Live Report@Coven + Demon Head | Connexion Live, Toulouse
Anibal BERITH
Journaliste

«Date unique en France, le retour de Coven en salle ensorcelle la ville rose !»

Créé 23/07/2019
2424 vues

L'été a beau être propice aux festivals au travers de l'Europe, l'association toulousaine Noiser, en collaboration avec Mosh Room, n'hésite pas à rester à contre-courant et nous propose une date exceptionnelle d'une rareté absolue en ayant réussi à installer le mythique groupe Coven en tête d'affiche du Connexion Live pour le tout premier et peut-être unique concert de la formation en salle !
Accompagné des danois Demon Head en première partie, cette soirée est clairement placée sous le signe de l'occultisme !

Malgré la chaleur caniculaire qui s'abat sur l'hexagone ces derniers jours et plus particulièrement sur la ville rose, les fans et curieux se sont déplacés dans la salle de concert du centre-ville un peu délaissée ces derniers mois et remise en avant par un surcroît de dates, le Metronum et le Bikini ne pouvant pas tout assurer et c'est tant mieux !
Salle intimiste idéale pour le rendez-vous incontournable de ce soir, incontournable car pouvoir admirer Jinx et palper l'ambiance malsaine que dégage sa musique, c'est juste inimaginable !
Qui aurait pu croire que Toulouse, grâce au travail acharné d'organisateurs brillants et tenaces, puisse accueillir celle qui a chamboulé l'univers de la musique grâce à son imagerie satanique, n'hésitant pas à enregistrer une messe noire de plus de 13 minutes en guise d'outro de l'album « Witchcraft Destroys Minds and Reaps Souls » et ayant influencé les plus grands du genre à l'époque (Ozzy Osbourne, King Diamond…).

C'est donc à 20h15 précises que le quintet danois foule la scène du Connexion. Venu défendre leur troisième album « Hellfire Ocean Void » paru en début d'année, les protagonistes arborent un look très 70's tant dans la tenue vestimentaire que dans les coupes de cheveux ! Le trident recourbé et enflammé de la pochette de l'album est planté au milieu de la scène et la setlist est clairement orientée vers une sorte de hard rock psychédélique. Les musiciens s'en donnent à coeur joie, c'est énergique, le lead guitare balance ses riffs puissamment et le bassiste adopte la rock'n'roll attitude en secouant sa basse dans tous les sens ! L'ensemble du combo s'implique bien dans leur musique et la proximité du public avec la scène fait que l'énergie est communicative ! Le frontman avec son look me rappelant Mats Levèn (Candlemass) avec sa chevelure frisée est totalement habité par son univers ; il fait le job et colle parfaitement à l'univers occulte des textes.



Une bonne entrée en matière donc, totalement dans le thème de la soirée mise en exergue par la présence de la charismatique Jinx, créatrice du groupe sulfureux Coven en train de s'installer.
Cercueil recouvert d'un drap noir, ventilo dirigé sur ce dernier car Jinx est à l'intérieur ! Ses (jeunes) musiciens en toge à capuche noire autour de leur gourou découvrent le cercueil sur lequel est arboré une croix à l'envers. La frontwoman sort, encagoulée également, recourbée, prenant le pied du micro comme appui pour se découvrir et se présenter à nous masquée d'un ornement doré recouvrant son visage et laissant sa chevelure flamboyante virevolter dès les premières paroles envoyées !
C'est bien sûr l'album « Witchcraft Destroys Minds and Reaps Souls », ayant fait la réputation du groupe, qui est interprété dans son intégralité avec un son plus actuel et très bon.
L'ambiance est sombre mais pas malsaine, juste un peu dérangeante puis Jinx dévoile son visage, donnant instantanément plus de légèreté grâce au sourire qui traverse son visage de presque septuagénaire… très belle !
On sent sa joie d'être ici et de diffuser sa musique en salle devant un public émerveillé, presqu'en transe pour certains. Les titres défilent, les musiciens ôtent leurs toges et Jinx troque son masque doré pour un skull puis un masque de corbeau tout en restant classe car c'est clairement ce qui la caractérise, une classe naturelle et un charisme à couper le souffle que l'on peut rapidement adhérer à sa cause et on y adhère !
Après plus d'une heure de show, une complicité palpable du groupe et une véritable unité avec le public, l'ensemble du groupe se réunit face à nous et nous remercie de notre présence en s'inclinant comme une troupe de théâtre….moment magique et hors du temps.



Merci à Noiser en collaboration avec Mosh Room pour ce moment mystique et intemporel.