Live Report@Inferno Metal Festival 2019
Anibal BERITH
Journaliste

«Quatre jours d'immersion dans l'un des festivals les plus prisés du monde...incontournable !»

Créé 18/04/2019
1869 vues

C'est avec un réel plaisir que United Rock Nations débarque pour la seconde fois dans l'antre du Metal Extrême, l'Inferno Metal Fest en Norvège et plus précisément à Oslo.

Crée il y a 19 ans par le guitariste de Borknagar, Jens F. Ryland, le festival se déroule traditionnellement le week-end de Pâques. Initialement sur un format de trois jours, l'engouement des metalheads de toute la planète (pas moins d une quarantaine de nationalités différentes cohabitent au Rockfeller Center (lieu des hostilités) se situant au coeur de la ville), a fait basculer ce dernier à quatre jours il y a une dizaine d années (2008).
Regroupant les meilleures têtes d affiche du Metal Extrême avec une proportion plus importante de Black Metal, l'Inferno propose à ses festivaliers une affiche de qualité au line up improbable où une quarantaine de groupes vont se succéder chaque jour du week-end Pascal, du jeudi au dimanche sur la Mainstage, d'une capacité de 1500 personnes, et la salle John Dee (en hommage au mathématicien et occultiste britannique de renom) se trouvant au sous sol de l établissement et deux fois plus petite (embouteillage garanti dans les escaliers en fin de soirée lors du défilé des TA).
Tous logés dans un hôtel privatisé à moins de 10 minutes à pieds de la salle de spectacle, artistes et festivaliers cohabitent le temps de ce week-end festif. Tout est organisé de façon à ce que l'événement se passe sans encombre et il n'est pas rare de rencontrer dans le hall du Clarion ou au bar, des artistes incontournables de la scène extrême (Gaahl, Frost, Attila, Necrobutcher). On peut dire que LE fan vit un rêve éveillé le temps d un week-end hors du temps où la planète Métal s est donné rendez-vous.
Festival à taille humaine, il ne suffit que de quelques heures pour se sentir en famille et échanger avec festivaliers et artistes de la passion commune qui nous anime. L'anglais est de rigueur et la conversation se fait naturellement autour de la bière locale, la Ringnes, et d un burger hors de prix sur le rooftop, toit du Rockfeller où la musique se fait plus discrète le temps de partager un moment convivial.
Parfaitement organisé et sans pression du temps, les portes du sanctuaire ouvrent à 16h15 pour le début des concerts à 16h30 pour un enchaînement sans pause jusqu'à la fermeture des portes vers 1h30 du matin.

C est donc une dizaine de groupes qui, chaque jour, ravit le public avec cette année, des têtes d affiche incontournables telles que Dimmu Borgir, Hypocrisy, Bloodbath et Opeth. Délivrant des show d'1h30, au son irréprochable et où là pyrotechnie est autorisée en salle, autant dire que les soirées sont bien remplies et ne manquent pas d'énergie et d'émotions.
S'ajoutent des groupes tout aussi connus dans le milieu qui à eux seuls représentent les TA de nos concerts en France (The Black Dahlia Murder, Aura Noir, Au-Dessus, Inculter, Ragnarok, Tribulation, Vomitory, MGLA, Der Weg Einer Freiheit, Impaled Nazarene, Gaahls Wyrd, Taake, Mork, Cor Scopii, Archgoat, Carach Angren, 1349, DVNE, Myspyrming etc....).
Plutôt orienté black métal, le festival réussit à mélanger tous les genres de métal extrême et des genres plus improbables (Dvne, Opeth) pour le plus grand plaisir des fans tout de noir vêtus !

Hormis quelques groupes dont la prestation fut décevante ou peu entraînante (Archgoat, TBDM, Aura Noir, The Ruins of Beverast, Impaled Nazarene,), la plupart des artistes donnent le meilleur d'eux mêmes avec un visuel fort, un son propre et une énergie communicative.
C est ainsi que des groupes tels que Ragnarok, Shakma, Au Dessus, Urfaust, Vomitory, MGLA, Der Weg Einer Freiheit, Carach Angren entre autres ont su mettre le Rockfeller dans l'ambiance chaque jour et faire monter l'adrénaline du public pour accueillir les TA Dimmu Borgir, Hypocrisy, Bloodbath et Opeth qui ont fait chacun un show exceptionnel !

