Live Report Myrkur@MOTOCULTOR FESTIVAL Open Air
Anibal BERITH
Journaliste

«Envoûtant et hypnotique ! Ce concert termine magnifiquement cette première journée, placée indéniablement sous le signe de la passion de la musique»

Créé 17/08/2018
3576 vues

Clôturons cette première journée en beauté avec le one woman band Myrkur, mené par la mystique Amalie Bruun.

La danoise a souvent été prise pour cible auparavant, car n’appartenant pas à la scène métal. Elle cite pourtant dans ses nombreuses influences Darkthrone, pilier s’il en est de la seconde vague de black scandinave. Rappelons également que son premier opus, sobrement intitulé « M » a été co-produit par Kristoffer ‘Garm’ Rygg d’Ulver, autre grand ponte black et qu’elle a compté parmi ses musiciens de session un certain Teloch (Mayhem, The Konsortium). Sa légitimité en tant que femme à conserver l’esprit glacial et désolé du black à la norvégienne avait également été mis en doute… Inutile de dire que ce nous nous focaliserons ici sur sa musique, car elle reste le but de ce report !

Son dernier album, « Mareridt » est sorti il y a moins d’un an chez Relapse Records, orchestré par Randall Dunn (Sunn O))), Earth, Boris…).

La tente est bien remplie, sans être compacte et c’est avec un jeu de lumière envoutant, dans les tons verts et bleus qu’entre Amalie sur scène. Un petit problème technique viendra bousculer le début du set, mais les titres, plus beaux les uns que les autres réussissent à le faire oublier.

Le concert est captivant, envoutant (qu’est ce que ça aurait été beau sur la Supositor !) et malgré quelques (petits) soucis de justesse dans la voix en début de set, peut être dus au stress, le show se poursuit, toujours plus magnifique.

La chanteuse communique beaucoup avec le public, d’une voix douce laissant paraitre sa timidité. Les morceaux s’enchainent, plongeant la tente dans une univers onirique et mystifiant, d’une beauté à couper le souffle. Le résultat est là. Je suis accompagnée par quelqu’un de totalement étranger à l’univers de Myrkur, qui ressortira du concert complètement sous le charme et bluffé par l’ambiance dégagée, savamment orchestrée par Amalie.

Le mélange d’instruments traditionnels et de sons très orientés black fonctionne totalement, pour un résultat froid et mélancolique, qui semble pourtant si fragile. Telle une prêtresse de la nuit, Amalie Bruun mène son set d’une main de maitre, tout en finesse et en dévastation.

Ce concert termine magnifiquement cette première journée, placée indéniablement sous le signe de la passion de la musique, contrairement à d’autres événements musicaux de plus grande ampleur, ou cette soif de musique semble s’être perdue…

Antares Bauglir

Setlist :
Intro
The Serpent
Ulvinde
Dybt i skoven
Onde børn
Jeg er guden, i er tjenerne
De Tre Piker
Elleskudt
Skøgen skulle dø
Måneblôt
Villemann og Magnhild


Chroniques
Festival
Hellfest 2019
Myrkur
22/06/2019