, c'est une ode à ce sous-genre du Heavy Metal à laquelle nous assistons ce soir avec pour la conter, les nantais Scarvolk, les rennais Inseminate Degeneracy, les bordelais Exocrine, Ad Patres, les parisiens Gohrgone, Freitot, les incontournables Mortuary et No Return.

Parfaitement organisé autour d'une scène unique, les hostilités débutent vers 16h pour nous achever vers 2h ! Le principe est très simple, les groupes s'enchainent pour des sets allant de 30 minutes à 1h10 tous les 20 à 30 minutes. Le line-up est parfaitement équilibré et chaque groupe respecte son temps imparti laissant ainsi le soin aux techniciens de préparer les groupes qui suivent et à ces derniers de peaufiner leurs balances.
Globalement le son est très bon, c'est l'avantage des salles in door et vu le style musical de ce soir, ce n'est pas négligeable si non, le doux son tronçonné du death peut rapidement se transformer en bouillie sonore inaudible !

Festival ou plutôt concert XXL à taille humaine, le public peut profiter sans encombre de la prestation de ses groupes préférés tout en pouvant boire une bière et se restaurer, quel confort ! Dommage que le gens n'aient pas répondu davantage présents; il a fallu attendre que la nuit tombe pour voir se masser les aficionados.

C'est donc les quasi-locaux Scarvolk qui ont la lourde tâche d'entamer cette 18ème édition du Muscadeath devant un parterre, hélas, un peu vide. 30 minutes de set pour un death metal au relent hardcore. Une bonne entrée en matière même si le style peut s'avérer répétitif. Mention spéciale au frontman Xavier qui ne manque pas d'énergie pour motiver les troupes.



La suite de l'après-midi laisse place au slamming bien gras et pesant d'Inseminate Degeneracy. Bien campé sur leur position, peu de mouvement mais du riffs tronçonnés, du death growl bien caverneux et un feat avec Anthony Guern (chanteur de Cryogenical Excision et Dysmorfectomy) en fin de set. Ça défouraille bien les oreilles et prépare le public au tech death d'Exocrine.



Un set hargneux des bordelais qui est, hélas, entaché par l'inexistence de son de la guitare de la rythmique délivrée par Nicolas. Malgré la prestation physique du quatuor et le bon jeu du reste des membres, le set manquait de relief et de façade par moment; difficile de laisser emporter.



La suite du show est largement rattrapé par leurs acolytes bordelais Ad Patres venu défendre leur dernier opus "A Brief Introduction to Human Experiments". Son très bon, prestation énergique du quintette mené par le frontman Axel Doussaud presque juvénile avec ses cheveux courts et son t-shirt Carpenter Brut malgré sa grande vingtaine !



C'est Gohrgone qui prend le relais. Doté également d'un line-up très jeune (en âge), Thomas (chanteur aussi de la formation Scolopendra) est très à l'aise sur scène et bouge le cul du public. Un dernier album en date ("In Oculis"), le troisième, permet d'étayer la setlist blackened death du groupe parisien. Jouant une quarantaine de minutes, c'est au tour de Freitot, jeune groupe datant de 2014 et formé de musiciens de renom dont Fabien de Benighted. C'est Arno Strobl qui assure le chant et son rôle de frontman distillant ainsi un death old school imprimé sur leur album éponyme.





Dernier tiers de la soirée avec les groupes majeurs de la soirée : Mortuary, No Return ayant remplacé au pied levé Crusher contraint d'annuler et la tête d'affiche Vomitory !

En piste pour une heure sur scène voire plus, Mortuary, un mois avant la sortie de leur nouvel album "The Autophagous Reign", assure un set puissant démontrant l'expérience de leur 30 ans de carrière ! Avec six albums au compteur, le quintette au line-up stable depuis 2014 avec l'arrivée de Bastien à la guitare, occupe la scène du Muscadeath avec une efficacité redoutable. La setlist est dense et délivrée sans fausse note montant d'un cran le niveau de la soirée.



Parfaitement secondés par les tout aussi expérimentés No Return, cette fin de soirée s'annonce dantesque et violente ! Les parisiens n'hésitent pas à jouer de vieux morceaux retraçant ainsi les titres incontournables de leur discographie ! Avec 10 albums dans leur escarcelle malgré un line-up fluctuant, le quintette mené par Alain Clément, seul membre rescapé de la formation d'origine, se donne à fond et communique avec le public sur le déroulé des compositions interprétées ce soir.



On assiste ainsi à une montée en puissance au fil de la journée par l'enchainement successif des neuf groupes pour arriver au clou de la soirée, la tête d'affiche de cette 18ème édition du Muscadeath, les suédois Vomitory !

Avec 30 ans de carrière et 8 albums, le groupe n'a rien sorti depuis 2011 avec comme dernier opus au compteur "Opus Mortis VIII". N'ayant jamais vraiment arrêté, le quatuor assure une tournée européenne en 2019 avec une présence dans des festivals prestigieux tels que l'Inferno en Norvège et le Hellfest.
Ce soir, c'est au Muscadeath, que les suédois vont cracher leur rage au travers leur Death Metal brutal et agressif ! Pas intéressés par composer un nouvel album Tobias, Urban, Erik et Peter ne veulent faire que des live et jouer le plus vite possible ! C'est chose faite à Vallet avec une setlist fort bien choisi pour matraquer et défoncer le public de façon frontale ! Pas de fioritures, ça tartine de 'The Voyage' à 'Raped in Their Own Blood' sans oublier le cultissime 'Terrorize Brutalize Sodomize' !
Statique mais headbanguant sans discontinuer, les musiciens communiquent peu mais font le job et tâchent d'en passer le plus possible dans le temps imparti ! Son exceptionnel, équilibre de chaque instrument, growl bien gras, c'est la grosse branlée du festival !
Difficile de reposer les pieds sur terre après ce set et cette soirée au cours de laquelle 8 groupes français ont pu exprimer leur art devant un public averti !



La scène française est belle et de qualité, merci à Ben et son équipe de se défoncer chaque année pour nous faire découvrir et redécouvrir des groupes de renom avec le Muscadeath !

Vivement l'édition 2020 !