Le premier jour fut sacralisé par les rois norvégiens du black symphonique qui ont aisément associé finesse et brutalité grâce à une setlist soignée et efficace autorisant un visuel enflammé et explosif ! Jouant à domicile, la prestation du sextet (line-up en live) est irréprochable et le public est survolté ! Chaque musicien a tenu la cadence imposée par le frontman tout au long de la setlist de 13 titres avec comme surprise pour l'interprétation du morceau de clôture "Mourning Palace", la venue du second batteur du groupe (1999-2004) Nicholas Barker.







Chaque TA offre sa spécificité puisque le lendemain, c'est au tour d'Hypocrisy d'enflammer la Mainstage et ils le feront brillamment avec une setlist de 14 titres survolant le temps d'un concert une discographie dense avec plus de 30 ans de carrière. Quoi dire de plus que ce fut un régal à voir, tant par le son que par la dynamique du quintet suédois dont la musique avant-gardiste n'a pas pris une ride.



La barre est déjà très haute dès ce second jour si bien que Bloodbath a un sacré défi à relever ! Hélas, une prestation un peu timorée pour cette légende du death suédois par le choix d'une setlist un peu molle. Le show de la bande de Nick Holmes, au chant depuis 2014, ne manque pas d'énergie mais malgré les facéties du frontman pour la plus grande joie des festivaliers, on reste sur notre faim comme une bonne blague qui n'aurait pas de chute... Clou du spectacle de la soirée, le britannique n'hésitera pas à faire monter sur scène un jeune metalhead pour interpréter "Eaten" devant 1500 personnes ! Une prestation incroyable de ce jeune passionné qui le temps de deux couplets, aura volé la vedette chanteur de Paradise Lost en surpassant le maître ! Belle surprise pour le public et souvenir impérissable pour ce metalleux qui a vécu un rêve le temps de quelques minutes.



Le week-end se clôture par le concert incroyable d'Opeth ! Les suédois en imposent par leur posture statique, le fond de la scène rouge flamboyant et un son à couper le souffle surpassant tout ce que nous avons entendu jusque là ! Tout juste neuf titres, mais neuf titres bien choisis pour anéantir le Rockfeller et émerveiller le public, public conquis dès les premières notes de "Sorceress".

L'Inferno, c'est aussi des groupes moins connus ou émergents et on notera les prestations incroyables des islandais Mispyrming et des norvégiens Mork qui ont littéralement atomisé John Dee. Nous avons là clairement deux groupes de Black Metal en pleine ascension, Mork ayant profité du festival pour organiser sa release party dans un bar proche de l'event à l'occasion de la sortie de son quatrième album "Det Svarte Juv".



Les habitués de la scène Metal n'ont pas manqué le rendez-vous et se sont démarqués par des show d'une violence et d'une brutalité rarement vus ailleurs (Ragnarok, Vomitory, DWEF, Taake et 1349).







Mention spéciale à Gaahl et son groupe Gaahls Wyrd qui a transcendé la MainStage le samedi en début de soirée avec un nouveau line-up et un premier album à venir courant mai via Season Of Mist. Dès les premiers riffs, le public a su que le concert allait être énorme et ce fut le cas !





L'Inferno, c'est une expérience magique, une expérience qui ne s'arrête pas qu'aux nombreux concerts distillés; c'est aussi un week-end où l'on peut varier les plaisirs puisque l'organisation propose de nombreuses conférences autour de la musique, son univers, son histoire et tout ce qui en retourne de près ou de loin comme l'exposition du célèbre designer Christophe Szpajdel surnommé l'homme au 10000 logos, la dégustation de vin animée par Satyr, des cours de batterie proposés par Dirk Verbeurenet, de guitare par Fredrik Akesson.... Et pour changer d ambiance, Oslo et ses alentours profitent de nombreux sites historiques tels que la maison des prix Nobel de la paix ou l'incontournable bâteau viking d'Oseberg.

L'Inferno Metal Fest, c'est un voyage hors du temps qui allie passion, découverte et histoire. Quatre jours de communion en plein week-end Pascal des passionnés de musique extrême venus de toute de la planète. Quatre jours toujours trop courts qui poussent à renouveler l'aventure alors...peut-être à l'année prochaine...